Paris se souvient de l’ambassadeur à Rome, mémoire de Colle – Politique

Avec la France, c’est une crise sans précédent. De l’Italie, il y a « des attaques sans fondement, des déclarations scandaleuses, des ingérences inacceptables » qui ne peuvent être justifiées par une campagne pour les Européens. Et Paris en a dit assez. Après des mois d’escalade d’affrontements, de tweets insultants, de polémiques politiques et de blagues personnelles, la France a décidé de rappeler son ambassadeur à Rome, Christian Masset, « pour quelques jours » pour consultations. Pour en comprendre la gravité, imaginez que cela ne se soit pas produit depuis l’époque de Benito Mussolini, depuis que le Royaume d’Italie a déclaré la guerre à Paris le 10 juin 1940. Un précédent qui illustre aussi la « grande inquiétude » du Quirinal. +

Depuis l’Angola, où il est en visite officielle, le président républicain Sergio Mattarella a tenté dans la journée d’entrer en contact avec Giuseppe Conte, lui-même en mission à l’étranger au Liban. Dans la soirée, Colle a annoncé une invitation au chef de l’Etat à « retrouver immédiatement le climat de confiance » et à « entretenir des relations amicales et collaboratives avec la France » dans « l’intérêt national commun ». Paris, cependant, est le deuxième partenaire commercial de l’Italie, et vice versa. Cette fois, ce qui a cassé le dos du chameau, c’est une rencontre ces derniers jours du vice-Premier ministre Luigi Di Maio avec certains des représentants du mouvement des gilets jaunes, anti-Macron, et notamment avec Christophe Chalencon, que l’Elysée voyait comme un rebelle appelant à un coup d’État, un incendie criminel et des violences contre la police.

Conte da Beirut et le ministre des Affaires étrangères Enzo Moavero Milanesi, à Montevideo pour la crise vénézuélienne, ont tenté de jeter de l’eau sur le feu, assurant que « la relation entre l’Italie et la France ne peut être remise en cause » et rappelant « l’amitié profonde entre les deux peuples ». Le Premier ministre a ensuite tenté de justifier la démarche de Di Maio : « En gilet jaune, il fait office de leader politique du M5 », mais a reconnu qu’avec la France « il y a un débat sur l’immigration, la coopération au développement aussi avec l’Afrique où il est légal de ouvrir un débat européen ». Même les deux premiers représentants, Di Maio et Salvini, principaux protagonistes des allers-retours violents avec Paris ces derniers mois, ont réagi en insistant sur « l’amitié entre les deux peuples », mais n’ont pas baissé les bras, encore aujourd’hui, depuis quelques coups contre la Ligne Macron. Le leader politique Cinq étoiles a revendiqué « son droit au dialogue avec les autres forces politiques représentatives du peuple français », et a attaqué : « C’est Macron qui a critiqué à plusieurs reprises le gouvernement italien pour des raisons politiques au regard de l’Europe ».

Son collègue, Alessandro Di Battista, a ensuite accentué la dose en revenant sur l’un des enjeux du conflit, Franco Cfa : « Plus qu’un ambassadeur en Italie, je conseille à Macron de se souvenir des exécutifs français qui dictent encore les lois en Afrique centrale. Banque. » « Nous ne voulons nous quereller avec personne », a déclaré pour sa part le ministre de l’Intérieur, se disant « très disposé » à rencontrer le chef de l’Elysée pour discuter des questions sur la table, et c’était : « Arrêtez avec les démentis, arrêtez les terroristes italiens en France, et c’est de quoi gâter nos travailleurs pendulaires qui sont littéralement harcelés chaque jour à la frontière française avec des contrôles qui durent des heures », a-t-il noté, faisant référence à la dernière polémique soulevée ce matin seulement avec un note du ministère de l’Intérieur. Les critiques de l’opposition accusent le gouvernement d’isoler l’Italie en Europe. « J’ai honte en tant qu’Italien et en tant qu’Européen », a commenté l’ancien Premier ministre Matteo Renzi au micro d’une radio française, tandis que le candidat au secrétariat du Pd, Maurizio Martina, a pris un papier et un stylo pour écrire directement à Macron et dénoncer le « crime criminel ». du gouvernement », à savoir Conte., avec « ministre incompétent » pour chercher de la visibilité. « Ce gouvernement annule soixante-dix ans de politique étrangère italienne, avec de grands dégâts qui persisteront dans le temps », a déclaré Mariastella Gelmini, société mère de Forza Italia à la Chambre.

Rockie Steve

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *