Özdemir en France : « Ne pas remettre en cause l’accord vert »

Le ministre fédéral de l’Agriculture Cem Özdemir s’est rendu en France pour sa visite inaugurale. Il a rencontré lundi à Paris son collègue français Julien Denormandy. Le ministre fédéral s’est entretenu avec son homologue des mesures d’aide à l’Ukraine, des conséquences de la guerre d’agression russe sur les marchés agricoles mondiaux, de la situation de l’approvisionnement dans l’UE et dans le monde, ainsi que de l’agriculture européenne.

« Ce qui me préoccupe, moi et mon collègue Denormandie, c’est de sécuriser l’approvisionnement de la population ukrainienne », a déclaré Özdemir après la réunion avec inquiétude.

Özdemir : « Ne perdez pas la guerre ukrainienne contre la crise climatique »

Selon Özdemir, la guerre d’agression de la Russie a également un impact sur la sécurité d’approvisionnement européenne et internationale. Bien que cela nécessite une action pragmatique, cela ne peut pas simplement signifier sortir de vieux concepts du tiroir. La pérennisation de la crise en Ukraine face à la crise climatique et à l’extinction des espèces n’a pas été pensée jusqu’au bout. « Je suis d’autant plus heureux que nous soyons d’accord sur le fait que les objectifs du Green Deal et de la stratégie de la ferme à la fourchette ne seront pas remis en question », a déclaré Özdemir, faisant référence à Denormandie.

Macron n’est pas d’accord

Selon le portail d’information européen euractiv, le président français Emmanuel Macron a appelé la semaine dernière à une réorganisation de la politique agricole en vue de la guerre en Ukraine. « L’Europe ne peut pas se permettre de produire moins », a-t-il déclaré selon Euractiv, appelant à une révision des objectifs « de la ferme à la fourchette ».

réduire les dépendances

« La réduction des dépendances doit être une leçon claire pour nous et pour l’UE dans son ensemble », a déclaré Özdemir. Cela comprenait, en particulier, l’augmentation de la culture des légumineuses. D’une part comme aliment, d’autre part pour remplacer les protéines animales et produire plus de protéines végétales pour la consommation humaine. Dans ce contexte, les deux ministres ont souligné la nécessité d’une évolution vers des cycles fermés et une production durable. Surtout, il est logique de développer davantage une stratégie européenne pour les protéagineux.

Régine Martel

"Pionnier d'Internet. Faiseur de troubles. Amateur passionné d'alcool. Défenseur de la bière. Ninja zombie."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.