« Trous réparés après l’accident, je veux la vérité »

« Ça ne peut pas être juste la faute de Leonardo. » Il s’est passé quelque chose : il y avait une dépression sur la chaussée, une sorte de trou et une montée, quelqu’un pourrait la resserrer, faire une manœuvre risquée. Leo était un conducteur précis, prudent et sobre. Quelque chose l’a mis en crise. » Ça pèse sur les mots, la mère de Paola Scaglioni Léonard Lamma. Elle reste dans l’ultime clarté qui lui reste pour trouver une raison, une possible explication au drame qui a emporté son fils unique, dix-neuf ans, le 18 février. À ses côtés se trouvait son père Stefano Lamma.

Leonardo Lamma, décédé dans un accident sur le Corso Francia : il était le meilleur ami de l’ami de Gai, a frappé et tué Camilla dans la même rue.

Avez-vous réussi à reconstruire la dynamique ?
« Je fais tout pour qu’il comprenne. » Ce matin je suis retourné sur les lieux de l’accident et le plus inquiétant c’est que j’ai trouvé des ouvriers qui avaient déjà gratté et refait l’asphalte. Exactement où s’est produit l’accident mortel de Léonard ».

Avez-vous trouvé cela étrange?
« J’ai été surpris, c’est sûr. J’ai parlé au chef de chantier, qui m’a dit que la commande était arrivée hier, avant l’accident. Il ne semblait rien savoir de ce qui s’était passé à cet endroit.

Maudite route. Gaia et Camilla sont mortes à proximité…
« Leonardo les connaissait bien. Ce soir-là, lorsque leur accident s’est produit, Leonardo dînait avec Gaia et Camilla car il était un ami très proche de l’ami de Gain. Ils sont sortis ensemble. Puis ils se sont dit au revoir après le dîner. »

comment vas-tu maintenant
« Nous avons déjà engagé un avocat. » Et nous voulons voir que toutes les caméras fonctionnent à ce moment-là. Il y a des soupçons. Le voyage là-bas a dû avoir des problèmes. Trou et montée, c’était cahoteux. Leonardo ne pouvait pas tout faire lui-même. Le vélo avait deux ans, consciencieux, pratique, prudent. Nous voulons la vérité. Bien sûr, Leonard ne reviendra pas vers nous, mais c’est pour la paix intérieure. Stefano et moi sommes maintenant deux zombies. »

Coopérez-vous avec la police ?
« Ils ont fait les vérifications et rédigé les procès-verbaux. Le maire nous a assuré qu’il avait tout fait pour découvrir la vérité. Maintenant, tout est entre les mains de la municipalité. Nous attendons des images de caméras dans la région ».

Qui vous a prévenu jeudi ?
« L’ami proche de Léonard m’a appelé. Il m’a dit : Paola, Leonardo a eu un grave accident de vélo. J’ai couru jusqu’à l’endroit. Léonard gisait par terre, déjà couvert. J’ai parlé à l’anesthésiste qui lui a donné les premiers soins. Ils ont essayé de le ranimer pendant une heure. Ils lui ont aussi fait une transfusion… ».

Pouvez-vous nous raconter la journée ? Pourquoi Léonard a-t-il quitté la maison avec un vélo ?
« Léo a quitté la maison vers 16h30. Il avait rendez-vous avec des amis vers Pariola. Il a pris le vélo car il devait ensuite se déplacer pour aller travailler. Il a travaillé quelques mois. Il a effectué des livraisons pour la société franchisée San Bartolomeo. Il était de garde de 19h00 à 22h00. Mais il n’est jamais venu chez les garçons. »

La moto était votre passion ?
« Oui, il la voulait depuis longtemps. Nous l’avons acheté pour lui il y a deux ans. Il savait à quel point nous avions peur à chaque fois qu’il en prenait. Nous avions déjà une histoire douloureuse dans la famille, mon neveu est toujours mort dans un accident de moto. Mais il nous a toujours calmés. Et il l’a prouvé par les faits. Il était précis, consciencieux, réfléchi. Il emportait toujours tous les documents avec lui, il réparait bien son casque et ses gants. Tout le monde l’a dit : je n’ai jamais vu un jeune de dix-huit ans aussi précis prendre un vélo. Il conduisait prudemment. Bref, il avait cette passion et il ne méritait pas notre non. »

Pouvez-vous nous parler de Léonard ?
« Il a étudié en première année de profession médicale en tant que technicien orthopédiste à Sant’Andrea, il a déjà passé quatre examens. Il était tellement content du choix, c’était juste dans ses cordes. Pensez-vous qu’il a sauvé la vie de son père il y a deux ans ? Il avait un profond sens de l’amitié. Et il était très sportif. Enfant, il a eu une passion pour la natation, puis un amour pour le basket-ball et le football. Et puis il aimait beaucoup cuisiner… ».

© REPRODUCTION RÉSERVÉE

Célestine Marion

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.