Un médecin irano-suédois pris en otage et menacé d’exécution en représailles

Voa persan

« Ceci est indiqué par de plus en plus de données Les autorités iraniennes commettent une prise d’otage contre Ahmadrez Djalali, un professeur irano-suédois menacé d’exécution imminente à la prison d’Evin à Téhéran« , a déclaré Amnesty International aujourd’hui. Le enquêtes et analyses détaillées de l’organisation Ils expriment leur vive inquiétude quant au fait que les autorités iraniennes menacent d’exécuter Ahmadrez Djalali afin de forcer la Belgique et la Suède à extrader deux anciens hauts responsables emprisonnés et de décourager les deux pays et d’autres de poursuivre de hauts responsables iraniens à l’avenir.

Les deux anciens hauts responsables sont Asadollah Asadi, un ancien diplomate iranien qui purge une peine de 20 ans de prison en Belgique pour son rôle dans un attentat à la bombe déjoué en France en 2018, et Hamid Nouri, un ancien gardien de prison en Suède avant un tribunal pour implication présumée dans 1988 massacres de prisonniers en Irandont l’issue est prévue le 14 juillet.

« Les autorités iraniennes utilisent la vie d’Ahmadrez Djalali comme un pion dans un jeu politique cruel en intensifiant leurs menaces de l’exécuter en représailles si leurs demandes ne sont pas satisfaites. les autorités tenter de fausser le cours de la justice en Suède et en Belgiqueet devrait faire l’objet d’une enquête pour crime d’otage », a déclaré Diana Eltahawy, directrice adjointe d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

« Les autorités iraniennes ils doivent arrêter tout projet d’exécution d’Ahmadrez Djalali, le libérer immédiatement et lui offrir une indemnisation pour le préjudice qu’il a subi ;“.

Violation de la Convention contre les otages – Prise d’otage

L’Iran, la Suède et la Belgique sont parties à la Convention internationale contre la prise d’otages, qui criminalise les actes de prise d’otages commis par des acteurs étatiques et non étatiques. La Convention définit la prise d’otages comme la détention d’une personne accompagnée de menaces de mort, de blessure ou de détention dans le but de contraindre un tiers à remplir certaines conditions, qui peuvent être explicites ou implicites.

Les recherches d’Amnesty International montrent que malgré les efforts initiaux des autorités iraniennes pour détenir arbitrairement Ahmadrez Djalali en avril 2016, au moins depuis fin 2020, lorsque le procès d’Asadollah Asadi a commencé en Belgique, des otages ont été pris en otage.

Le 24 novembre 2020 Ahmadrezi Djalali a été placé à l’isolement et informé qu’il serait exécuté dans la semaine. Le transfert a eu lieu quelques jours avant le procès prévu d’Asadollah Asadi en Belgique le 27 novembre 2020. Suite à des interventions du monde entier, l’exécution a été reportée au 2 décembre 2020.

Le 4 mai 2022, quelques jours après qu’un bureau du procureur suédois a demandé la réclusion à perpétuité d’Hamid Nouri, les médias d’État iraniens ont mis en garde contre l’exécution imminente d’Ahmadrez Djalali. Les rapports indiquent également qu’« en appliquant la condamnation à mort d’Ahmadrez Djalalim, le gouvernement iranien […] empêchera le gouvernement suédois de prendre d’autres mesures similaires à l’arrestation de Hamid Nouri.

Selon l’épouse d’Ahmadreza Djalali, la justice a déclaré à ses avocats le 7 mai 2022 qu’elle avait agi « de bonne foi » en reportant son exécution une fois en décembre 2020. Cependant, elle a ajouté qu’en arrêtant et en poursuivant Hamid Nouri, la Suède avait rejoint les « ennemis » de l’Iran et créé des « problèmes » pour le système de la République islamique, ne laissant à l’Iran « pas le choix » d’exécuter.

Ces observations, ainsi que des articles publiés dans les médias d’État le 4 mai 2020, fournissent des indications claires qu’Ahmadrez Djalali risque la peine de mort en représailles, ce que les autorités iraniennes jugent nécessaire pour dissuader de nouvelles arrestations. et la poursuite de hauts responsables iraniens hors d’Iran.

Amnesty International a également appris de plusieurs sources crédibles que les autorités iraniennes avaient renvoyé en privé Ahmadreza Djalali au moins une fois en prison et à plusieurs reprises à ses avocats qui avaient tenté de racheter Ahmadreza Djalali à Asadollah Asadi et/ou Hamid Nouri..

D’autres chiffres cruciaux sont les commentaires publics faits par les autorités belges début 2021 et en mars 2022, qui suggèrent que les autorités iraniennes cherchent un « accord » pour remplacer Ahmadrez Djalali par Asadollah Asadi.

Avant son arrestation, Ahmadreza Djalali vivait avec sa famille en Suède ; il a également été professeur invité de médecine de catastrophe à l’Université libre de Bruxelles en Belgique.

Les autorités iraniennes utilisent depuis longtemps des détenus arbitraires coercitifs et des ressortissants étrangers pour exercer des pressions, comme l’ont souligné le rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des droits de l’homme en Iran et le groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire.

Amnesty International demande la mise en place et enquête efficace, transparente et indépendante sur la situation d’Ahmadrezi Djalali en vertu de la Convention internationale contre la prise d’otages afin d’enquêter sur les données indiquant l’existence d’une prise d’otages. Compte tenu du climat d’impunité en Iran, il sera nécessaire que la Suède et la Belgique mènent cette enquête conjointement ou séparément, comme les États l’ont forcé ou tenté de le faire.

« La prise d’otages est un crime qui préoccupe au plus haut point la communauté internationale. S’il s’avère que les autorités iraniennes ont commis ce crime contre Ahmadrez Djalalim, tous les États parties à la Convention internationale contre la prise d’otages devraient travailler ensemble pour tenir l’Iran responsable et veiller à ce que ces actes soient pris en otage. prendre », a conclu Diana Eltahawy.

Plus de détails

En octobre 2017, Ahmadreza Djalali a été condamné à mort pour « corruption sur terre » (efsad-e fel-arz) par « espionnage » à l’issue d’un procès grossièrement injuste devant la branche du tribunal révolutionnaire de Téhéran. Le tribunal s’est principalement appuyé sur les « aveux » qui, selon Ahmadreza Djalali, ont été obtenus par la torture et d’autres mauvais traitements alors qu’il était détenu à l’isolement sans avoir accès à un avocat.

En novembre 2017, le groupe de travail sur la détention arbitraire a appelé l’Iran à libérer Ahmadrez Djalali et à lui offrir le droit à une indemnisation et à d’autres réparations.

Le 16 mars 2022, les autorités iraniennes ont autorisé la travailleuse caritative Nazanin Zaghari-Ratcliffle à quitter l’Iran après que le gouvernement britannique a versé à l’Iran 393,8 millions de livres sterling pour régler un différend sur la dette. Dans les semaines à venir, Amnesty International publiera les conclusions d’une enquête sur les circonstances de la détention arbitraire de six ans et de sa libération en vertu de la Convention internationale contre la prise d’otages.

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.