Valtellina News – des nouvelles de Sondrio et de sa province »La Libye au début de 2022. Rien n’a changé … pas d’élections

Pour certains observateurs internationaux, en agissant ainsi, ou plutôt en statuant, la justice libyenne sape sa crédibilité, ce qui est un événement perçu comme très négatif pour l’avenir de toute la Libye.

Général Giuseppe Morabito – Membre de la Direction des Fondations du Collège de Défense de l’OTAN. Le premier tour de l’élection présidentielle tant attendue et attendue en Libye, comme on le sait, n’a pas eu lieu à la date prévue, le 24 décembre.

La version officielle du motif de non-participation au vote est que la liste définitive des candidats n’a pas été publiée par la Haute Commission électorale nationale (HNEC). La principale raison en est la preuve que les lois électorales n’ont pas été suivies lorsque le NHEC a décidé d’accepter plusieurs nominations présidentielles.

Les faits litigieux se concentrent sur la preuve que certaines décisions étaient clairement erronées et cela a permis à certains candidats « controversés » d’être inscrits sur les listes électorales, contrairement à ce que la loi électorale aurait prévu. Résumé : la liste des candidats n’a pas été publiée.

Pour certains observateurs internationaux, en agissant ainsi, ou plutôt en statuant, la justice libyenne sape sa crédibilité, ce qui est un événement perçu comme très négatif pour l’avenir de toute la Libye.

Dans le « renversement des responsabilités », beaucoup voient le principal problème de la loi électorale. Comme le juge l’a indiqué dans l’un des verdicts, la loi fixe un délai impossible à respecter puisqu’elle fixe la date des élections au 24 décembre et oblige les candidats à quitter le poste administratif ou politique actuellement occupé, à compter du 24 septembre. Mais la loi a été promulguée en octobre !

Comme nous l’avons déjà souligné, un autre problème est d’exclure uniquement les candidats qui ont une décision de justice définitive à leur encontre pour un éventail restreint d’infractions. Cela signifie qu’une personne, emprisonnée pour meurtre mais en attente d’une audience d’appel pour être à nouveau jugée, peut se présenter aux élections.

La loi semble donc avoir été conçue pour ne pas fonctionner. En conséquence, le tribunal a ramené toutes les affaires à leur place d’origine, refusant quelque peu d’assumer la responsabilité de l’affaire qui lui a été confiée par NHEC.

NHEC ne devrait pas accepter la loi telle qu’elle a été annoncée. En pratique : confusion sur confusion et, en pure synthèse, le retard n’est pas constitutionnellement justifié (pourtant faible) ou contestation sur les lois électorales, mais de l’avis des experts sur le manque de volonté de la plupart des acteurs impliqués, de appliquer la loi déroutante elle-même.

De nombreux membres actuels de la Chambre des représentants libyenne (HoR) pourraient ne pas être réélus, car leurs performances et leurs réalisations, aux yeux des électeurs, n’ont pas été vraiment convaincantes jusqu’à présent. Après l’élection, le Haut Conseil d’État (HCS) disparaîtra alors peut-être entièrement et sera remplacé par de nouveaux membres et leur avenir dans l’actuel Gouvernement d’union nationale (GNU) sera pour le moins incertain.

Résultat, à l’heure actuelle, rien n’a changé et la puissante milice armée, qui contrôle illégalement Tripoli, continue de très bien vivre avec le gouvernement du président Dbeibha, qui se garde bien de s’immiscer dans leurs affaires.

Par ailleurs, il est communément admis qu’aucun de ceux qui gèrent actuellement n’a juridiction en Libye, n’a un réel intérêt à mener à bien le projet d’élections libres. Les soi-disant « nouvelles feuilles de route réalistes et réalisables, définies avec des délais et des étapes » comme proposé maintenant et qui incluent l’acceptation d’une constitution définitive, sont susceptibles d’être une sorte de « garantie légale » qu’il n’y aura pas d’élections à l’avenir. plusieurs années.

Les raisons sont claires et irréalistes qu’une élection présidentielle ou législative reportée aura bientôt lieu. Certains groupes de pression libyens semblent faire pression pour qu’au moins des élections législatives aient lieu, mais même cela est peu probable.

Le président Dbeibha continue de poursuivre son programme de Premier ministre GNU comme si de rien n’était et il pourrait réussir sous la protection de milices armées « loyales » (un terme utilisé avec une extrême prudence en Libye) à Tripoli et Misrata. Il est possible que le RPD se réunisse et cherche à nommer un nouveau Premier ministre, comme nombre de ses membres l’ont annoncé et demandé par d’autres, mais si ce « candidat » n’est pas quelqu’un qui peut se permettre la milice Misurata et au moins la plupart de ces à Tripoli, ne pourra jamais occuper ce poste.

Il existe actuellement des doutes juridiques au sujet de Dbeibha et le procureur général Al Sadiq Al Sour, décrit comme une personne honnête et honorable, jouera un rôle important dans la décision sur cette nouvelle controverse. Si Dbeibha sort « nettoyé » des accusations, il y a de fortes chances que nous assistions à une poursuite du « statu quo » actuel, à l’abandon de l’est et du sud du pays et à une nouvelle détérioration des conditions socio-économiques. situation publique générale.

La question que beaucoup de gens se posent est la suivante : combien de temps cela prendra-t-il pour ceux qui ne bénéficient pas du désordre mis à jour ? On s’attend peut-être à un fossé grandissant entre la Tripolitaine et le reste de la région. Surtout quand il s’agit de la « région pétrolière », la formation de gouvernements locaux qui vont créer des tensions accrues et, enfin, il n’est pas surprenant que l’on assiste à un retour de violents affrontements et combats sur la côte méditerranéenne de l’Afrique du Nord.

Il n’y a aucune certitude parmi les analystes que c’était une bonne décision de donner au gouvernement Dbeibha un « chèque en blanc » par le biais de la récente déclaration conjointe des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de l’Italie et de l’Allemagne, car il existe des doutes raisonnables que cela ne se produira pas. se produire. faciliter sa volonté de compromis.

Enfin, il convient de garder à l’esprit que ni la Russie ni la Turquie n’ont accepté le retrait de leurs mercenaires et qu’ils essaieront donc d’effectuer des changements qui, pour l’instant, ne leur conviennent pas. Les deux pays, cependant, sont actuellement au centre de problèmes considérables, tels que les manifestations au Kazakhstan pour la Russie et le président turc Erdogan essayant d’arrêter la dépréciation incessante de la livre turque. , de sorte qu’à la fin de 2021, son pouvoir d’achat est estimé à quinze fois inférieur à celui de début 2002.

Pour notre pays, on espère que la crise persistante du gouvernement libyen restera un sujet de considération et de préoccupation car une partie importante de l’approvisionnement énergétique vital de l’Italie et de son économie provient de ce pays. Le gel des approvisionnements en provenance de Libye sera un autre problème en cette période de « facture élevée ».

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.