politiciens allemands en faveur de l’utilisation continue de la centrale nucléaire | Allemagne – Politique allemande actuelle. Nouvelles DW en polonais | DW

Les dirigeants du groupe parlementaire du FDP, Christian Dürr, voient dans la prolongation du délai d’activité des trois centrales nucléaires restantes en Allemagne un signe de solidarité européenne. « Non seulement l’Allemagne est confrontée à une crise énergétique majeure, mais l’Europe dans son ensemble », a déclaré Dürr à l’agence de presse allemande (DPA). Il a ajouté que l’Union européenne se réfère toujours directement à l’énergie nucléaire en tant que technologie alternative. « Je voudrais savoir comment expliquer à nos partenaires européens que nous fermons des sources d’énergie sûres pour des raisons idéologiques, alors que la France a déjà un pied dans la crise électrique. »

L’Allemagne a décidé d’abandonner complètement le nucléaire en 2011. Les dernières centrales nucléaires seraient fermées en 2022.

aide du voisin

Dürr a déclaré : « Nous devons être en mesure d’exporter de l’électricité vers nos voisins à tout moment. L’extension de l’exploitation des centrales nucléaires en Allemagne serait donc un signe important de solidarité européenne. Nous devons penser au-delà de l’Allemagne et considérer nos partenaires. »

Le leader de la faction du Parti populaire européen (PPE) au Parlement européen, Manfred Weber (CSU), a déclaré au journal allemand Bild (mardi) : « Le gouvernement fédéral doit utiliser toutes les possibilités pour son propre approvisionnement énergétique. Sinon, face à la crise énergétique imminente en Europe, il y aura un malentendu entre pays voisins ». Par conséquent, selon Weber, la durée de vie utile des centrales encore actives doit être prolongée. Weber a appelé les représentants des pays de l’UE à éviter la crise économique en agissant de manière solidaire.

La France dans le besoin

Contrairement à l’Allemagne, la France utilise largement l’énergie nucléaire pour produire de l’électricité. Cependant, environ la moitié des centrales nucléaires françaises ont récemment été fermées en raison de pannes ou de maintenance, de sorte que les centrales fournissaient moins d’électricité que d’habitude.

La vice-présidente du Bundestag Katrin Goering-Eckardt (Les Verts) a souligné dimanche soir dans l’émission de télévision allemande ARD « Anne Will » que l’Allemagne exporte actuellement de l’électricité vers la France, où, comme elle l’a souligné, les centrales nucléaires ne peuvent plus fonctionner car il était impossible de les refroidir.

En tant que partenaire de coalition du gouvernement allemand, le FDP est favorable à la poursuite de l’exploitation des trois centrales nucléaires restantes du pays jusqu’à la fin de l’année, voire plus longtemps. Le politicien de l’énergie du FDP, Michael Kruse, évoque également un délai précis, selon « Bild »: « Les heures de fonctionnement des centrales nucléaires devraient être prolongées jusqu’au printemps 2024. C’est une période où nous sommes menacés de pénurie d’énergie ».

Scholz attend le résultat du test

Le chancelier Olaf Scholz (SPD) veut d’abord attendre les résultats du deuxième test de sécurité de l’usine, a déclaré une porte-parole du gouvernement.

Ce test a été annoncé il y a une semaine par le ministère de l’Economie. La question est de savoir si la sécurité de l’approvisionnement énergétique dans le secteur de l’électricité et la sécurité du réseau sont toujours garanties en cas de charge extrême. Les résultats peuvent être attendus « dans les prochaines semaines », a confirmé la porte-parole du ministre de l’Economie Robert Habeck (Les Verts). Elle a souligné que l’objectif n’était pas de permettre aux centrales nucléaires allemandes de fonctionner plus longtemps pour remplacer les centrales nucléaires françaises « en panne ». Le premier test de résistance a été effectué de mars à mai de cette année et a montré que la sécurité de l’approvisionnement en électricité pour l’hiver à venir est garantie.

Nucléaire nécessaire en Bavière

Le leader du groupe vert bavarois, Ludwig Hartmann, est intervenu lors de la discussion sur l’utilisation future de l’énergie nucléaire. Cela n’exclut pas la continuité de l’exploitation des centrales encore en activité jusqu’à la fin de l’année, voire plus longtemps. « Le plus important pour nous est de garantir la sécurité d’approvisionnement. Si un test de résistance rigoureux a montré que des centrales nucléaires individuelles dans des cas extrêmes sont nécessaires pour maintenir la stabilité de l’alimentation ou la stabilité du réseau, nous devons réagir en conséquence, en fonction de l’installation », a déclaré Hartmann « Augsburger Allgemeine » (mardi). des difficultés en Bavière. . en hiver, l’approvisionnement en électricité est plus élevé que dans les autres États fédéraux. « La Bavière doit être particulièrement prise en compte dans ce test, car le gouvernement bavarois est devenu complètement dépendant du gaz russe, il a même perdu son expansion de l’énergie éolienne et solaire, et boycotté une expansion aussi importante du réseau. » – Il a dit.

Le ministre bavarois de l’Economie Hubert Aiwanger (Electeurs libres) va plus loin : il veut redémarrer des centrales nucléaires déjà fermées en raison de terribles pénuries d’énergie. Aiwanger a déclaré mardi dans Deutschlandfunk que tout ce qui est acceptable devrait être remis en ligne. La centrale nucléaire bavaroise de Gundremmingen C, qui a fermé fin 2021, dispose de crayons combustibles pouvant fournir de l’électricité jusqu’en août 2023. Les deux autres centrales, qui étaient déconnectées du réseau à l’époque, doivent également redémarrer, selon l’homme politique croit.

Trois nouvelles centrales nucléaires en service

Aiwanger a également appelé à une prolongation de la durée de vie des trois centrales nucléaires encore opérationnelles. Par exemple, la centrale nucléaire bavaroise Isar 2 devrait également continuer à travailler avec les barres de combustible existantes jusqu’en août 2023, a déclaré le président de Free Voters. Outre Isar 2, Neckarwestheim 2 (Bade-Wurtemberg) et Emsland (Basse-Saxe) sont actuellement en service. Selon le plan actuel de l’Allemagne de se retirer complètement de l’énergie nucléaire, ils doivent prendre fin d’ici la fin de l’année. Le groupe parlementaire FDP a cependant opté pour son fonctionnement jusqu’au début de 2024. Fin 2021, outre Gundremmingen C, les usines de Brokdorf (Schleswig-Holstein) et Grohnde (Basse-Saxe) ont également été exclues du réseau. .

AFP, DPA / sch

Aimeriez-vous faire des commentaires sur cet article? Faites-le sur Facebook ! >>

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.