Preben Elkjaer et Verona: « Bagnoli m’a laissé fumer et quel duel rustique avec Vierchowod et un païen »

Preben Elkjaer avec une chemise Hellas, avec un cigare bien-aimé et sur une photo récente

C’est ce que Gianni Brera a écrit à son sujet lors de la célébration «coquine Bagnoli« Qui, grâce à l’un de leurs buts à Bergame le 12 mai 1985, a remporté le titre de champion le plus étonnant de l’histoire du football italien :Larsen (mais il s’appelait Elkjaer, nom de famille de sa mère, ndlr): danois extraverti, mat pas cavall (dit Bagnoli) : étiré deux cents : coup fort, surtout celui de droite. Longue absence pour cause de maladie en équipe nationale. S’il se connecte, il deviendra aussi acrobate ». Tout est vrai, mais pour Veronese Preben, Elkjaer Larsen (maintenant 64 ans et commentateur de télévision) est et restera « maire ».


Elkjaer, un vote est organisé à Vérone en juin pour élire un nouveau maire. Cependant, Vérone est maire depuis un certain temps, …
« Ah oui… mais disons-le à elle et pas à moi… (rires, ndlr). Je suis très proche de Vérone, mon fils est né à Vérone, à Vérone nous avons beaucoup d’amis et un sentiment étrange avec les fans. C’est une belle ville, c’est une partie importante de nos vies, de notre famille et le sera toujours ».

Elle arrive à Vérone à l’été 1984 et signe le contrat lors des Championnats d’Europe en France. Il a eu plusieurs demandes d’autres pays, pourquoi a-t-il choisi Vérone et l’Italie ?
« Nous avons joué un grand match européen avec le Danemark, en demi-finale contre l’Espagne, nous sommes allés aux tirs au but, mais nous méritions la finale. Je me suis trompé sur le penalty décisif ; « Mais qui avons-nous eu? » il fallait penser à Vérone (encore un rire, ndlr). J’ai reçu plusieurs appels téléphoniques de clubs européens à l’hôtel, mais « Ciccio » Mascetti et le comptable Rangogni sont venus en France : nous avons parlé toute la nuit, à l’abri des regards indiscrets. J’ai choisi l’Italie parce que c’était la meilleure ligue du monde avec les joueurs les plus forts du monde. Et j’ai eu envie d’essayer aussi. Je ne savais rien de Vérone : j’ai demandé à des amis qui jouaient en Italie : « c’est une belle ville », ils m’ont dit. Mais je parlais de l’équipe : « Une équipe avec un peu de chance peut monter en Coupe UEFA. Ça s’est mieux passé, on a gagné le Scudetto. »

carrousel d’ombre


Elkjaer Larsen, « maire » de Vérone



Beaucoup de moments inoubliables; que te reste-t-il de plus ?
« Je pourrais dire le dernier coup de sifflet à Bergame que Scudetto nous a donné, mais au fil des ans, j’ai réalisé que la chose la plus importante est l’amitié qui existait dans cette équipe, entre nous, M. Bagnoli et la relation avec les fans. » la ville. Incroyable. Le groupe était composé de gens formidables et nous sommes toujours amis. »

Mais comment avez-vous communiqué avec Bagnoli au début ?
« Bonjour et bonjour. Je ne connaissais pas l’italien, il ne parlait pas anglais. Mais on a compris, c’était important que je m’entraîne sérieusement et que je fasse ce que j’avais sur le terrain. Et puis il m’a aussi laissé fumer… ».

Les grands clubs italiens la recherchaient. « Mais je fais déjà partie d’une grande équipe », a-t-il déclaré. Et il n’a pas bougé de Vérone.
« Je n’ai pas dit ‘un’ mais  »la plus grande équipe. Et c’était vrai parce qu’on avait un bouclier sur la poitrine ».

Ce n’était pas le bon moment pour décrocher en Champions Cup à Turin face à la Juve dans un stade abandonné. A la fin du match, elle fit un geste et fit un chèque à l’arbitre français Wurtz…
« En fait, je voulais lui écrire un bon numéro d’ophtalmologiste… blague, c’était un vol. J’étais très déçu et en colère; nous perdrons, mais pas de cette façon. »

Elle a quitté le Danemark très jeune pour s’installer à Cologne. C’était difficile?
« Très difficile, j’avais 19 ans. Je suis passé de deux entraînements par semaine à deux entraînements par jour. J’ai développé un personnage adapté au football professionnel. C’est l’entraîneur Weisweiler qui m’a voulu à Cologne et m’a appris à être un professionnel.

Il la regardait. Est-il vrai qu’il l’a appelée pour signaler qu’elle avait versé des verres de whisky dans la nuit, et qu’elle l’a corrigé et a dit : « Ce n’est pas vrai, monsieur, ce n’était pas du whisky, mais de la vodka… » ?
« D’accord, j’étais jeune. »

Était-ce un tournant dans votre carrière et votre vie à Lokeren, en Belgique ?
« J’avais 21 ans et un peu plus d’expérience. Pendant les deux premières semaines en Belgique, j’ai rencontré Nicole (son mari est marié depuis 1979) et sa famille : ils m’ont fait me sentir chez moi. En Belgique, j’ai retrouvé une mentalité plus proche des Danois »

Tirer des buts contre le grand Jean-Marie Pfaff était un plaisir pour elle…
« Il était le gardien de Beveren, une ville à quelques kilomètres de Lokeren. C’était un derby très excitant et profondément ressenti. »

Je l’ai vue jouer pour la première fois le 3 juin 1981 au Danemark-Italie, valable pour les éliminatoires de la Coupe du monde 198. Cela s’est terminé pour vous 3: 1, elle n’a pas marqué, mais elle nous a mis en colère. Impressionnant. Vous souvenez-vous de ce match ?
« Je m’en souviens bien car le match était très important pour notre football. Nous n’avons jamais fait de Coupes d’Europe ou du Monde, l’Italie a été très forte. La vaincre signifiait que nous aussi, malgré notre jeune équipe, pouvions jouer au niveau international à un haut niveau. Cette victoire nous a permis de comprendre qui nous sommes et où nous étions. »

Maintenant, vous allez à la Coupe du monde et en Italie pour la deuxième fois consécutive à domicile.
« Incroyable. C’est également arrivé au Danemark après avoir remporté les Championnats d’Europe de 1992. L’été dernier, l’Italie a joué un excellent football et a remporté à juste titre le Championnat d’Europe. Je pense que le problème est dans ma tête. C’est difficile de toujours rester à un haut niveau ».

Selon vous, qu’est-ce qui est mauvais dans notre football ?
« Vous avez beaucoup d’étrangers, même des bons, mais il y en a trop. Les jeunes talents italiens ont du mal à trouver de la place. Et puis il n’y a pas de rythme dans les jeux ; l’un est viré, n’a rien et a l’air à moitié mort. Les arbitres sifflent constamment. Alors tu joues et tu t’arrêtes, tu joues et tu t’arrêtes. Je regarde la Ligue des champions et la Premier League pour la télévision danoise. Il est joué sur des rythmes différents, mais c’est aussi le cas en France et en Allemagne. Et les équipes italiennes sont inquiètes car elles n’ont pas de tels rythmes. Au Danemark, je suis aussi connu pour supporter l’équipe italienne en Europe. Cependant, c’est difficile pour moi car ils n’ont pas gagné la Ligue des champions depuis 12 ans ».

Quand tu étais en Italie, c’était un duel rustique avec nos défenseurs…
« Il m’est très difficile de me souvenir de certaines entrées. Et puis il a été qualifié d’homme et n’a pas plaisanté avec des gens comme Vierchowod, Gentile, Bruscolotti, Ferri et al.

Nous en avons fini avec sa Vérone. Content?
« Beaucoup, il va très bien, il joue bien au football et nous sommes heureux. Nous avons beaucoup souffert. Je me souviens des années terribles de la Serie C. Tu ne connaissais même pas les résultats au Danemark, alors j’ai appelé Vérone pour me le faire savoir. Maintenant, je profite de Vérone et je la regarde à la télévision, et si je peux, je viendrai à Bentegodi. Dommage que je joue dehors à chaque fois que je viens, mais d’abord j’aurai le bon week-end. »

Allez Vérone et le maire Elkjaer !
« Toujours ».

2 avril 2022 (changement 2 avril 2022 | 08:39)

© REPRODUCTION RÉSERVÉE

Célestine Marion

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.