Projet d’accord entre la Russie et l’Ukraine. Moscou prétend avoir ordonné de payer des intérêts sur la dette – mais atteindra-t-elle les créanciers ? – Invasion de l’Ukraine

Lavrov dit qu' »il y a encore de l’espoir dans les négociations ». Le Kremlin veut faire de Kiev la « nouvelle Autriche »

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré dans une interview à RBC, citée par l’agence de presse russe, qu' »il y a encore un peu d’espoir » quant à la possibilité que Kiev et le Kremlin parviennent à une solution diplomatique.

« Je suis ce que me disent les négociateurs. Ils me disent que les négociations ne vont pas bien pour des raisons évidentes. Néanmoins, il y a un espoir de parvenir à un accord », a expliqué Lavrov.

« La neutralité (ukrainienne) est sérieusement discutée ensemble et, bien sûr, avec des garanties de sécurité. C’est exactement ce qu’a déclaré le président Poutine lors d’une conférence de presse en février : toutes les options sont possibles, toutes les garanties de sécurité sont acceptables, à l’exception de l’élargissement de l’OTAN. « , a ajouté le chef de la diplomatie russe.

Lavrov a ajouté qu' »il existe des textes spécifiques qui, je pense, sont proches de l’approbation ».

« Des progrès ont été réalisés sur plusieurs points »

Le chef du groupe diplomatique russe chargé des négociations avec Kiev, Vladimir Medinsky, contacté par Interfax, a affirmé que « des progrès ont été réalisés sur plusieurs points, mais pas du tout ». « Les positions des deux parties sont assez claires. Nous procédons étape par étape », a ajouté le conseiller Vladimir Poutine.

Cependant, Medinsky a reconnu que « les négociations ont été difficiles et lentes » et que « nous voulons parvenir à un accord de paix le plus tôt possible ». Le chef de l’équipe de négociation a expliqué que le but des négociations est « de filtrer une série de problèmes compliqués et de trouver un consensus sur ceux qui sont possibles ». Cependant, le diplomate a déclaré que « l’objectif poursuivi par la Russie dans ces négociations reste unanime ».

« L’objectif de la Russie dans ces négociations est exactement le même que l’objectif de la Russie au début de l’opération militaire spéciale », a expliqué le conseiller Vladimir Poutine, soulignant que « nous avons besoin d’une Ukraine pacifique, libre, indépendante et neutre et non membre de certaines opérations militaires ». .  » des blocs ou de l’OTAN, mais un pays qui est notre ami et voisin et qui ne sert pas de pont pour une attaque militaire et économique contre notre pays. « 

Selon Medinsly, Kiev a proposé dans les négociations que l’Ukraine devienne un État démilitarisé, qui dispose cependant d’une armée nationale, comme dans le cas de l’Autriche ou de la Suède.

« Il y a une discussion sur le maintien et le développement de la neutralité de l’Ukraine, ainsi que sur la démilitarisation du pays et un certain nombre de questions liées à la taille de l’armée ukrainienne. L’Ukraine propose un modèle similaire à l’État neutre démilitarisé autrichien et suédois,  » il ajouta. « Qui, cependant, aura une armée et une marine nationales », a révélé le diplomate.

Malgré cette déclaration, le négociateur de Poutine a affirmé que « l’Ukraine est déjà neutre et c’est précisément dans des conditions de neutralité que l’Ukraine s’est retirée de l’Union soviétique en 1991. Cette neutralité est confirmée dans la déclaration de souveraineté ukrainienne ».

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.