Migrant tué en Manche, heurts franco-britanniques : Paris annule la réunion de dimanche

Les tensions sont montées après le naufrage au cours duquel au moins 27 personnes ont perdu la vie dans le canal qui sépare les deux pays. Le ministre français de l’Intérieur annule la rencontre prévue le 28 novembre avec son homologue britannique : « La lettre de Johnson est inacceptable ». Le Premier ministre britannique a demandé à Macron de ramener tous les migrants en France pour empêcher de nouveaux départs

Les tensions n’ont cessé de monter entre Londres et Paris après un naufrage dans le détroit, au cours duquel au moins 27 migrants ont perdu la vie mercredi 24 novembre, dont trois enfants et une femme enceinte, qui – qui a quitté Calais – tentaient de rejoindre la Grande-Bretagne. Pour être précis, à Calais, le 28 novembre, une réunion devait avoir lieu pour discuter de la question des migrants entre le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin et Priti Patel, le partenaire britannique. Darmanin a retiré l’invitation à Patel après un coup de gueule écrit par le Premier ministre britannique Boris Johnson au président français Emmanuel Macron, dans laquelle – entre autres – Paris était prié de ramener en France tous les migrants qui avaient traversé le Canal, pour empêcher de futurs départs. .

« Lettre inacceptable »

Voir également



Migrants, au moins 27 sont morts dans la Manche. Tensions entre l’Angleterre et la France

Le revirement du ministre français Darmanin s’est accompagné d’une position claire sur la lettre de Johnson, jugée « inacceptable et contraire à la discussion entre les parties ». Dans un message envoyé à Patel, Darmanin a écrit que, si la lettre elle-même était déjà une « déception », les faits pour la publication étaient « encore pires ». « Je propose de mettre en œuvre un accord bilatéral de réadmission pour permettre le rapatriement de tous les migrants illégaux traversant le détroit », a écrit le Premier ministre britannique au président français, déclenchant une crise diplomatique. La Belgique, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Commission européenne ont également été invités à participer au sommet du 28 novembre.

« Une coopération européenne est nécessaire »

lire aussi



Après le naufrage de la Manche, deux autres navires avec 40 migrants à Douvres

Après la tragédie et l’échange initial d’accusations, il semble que Macron et Johnson travaillent pour parvenir à une solution commune. Le président français a exprimé les condoléances de son pays pour « les femmes et les hommes qui ont perdu la vie en mer pour échapper à la misère, à l’oppression politique, au manque de liberté », assurant qu’il fera les efforts nécessaires « pour traquer et condamner les responsables ». qui exploitent la misère et la souffrance ». Macron a ainsi prôné la nécessité d’une « coopération européenne renforcée » pour protéger les migrants des réseaux de passeurs, à commencer par la Grande-Bretagne. Lors de la première conversation téléphonique après le massacre, Macron et Johnson ont convenu « de la nécessité urgente d’intensifier les efforts conjoints pour empêcher les traversées » dans le détroit, a déclaré un porte-parole de Downing Street.

Massacre dans la Manche

lire aussi



Migrants, 26 personnes débarquées à Lampedusa : 23 mineurs

Le parquet de Lille a annoncé que les 27 migrants décédés en traversant la Manche étaient 17 hommes, sept femmes et trois enfants. Les deux survivants se sont remis d’une grave hypothermie. Cinq passeurs présumés ont été arrêtés à Calais. Immédiatement après l’annonce du massacre, le président du Parlement européen David Sassoli a évoqué la nécessité d’agir pour que des événements similaires ne se reproduisent plus. Ce qui s’est passé à Calais, a déclaré Sassoli, n’était que « le dernier d’une longue série de tragédies qui se déroulent dans les mers autour de l’Europe ».

La tension de la pêche

lire aussi



Brexit, la guerre des obus dans la Manche entre la France et l’Angleterre

Au problème des migrants se sont ajoutés des documents sur la pêche, qui ont longtemps compliqué les relations diplomatiques entre la France et la Grande-Bretagne. Les pêcheurs français ont annoncé que pour aujourd’hui, vendredi 26 novembre, le trafic était gelé dans trois des ports du détroit et dans le tunnel sous-marin reliant les deux pays. La manifestation vise à amener Londres à accorder immédiatement un permis de pêche post-Brexit dans les eaux séparant la France et la Grande-Bretagne.

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.