« Vagabond » Degenkolb veut attaquer dans l’enfer du nord

Il est ironique qu’avant le pic de la saison, John Degenkolb séjournait à Oberursel.

« Toute ma famille a contracté un coronavirus la semaine dernière. C’est pour ça que je suis un peu vagabond et que je ne peux pas rentrer chez moi », a déclaré en riant le cycliste professionnel de 33 ans pour une agence de presse allemande. Il a été contraint d’improviser en vue de sa course préférée Paris-Roubaix le dimanche de Pâques.

En raison de la situation tendue à la maison, Degenkolb est allé s’entraîner après le premier week-end d’avril après la course autour de la Flandre – et de là directement à la Dutch Amstel Gold Race, qu’il a terminée dimanche lors de sa deuxième participation après 2011 en tant que 47e arrivée. . « Je serai à Cologne près de mon coéquipier Nikias Arndt cette semaine et nous préparerons ensemble Paris-Roubaix », a déclaré Degenkolb. De là, il se rend dans le nord de la France.

« Reliure très spéciale »

La prestigieuse classique du printemps a lieu pour la 119e fois – pour Degenkolb, c’est le sommet annuel du calendrier des courses. « Ce sont définitivement mes courses préférées auxquelles j’ai un lien très spécial », a-t-il déclaré à propos de la « Queen Classic ». Jusqu’à présent, deux Allemands se sont retrouvés sur la liste des vainqueurs du monument du cyclisme : en 1896, le Bavarois Josef Fischer remporte la première, et en 2015, Degenkolb, originaire de Thuringe, triomphe au vénérable vélodrome de Roubaix. Trois ans plus tard, le professionnel DSM, alors sous le maillot de l’équipe Trek-Segafredo, remporte la 9e étape du Tour de France juste devant le stade cycliste. Ensuite, c’était plus calme autour de Degenkolb.

Depuis le début de la saison, le père de famille a de nouveau signé un contrat avec l’équipe néerlandaise DSM, pour laquelle il a remporté la course italienne d’un jour Milan-Sanremo en 2015 sous le nom de Giant-Alpecin peu avant Roubaix. Sept ans plus tard, Degenkolb est un peu loin des succès de ce calibre. Il a raté Sanremo cette année pour un rhume. Il aimerait être au moins l’un des leaders sur la route de 257,2 kilomètres à travers la région houillère du nord de la France.

Van der Poel le plus populaire

« Je compte parmi les coureurs qui peuvent entrer dans le top 10. S’il y en avait plus, ce serait incroyable. Cependant, je suis aussi assez réaliste et je sais que ce sera vraiment difficile devant », a souligné Degenkolb. En tout cas, sa nouvelle équipe croit en la force d’un vétéran. « Elle vient de Flamish Classics et est en très bonne forme. Quand on commence dimanche, on peut s’attendre à un John super motivé », a déclaré l’entraîneur du DSM Phil West.

Pour Degenkolb, en revanche, le Néerlandais Mathieu van der Poel est le « favori absolu » pour l’emporter. « Nous n’avons pas du tout besoin d’en discuter », a-t-il déclaré, ajoutant : « Ce n’est pas une course comme les autres, et vous ne devriez pas être surpris si quelqu’un qui n’a rien montré devant se retrouve. Cela a été si souvent ces dernières années. »

Politt confiant

Cela pourrait s’appliquer, par exemple, à Nils Politta. Le joueur de 22 ans aimerait être l’un des meilleurs athlètes des classiques du printemps après une récente bataille contre la bronchite. « J’ai bon espoir d’être de bonne humeur », a déclaré le professionnel Bora-hansgrohe du Rheinische Post. En raison de l’élection présidentielle en France, la course a été reportée d’une semaine. « Je me sens mieux de course en course et ça me va que Paris-Roubaix soit un peu plus tard », a-t-il déclaré. En 2019, le citoyen de Kolín a terminé à la deuxième place derrière le vainqueur belge Philippe Gilbert.

Politta, ainsi que Degenkolba et ses collègues, souffrent dans le nord de la France, avec 30 tronçons pavés redoutés totalisant 55 kilomètres. Les chemins de campagne avec des soi-disant pavés conduisent à d’innombrables tapes sur les poignets. Ensuite, il n’a même pas pu ouvrir la bouteille pendant quelques jours, a déclaré Degenkolb il y a quelques années. Au moins, lorsqu’il a été autorisé à retrouver ses proches après la course, sa femme Laura a pu le faire pour lui.

Page d’accueil

Régine Martel

"Pionnier d'Internet. Faiseur de troubles. Amateur passionné d'alcool. Défenseur de la bière. Ninja zombie."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.