Un journaliste français est mort en Ukraine

« Aujourd’hui, notre transport d’évacuation blindé emmènerait 10 personnes de la région et était sous le feu de l’ennemi » – a écrit Hajdaj dans le messager Telegram.

« Des éclats de balles ont percé le blindage de la voiture, un journaliste français qui enregistrait le matériel d’évacuation a été accrédité mortellement blessé au cou, et le casque du policier a été sauvé », a-t-il précisé.

Hajdaj a annoncé que l’évacuation avait été suspendue.

La France demande une enquête

La mort du journaliste de BFM TV Frédéric Leclerc-Imhoff, tué aujourd’hui alors qu’il couvrait une opération d’évacuation près de Severodonetsk, est profondément choquante. Nous exigeons une enquête transparente sur sa mort, a déclaré lundi Catherine Colonna, chef du ministère français des Affaires étrangères.

« Le journaliste français de 32 ans a été tué lundi en Ukraine alors qu’il se trouvait dans un convoi humanitaire près de Severodonetsk, bombardé par les forces russes », a confirmé le président Emmanuel Macron sur Twitter.

Leclerc-Imhoff est diplômé de l’Institut de journalisme de Bordeaux, Région Aquitaine (IJBA), et a travaillé à BFMTV pendant six ans. C’était la deuxième mission du journaliste en Ukraine.

Le diplomate français Colonna, qui se trouve en Ukraine, a exigé une « enquête transparente » sur la mort de Leclerc-Imhoff. Sa mort est « profondément choquante », a ajouté le ministre dans un communiqué, appelant à « une enquête transparente dans les meilleurs délais pour éclaircir les circonstances de ce drame ».

« La France réaffirme son engagement continu et ferme à travers le monde en faveur de la liberté de la presse et de la protection des journalistes et de tous ceux dont les propos contribuent à la libre information et au débat public », a souligné Colonna.

Le reste du texte est sous la vidéo.

« Les principales infrastructures de la ville sont détruites »

Des combats avec les troupes russes sont déjà en cours dans les rues de Severodonetsk, dans la région de Louhansk, a rapporté lundi le chef des autorités régionales, Serhiy Haydai, sur Telegram. La ville est le dernier grand bastion des troupes ukrainiennes dans cette région.

Hajdaj a souligné que les principales infrastructures de la ville ont déjà été détruites à près de 100 %. et 90 pour cent ont été endommagés. bâtiments résidentiels, dont 60 pour cent. à un degré critique. Il a ajouté qu’il y avait des corps de soldats russes dans les rues et qu’il faisait chaud, ce qui pouvait entraîner des maladies.

Combats de rue à Siewierodoniecko

À son tour, le porte-parole du ministère ukrainien de la Défense, Oleksandr Motuzianyk, a déclaré aujourd’hui que la situation à Severodonetsk était difficile et qu’il y avait des combats de rue dans les environs.

« La situation est difficile, des combats de rue ont déjà lieu dans les environs. Les soldats ukrainiens interrompent les actions offensives de l’ennemi », a déclaré Motuzianyk lors d’une conférence de presse à Kiev.

Soulignant à nouveau que la situation dans la ville est vraiment difficile, il a affirmé que les troupes ukrainiennes la contrôlaient. « Le renseignement fonctionne. Nous connaissons tous les plans de l’ennemi. Notre renseignement aérien fonctionne également, donc je suis optimiste quant à la situation », a-t-il déclaré.

Selon ses propres termes, l’armée ukrainienne met tout en œuvre pour éviter la proximité de ses troupes dans la région de Siewierodoniecka et de Lisiczańska. Pendant ce temps, l’attaque se poursuit dans plusieurs directions et les combats les plus féroces se déroulent dans trois directions : Siewierodoniecka, Bachmut et Kurachowy.

Merci d’être avec nous. Abonnez-vous à la newsletter Onet pour recevoir le contenu le plus précieux de notre part.

Célestine Marion

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.