OMS : de nouvelles preuves de la variole sont attendues

Trois cas de maladie virale de la variole ont maintenant été confirmés en Allemagne, un à Munich et deux à Berlin. Le premier cas a été enregistré en Autriche. De nouveaux cas sont également connus au Royaume-Uni. L’OMS signale maintenant environ 90 infections confirmées et 30 cas suspects dans les pays où le virus s’est produit. La variole a jusqu’à présent été considérée comme un phénomène en Afrique de l’Ouest et du Centre.

La variole est enregistrée en Europe depuis un certain temps

Les infections sont atypiques car la plupart des personnes touchées n’ont jamais voyagé dans ces pays auparavant. Le fait que les cas soient localisés dans toute l’Europe suggère que le virus est transmis depuis un certain temps. Des cas en provenance d’Espagne, du Royaume-Uni, de France, d’Italie et de Suisse ont jusqu’à présent été signalés en Europe. La maladie a également été prouvée en Australie, au Canada et aux États-Unis.

Pas de situation pandémique

« Nous n’avons pas à nous soucier d’une nouvelle pandémie », a déclaré Gerd Sutter, virologue à l’Université Ludwig Maximilian de Munich, à Zeit Online. Les virus de la variole sont des agents pathogènes différents des déclencheurs de la variole. La maladie est une zoonose, une maladie qui se transmet de manière répétée des animaux aux humains et qui se transmet rarement entre humains. « Parce que nous n’avons presque aucune immunité contre le virus classique de la variole, qui a été éradiqué dans la nature depuis plus de 40 ans », explique Sutter. Ils ne sont pas aussi efficaces que la grippe ou le Sars-CoV-2, a déclaré le virologue de la variole.

Principaux touchés : hommes ayant des relations sexuelles homosexuelles

Selon l’OMS, les maladies actuellement identifiées touchent majoritairement – mais pas exclusivement – les hommes du même sexe. Dans tous les cas actuellement analysés génétiquement, l’agent pathogène est une variante ouest-africaine, dont un patient à Munich. Par rapport à la variante centrafricaine, elle conduit à des cours plus doux.

Clemens Wendtner, médecin-chef de la clinique d’infectiologie de l’hôpital de Schwabing, qui traite un patient munichois – un Brésilien de 26 ans – s’attend également à une nouvelle augmentation des infections. Il a voyagé à Munich depuis le Portugal via l’Espagne et a vécu auparavant à Düsseldorf et à Francfort-sur-le-Main.

Selon les médecins et les autorités, les patients en Allemagne se portent bien. Un patient munichois présente relativement peu de symptômes. Selon le ministère de la Santé, l’état de deux patients à Berlin s’est stabilisé.

Josée Perreault

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.