Parce qu’il reste trois géants bancaires européens en Russie

Un mois de guerre en Ukraine, un mois de sanctions contre la Russie. En dehors du gaz et du pétrole, les relations avec les pays occidentaux se raréfient et s’affaiblissent. Par volonté, par nécessité ou parce qu’elles ne pouvaient rien faire d’autre, les entreprises multinationales, grandes ou de poche, ont fermé une à une des succursales et des usines, coupé les relations commerciales, bloqué les contrats avec les fournisseurs et gelé leurs activités.

Longue liste

McDonald’s, Burger King, Mars, Starbucks, Heineken, Carlsberg, Renault, Nestlé, British American Tobacco, Philip Morris, Unilever, H&M, Shell, BP, Exxon Mobil, Total, Goldman Sachs, Deutsche Bank, American Express, Mastercard, Visa, Netflix, LG Electronics, Sony, UPS, Fedex, DHL ne sont que quelques-unes des entreprises qui ont fermé ou considérablement réduit leurs activités dans le pays. Et la liste pourrait continuer pour les lignes et les lignes. Cependant, trois grandes banques européennes sont absentes de la liste : l’Italien Unicredit, l’Allemand Raiffeisen et le Français Société Générale. Tous trois restent en Russie pour le moment.

En Russie avec fureur

Contrairement à d’autres institutions financières européennes et américaines, qui ont progressivement réduit leurs activités dans le pays suite à l’imposition de sanctions en 2014 suite à l’annexion de la Crimée, le quartier financier européen a au contraire considérablement accru sa présence en Russie ces dernières années. Fin 2021, les trois banques comptaient au total environ 9 millions de clients, 400 agences, 28 000 employés et une exposition totale de près de 50 milliards d’euros.

Avec tout mon coeur

Présence solide, ramifiée, substantielle ce qui complique un départ rapide du pays si vous le souhaitez. « Bien sûr, il serait facile de dire que nous quittons la Russie, c’est ce que nous voulons tous faire de tout cœur » – a déclaré Andrea Orcel, PDG d’Unicredit. « Cependant, Unicredit compte environ 4 000 employés en Russie. Nous fournissons des services à 1 500 entreprises, dont 1 250 sont des entreprises européennes qui souhaitent quitter le pays. Pour cette raison, si je suis choqué d’une part par le conflit et les atrocités de la guerre, d’autre part, je dois aussi prendre en compte les conséquences des décisions que nous prenons. »

Clients de longue date

Cependant, rester n’est pas une chose facile. LLa pression des institutions européennes, des investisseurs et de l’opinion publique s’intensifie à tel point qu’Unicredit et Raiffeisen ont finalement déclaré qu’ils envisageaient de quitter la Russie. En revanche, la Société Générale est actuellement déterminée à rester : « Le groupe exerce ses activités en Russie avec la plus grande prudence et prudence, tout en continuant à accompagner ses clients de long terme » – a-t-elle déclaré. Temps d’argent banque française.

Un autre niveau de complexité

En fait, la plupart des problèmes auxquels les trois constitutions seraient confrontées ne sont pas très différents de celles auxquelles sont confrontées les autres entreprises quittant le pays. Chacun doit fermer des usines, des magasins ou des succursales, et chacun doit licencier ou mettre ses employés en vacances. Cependant, les secteurs financier et bancaire se caractérisent par un degré de complexité supplémentaire. Alors que pour une entreprise manufacturière ou une chaîne de distribution, cela signifie fermer, dans de nombreux cas temporairement, réduire à zéro les revenus et maintenir certains coûts, pour les banques, cette question est plus pertinente. En effet, s’ils décidaient de partir, ils devraient probablement accepter le règlement d’une grande partie des prêts et emprunts consentis et des titres achetés ou souscrits à perte. Pas seulement le flux de revenus qui est donc interrompu, mais les écarts de solde importants qui pourraient totaliser les près de 50 milliards de dollars mentionnés ci-dessus. « Si vous êtes McDonald’s, conclure des affaires n’est pas un dilemme existentiel. Vos friteuses y resteront et pourront être réutilisées lors de leur réouverture », a déclaré le directeur général de la banque française, « Mais si vous êtes une banque et que vous gelez votre activité, tuer votre entreprise. Ou vous avez décidé de forcer les Russes à comprendre qu’ils peuvent prendre les clés.

Trois alternatives

Comme Orcel lui-même l’a souligné, il y a finalement trois alternatives possibles : vendre, se retirer plus ou moins en ordre, être nationalisé par la Fédération de Russie. La première option est naturellement la plus séduisante : il faut certes s’attendre à une perte, mais les dégâts seraient limités et le degré de complexité de l’opération peu élevé.

La deuxième option est plus compliquée : cela signifierait renégocier tous les contrats, contentieux probables, licenciements. Comme le rappelle un autre directeur de banque : « Nous ne sommes pas une chaîne de magasins qui peut simplement laisser ses produits en Russie et licencier des employés. Nous sommes un être vivant avec des actifs et des passifs qui doivent être soigneusement fermés. Ce qui entraînerait de nombreux problèmes ».

Le troisième scénario, la nationalisation, est la plus simple mais aussi la plus coûteuse : cela reviendrait à annuler toute l’exposition à la Russie du budget. Le coup serait dur pour Unicredit, qui aurait des pertes de 7,5 milliards d’euros, ce qui équivaut à 2% de son actif total, ce qu’il considère déjà prudent comme très probable. En revanche, ce serait bien pire pour la Raiffeisen allemande, qui représente un tiers des bénéfices totaux en Russie et devrait enregistrer des pertes de 23 milliards d’euros au bilan. Enfin, ce serait également significatif pour la Société Générale, qui devrait enregistrer des pertes de 18,6 milliards d’euros, soit environ 1,7% de son actif total. En tout cas, pour les trois groupes bancaires, aussi grands soient-ils, ce ne seraient pas les montants qui déclencheraient la crise.

Il n’y a pas de différence de sensibilité

La différence entre les instituts qui ont déjà annoncé un adieu et ceux qui sont restés jusqu’à présent n’est pas une sensibilité ou une approche éthique ou morale différente. Simplement des banques d’investissement comme JPMorgan et Goldman Sachs, qui sont beaucoup moins exposées, ont peu de succursales et peu d’employés. Cependant, les adieux déjà annoncés à la Deutsche Bank, qui possède plusieurs centres informatiques en Russie qui emploient 1 500 personnes et dont les performances seront forcément un peu plus lentes, sont un peu plus compliqués.

Le sens des mots

Qu’est-ce alors qu’il faut comprendre comme le terme de sortie. En tant que PDG de l’un des groupes bancaires qui n’ont pas encore annoncé les adieux, il note à juste titre : « La seule différence entre ces banques et les autres, c’est que les adieux ont été annoncés publiquement. En fait, nous limitons tous nos affaires aussi parce qu’il n’est pas possible de faire des affaires avec les sanctions en place. À l’heure actuelle, cependant, personne ne rend une licence bancaire pour opérer en Russie ».

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.