Un duel entre les lanternes rouges

Tout au long de son histoire, le football a adopté de nombreuses expressions issues d’autres sports. L’une d’elles, connue surtout des amateurs de vélo, est la lanterne rouge et ses origines remontent au XIXème siècle, lorsque les gardes-trains gaulois annonçaient le passage du dernier wagon dans la gare aux feux rouges. Quelque chose qui a été initialement transféré au Tour de France afin d’identifier le coureur le plus lent du peloton après son arrivée sur les Champs-Élysées à Paris et qui est maintenant utilisé pour identifier chaque joueur inférieur.

Eh bien, ce samedi à 16h15, Mendizorroza assistera à un duel de deux lanternes rouges de la plus haute catégorie. D’un côté et à domicile se trouvera le Deportivo Alavés, dernier du classement avec 22 points ; et Rayo Vallecano, d’autre part, dont les résultats montrent qu’ils sont la pire équipe de première division – et des cinq grands championnats européens – tout au long du deuxième tour.

Cependant, la situation des deux équipes n’est pas très similaire. Après une défaite insatisfaisante face à Osasun à El Sadar, l’équipe de babazorro est à sept points de la stabilité et comme si la bataille avec les mathématiques n’était plus assez utopique, elle n’a plus rien à retenir du football. La réalité que Julio Velázquez essaie de changer, mais qui ne semble pas être une tâche facile en regardant la peinture du temple navarrais.

Surtout en tenant compte non seulement du faible niveau que le peloton a offert tout au long de la campagne, mais aussi de sa tendance à la baisse. Car même si le calendrier semble être assez favorable, la vérité est que les calculs n’ont pas de sens lorsqu’ils sont basés sur l’équipe qui n’a remporté qu’un seul des 19 derniers matches de championnat et en plus dans les différentes finales (Elche, Granada et Osasuna) ils ont joué. , Détruit avec presque n’importe quelle opposition.

Rayo a eu 12 matchs sans victoire et, comme déjà mentionné, est la pire équipe du deuxième tour avec quatre points. En particulier, l’équipe madrilène en a ajouté deux de moins que Grenade et Alavés (6), contre lesquels, curieusement, ils ont remporté leur dernière victoire dans la compétition nationale. Le fait qui s’est produit le 16 décembre au stade Vallecas, où Javi Calleja a dirigé son avant-dernier match à la tête du banc de Gasteiz.

Maintenant, bien que la série d’équipes marginales soit très inquiétante, leur situation de compétences, du moins pour l’instant, n’est pas si bonne. Et c’est parce que, grâce à leur premier tour spectaculaire – au cours duquel la Ligue des champions s’est disputée et de la même manière en demi-finale de la coupe – les Rayists ont une réserve de six points (34) avec respect. à Cadix, qui ferme la zone de descente avec 28 et il ne reste que sept matches jusqu’à la fermeture du rideau.

DERNIÈRE CHANCE Ainsi, la compétition qui affrontera les deux équipes au Paseo de Cervantes est sur l’égalité des chances. En attendant, il Glorieux Il a besoin de gagner pour dépêcher ses chances de continuer l’élite et de se rendre à Majorque avec quelques arguments en sa faveur, les rousses chercheront la victoire qui leur permettra d’interrompre une série de défaites et, en plus, de faire un pas presque définitif vers la permanence. Un objectif qu’ils auraient certainement atteint bien plus tôt s’il n’y avait pas eu les extrasports à une époque où les supporters et l’équipe vivaient des moments empyriques.

Célestine Marion

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.