Une autre grande équipe fait face à la menace des séries éliminatoires | sport

Le classement européen pour la prochaine Coupe du monde a atteint les deux dernières journées avec seulement l’Allemagne et le Danemark classés et plusieurs grandes équipes en difficulté, pas seulement l’Espagne. Mardi prochain, on connaîtra les huit équipes les plus qualifiées et les 12 équipes qui s’affronteront pour le repêchage, les 10 deuxièmes de groupe et les deux Ligue des Nations combinées seront connus. La douzaine d’équipes sera divisée en six demi-finales puis trois finales, toujours en un match, d’où sortira le trio final des qualifiés européens.

Le problème passe par l’environnement. Le vice-champion du monde, la Croatie, peut se qualifier pour les éliminatoires. Le billet direct contre la Russie se jouera dimanche prochain à Split. Auparavant, les deux équipes devaient achever les procédures ce mercredi contre Chypre et Malte. S’il n’y a pas de surprises, dans la région croate l’équipe dirigée par Valery Karpin méritait un match nul pour une passe directe.

L’Italie, championne d’Europe, revit maintenant un cauchemar il y a quatre ans lorsqu’elle a perdu contre la Suède pour rater sa première Coupe du monde en 60 ans. Jeudi, ils jouent la finale contre la Suisse (match nul avec 14 points) à Rome, où ils ont battu les Helvètes lors du dernier Championnat d’Europe. Ce sera un rendez-vous marqué par une non-présentation. Immobile, Chiellini, Zaniolo et Pellegrini n’ont pas pu figurer sur la liste de Mancini. Barella est dubitative. Mais la Suisse ne pourra pas avoir Embolo, Elvedi, Zuber, Xhaka et Seferovic. Celui qui gagnera participera virtuellement à la Coupe du monde, mais un match nul pourrait retarder les choses jusqu’à lundi et voir couverture de l’objectif, avec l’Italie menant désormais par deux buts.

Le Portugal était également en danger, mais il avait une passe en main. S’il marquait lors de son départ pour Dublin contre l’Irlande déjà éliminée, le groupe de Cristiano Ronaldo mériterait une deuxième égalisation dans le duel décisif contre la Serbie à Lisbonne. Bernardo Silva ne sera pas dans le premier match et c’est un doute pour final contre les Balkans pour des problèmes musculaires.

Encore plus simple est le compte pour la France. S’il bat le Kazakhstan à Saint-Denis, il sera en Coupe du monde 2022. Il devra se passer de Pogba, blessé. Derrière la France, l’Ukraine, la Finlande et la Bosnie, qui s’affronteront vendredi dans le duel décisif à Zenica, ils auront une place en play-offs. Les Ukrainiens sont les seuls à ne pas dépendre d’eux-mêmes.

La Belgique est dans la même position que les Gaulois : s’ils battent l’Estonie à Bruxelles ce samedi, ils obtiendront une passe dans un groupe où le Pays de Galles pourrait profiter de ce résultat pour battre la Biélorussie et n’a besoin que d’un point contre l’équipe qu’ils ont formée Roberto Martínez. pour assurer la présence dans les play-offs. La République tchèque sera laissée pour compte.

Dans son groupe, l’Angleterre fera également le travail. Pour le renverser, la Pologne devra gagner ses deux matches (visiter Andorre et accueillir la Hongrie), mais espère que l’Angleterre tombera à Wembley contre l’Albanie et ne marquera pas de victoire lors de la dernière journée contre Saint-Marin. L’Albanie a un choix difficile pour entrer dans les séries éliminatoires.

La situation s’est également clarifiée pour les Pays-Bas, qui affrontent un dernier doublé avec une visite anticipée au Monténégro et reçoivent ensuite la Norvège, qui n’a pas pu se débarrasser du blessé Haaland. Si l’équipe dirigée par Van Gaal compte quatre points, ce seront les vainqueurs de groupe. La Norvège peut tout faire ou se retrouver sans rien, comme la Turquie lorgne, à deux points seulement et avec des duels facilement accessibles contre Gibraltar et le Monténégro pour se faufiler au moins dans les play-offs, un exemple où l’on attend l’Ecosse, déjà deuxième du groupe. Le Danemark a résolu. L’Ecosse terminera deuxième avec une victoire en Moldavie vendredi.

Dans un groupe qui a liquidé l’Allemagne, les barrages sont entre les mains de la Roumanie, qui a eu besoin de deux victoires contre l’Islande et le Liechtenstein éliminés pour quitter la Macédoine du Nord et l’Arménie, qui avec Joaquín Caparrós en tête a dû trébucher et battre la Roumanie. L’Allemagne à Erevan.

Pas de précipitation pour le Brésil invaincu et pour l’Argentine

Le record du continent américain n’a pas les deux grands en danger. Le Brésil est en tête avec 10 victoires et un match nul en 11 tours et espère fermer la passe dans cette fenêtre, après quoi il restera quatre tours à jouer. L’Argentine dispose également d’un lit confortable, malgré deux tests difficiles, contre l’Uruguay et le Brésil. Les quatre premiers se qualifient d’emblée et le cinquième joue un play-off.

Plus au nord, l’éruption canadienne a altéré l’écosystème de la Concacaf, qui distribue trois billets en direct et une place de repêchage à la fin du nouvel octogone. Le Mexique et les États-Unis sont en tête et le Canada pourrait être confirmé troisième s’il dépasse le Costa Rica.

Dans le reste de la zone, un classement Afrique très exigeant laissera désormais sur la touche la Côte d’Ivoire ou le Cameroun, qui se croisent avant les éliminatoires finales, dont l’un ou l’autre ne sera pas atteint. Et en Asie, le Japon est en difficulté.

Vous pouvez suivre EL PAÍS DEPORTES sur Facebook vous Indonésie, ou inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.