Programme satirique, champ de bataille aux élections françaises

PARIS (AP) – Un journal télévisé français et une émission qu’elle aime animer aux dépens de Marine Le Pen sont devenus un champ de bataille dans la course entre le leader d’extrême droite et le président Emmanuel Macron.

Le Pen a déclaré avoir élevé un ton controversé mercredi lorsqu’il a qualifié son adversaire de menace pour la démocratie et a déclaré qu’il avait montré le « visage droit de l’extrême droite ».

Le Pen et son père Jean-Marie ont longtemps été la cible de couvertures satiriques de l’actualité, du divertissement et du talk-show de TMC.

« Quotidien » porte un regard critique sur la politique, dénonce et ridiculise la manie, les incohérences et les attitudes des politiciens. Le programme, qui compte plus de 750 000 followers sur Twitter, arrête souvent les vedettes des grosses émissions.

Marine Le Pen n’en fait pas partie.

Il a déclaré mardi lors d’une conférence de presse qu’il avait décidé de refuser l’accréditation des journalistes de l’émission lors de sa tournée électorale car « il n’y a pas de journalistes sur ‘Quotidien' ».

Macron a accusé Le Pen de se comporter comme un autocrate. Le président de centre droit et Le Pen s’affrontent lors d’un tour décisif des élections le 24 avril.

« Quand la même personne dit le même jour, ‘Vous êtes journaliste, mais ce monsieur ne l’est pas parce qu’il dit des choses que je n’aime pas’, c’est le début d’une tendance autoritaire », a déclaré Macron.

« Le visage droit de l’extrême droite est revenu », a-t-il ajouté. « C’est un visage qui ne respecte pas la liberté, le cadre constitutionnel, l’indépendance de la presse. »

Macron manque rarement l’occasion de parler aux journalistes du « Quotidien », bien que son gouvernement soit toujours fortement critiqué pour ses efforts visant à réglementer la couverture visuelle de la police.

D’autre part, un groupe de grandes stars du sport a ajouté ses voix à l’élection dans un appel à voter pour Macron, publié dans le journal Le Parisien. Parmi les cinquante signataires figurent des stars de la NBA, des médaillés olympiques, des stars du tennis, du rugby et du football, des cyclistes du Tour de France et d’autres noms sportifs français actifs à la retraite.

Ils ont noté que le vainqueur du concours en tant que chef de l’État déclarerait les Jeux olympiques de Paris ouverts en 2024.

« Nous – athlètes français de tous horizons et de toutes disciplines – ne pouvons pas imaginer que ce moment historique porte le sceau du président d’extrême droite », ont-ils écrit.

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.