Tony May est décédé, d’un émigré anonyme il est devenu le roi de la cuisine italienne aux USA

midi3 avril 2022 – 17:59

Originaire de Torre del Greco, il est arrivé très jeune à New York. Il a fondé « San Domenico » et dirige aujourd’hui six restaurants avec sa famille, qui sont une destination pour un ensemble de flux internationaux. Il avait 84 ans

à partir de Marc Santoro

Tony May, ambassadeur de la cuisine napolitaine et italienne aux États-Unis, propriétaire de six restaurants italo-américains qui ont marqué l’histoire culinaire de New York, est décédé hier soir à New York en devenant des destinations internationales de la jet-set. Le célèbre restaurateur est né à Torre del Greco il y a 84 ans. Son vrai nom était Antonio Magliuolo et il est mort après une courte maladie chez lui à New York. La nouvelle a été annoncée par la famille : il laissait sa fille Marisa, mariée à Leonardo Metalli, un journaliste de Tg1 qui, comme Marisa May, a suivi les traces de son père et a tenu une promesse de cuisine italienne à la Big Apple.



Entrée à
Entrée à « San Domenico »

Temple de la classe et de la sophistication

Tony May était le propriétaire du légendaire restaurant « San Domenico », un temple de classe et de sophistication. Le porteur de la meilleure tradition gastronomique Belpaese (« provoque la révolution : les Italiens dépassent les Français dans le monde de la haute cuisine », écrivait « The Economist »), « San Domenico » au 240 Central Park South, entre Seventh Avenue et Broadway Avenue, à quelques pas de Time Warner et du Lincoln Center ont vu parmi leurs célébrités telles que Michael Douglas, Catherine Zeta Jones, Sylvester Stallone, Sophia Loren, Sharon Stone, Harrison Ford, Demi Moore. , Tom Hanks, Ron Howard, Luciano Pavarotti, mais aussi des financiers, des industriels, des artistes et des politiciens.

L’arrivée des États-Unis

Antonio Magliuolo, né le 6 décembre 1937, premier des huit enfants du capitaine Ciro, quitte très jeune la province de Naples pour débarquer en Amérique et chercher le bonheur. Et pendant un peu plus d’une décennie de formation d’émigrant anonyme, il est devenu le roi de la table. A Manhattan, il est embauché comme serveur au Rainbow Room, l’un des restaurants du Rockefeller Center : en 1964 il devient maître d’hôtel et en 1968 gérant de restaurant. Dix ans plus tard, la propriété prend le relais et transforme les chambres du 65e étage du gratte-ciel en un restaurant aux allures de boîte de nuit qui accueille les plus grands jazzmen.

Bulletin du Corriere del Mezzogiorno

Si vous souhaitez être informé de l’actualité de la Campanie, abonnez-vous gratuitement à la newsletter du Corriere del Mezzogiorno. Il arrive directement dans votre boîte de réception tous les jours à 12h00. Cliquez ici.

3 avril 2022 | 17:59

© REPRODUCTION RÉSERVÉE


Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.