Ukraine, dans la station thermale de Truskavets, un port pour personnes déplacées – Politique

Oksana coordonne les dons à des centaines de réfugiés de l’est de l’Ukraine depuis environ un mois.
Coordonne la distribution des tas et des tas de T-shirts, chemises et chandails. Des dizaines et des dizaines de poussettes et de chaussures pour les plus petits. Nous sommes à Truskavets, « Montecatini Terme » en Ukraine, qui, depuis le début de la guerre, loin du centre de l’attention, s’est transformé en un refuge sûr pour les femmes et les enfants fuyant les lieux brisés de l’Est.
Truskavets était tout simplement la station thermale la plus célèbre du pays à quelques heures de la nuit fatidique du 23 au 24 février. Des centaines de visiteurs de toute l’Ukraine ont bu ses eaux bénéfiques.
À Truskavets, il y a de grands hôtels et des centres de presse, des pizzerias italiennes et de longues promenades dans le parc. À Truskavets, ou du moins dans nombre de ses restaurants, il arrive encore d’entendre des chanteurs italiens devenus des stars sous ces latitudes, comme Pupo, Ricchi e Poveri et Toto Cutugno. Mais en moins d’un mois, la ville est devenue l’une des villes les plus accueillantes pour les déplacés ukrainiens. Il s’agit de déplacés internes qui n’ont pas la force, notamment économique, de franchir les frontières. Qui n’ont aucun soutien dans l’Union européenne. Et ils décident donc de s’installer à Truskavets sur l’un des deux trains qui relient quotidiennement Dnipro et Kharkov à cette ville au pied des Carpates orientales.
Dans l’immense salle circulaire du bâtiment soviétique gris, une longue file de femmes attend le tour. À l’intérieur de la salle, des bénévoles essaient de trier des milliers de dons en provenance d’Ukraine et de l’étranger. « L’aide vient ici de France, de Pologne, de Roumanie et j’oublierai certainement certains pays », explique Oksana. Il coordonne une vingtaine de bénévoles dont certains sont des réfugiés qui serrent la main de ceux qui connaissent un sort très similaire. Comme Timur, qui vient de Kharkov et s’est arrêté à Truskavets et a laissé son frère et sa famille venir en Slovaquie. « Ma maison à Kharkov n’a pas été détruite, mais y vivre est impossible. J’ai perdu beaucoup d’amis et il n’y a pratiquement rien dans la ville », dit Timur, se disant « prêt » à s’enrôler et combattre si nécessaire.
Deux cent à six cents personnes sont déplacées chaque jour à Truskavets. Les flux ont récemment diminué, mais la situation d’urgence n’est pas terminée. A la Villa Goplana, l’un des plus beaux édifices de la ville, construit dans les années 1920 dans le style de Zakopane (du nom des constructions en bois de la station de ski polonaise), un groupe de femmes coupe et coud des vêtements. « Nous avons beaucoup de cadeaux, mais nous savons que la guerre sera longue », soupire Oksana. Les réfugiés sont hébergés dans trois écoles de la ville ou dans des bâtiments, y compris privés, à proximité de Truskavets, pour lesquels, entre autres, la ville partenaire de Chianciano Terme s’est mobilisée.
De Lviv, vous pouvez vous rendre en ville par la route nationale T1416. En cours de route, près de Medenyec, le trafic ralentit à un certain point. Des dizaines et des dizaines de personnes agenouillées apparaissent sur les côtés de nulle part. Un peu plus loin, il y a trois voitures noires avec des drapeaux d’état jaune-bleu et rouge-noir de l’armée insurrectionnelle ukrainienne, empruntés aux bataillons de défense territoriale. Un Ukrainien tombé se trouve dans l’une de ces voitures.
Il est paramilitaire et est célébré avec tous les honneurs. La circulation s’arrête, la rue est bondée. Deux prêtres orthodoxes rendent hommage. Il n’y a pas d’applaudissements. Il n’y a pas de larmes. « Il est mort pour son pays, il est mort pour l’Ukraine. »

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.