Vivez savoureux SPECTATEUR

Aujourd’hui, je suis ennuyé par les mauvaises nouvelles : du procureur général, qui déplace les procureurs aux confins du pays pour influencer les processus ; sur les massacres et les débats pour savoir s’ils étaient légitimes ou illégitimes ou si les morts pouvaient être tués ou non ; révélé un trafic de gaz lacrymogène Changer; des missiles de tous les jours, quand la seule chose qui change est le nom des maîtres chanteurs. En tout cas, j’étais tellement fatiguée de tant de négativité, et j’ai décidé de suivre França Márquez, une femme avec une force intérieure si puissante qui a le brio de résumer sa proposition politique dans cette phrase : #VamosAVivirSabroso.

Eh bien délicieux, j’ai décidé de vivre. Alors aujourd’hui je vais vous raconter une rencontre pleine de chansons, de poésie et de nostalgie, que nous avons eue chez nous à l’invitation de la mère de la poésie, Gloria Luz Gutiérrez, devant plus de 70 amis avec le compositeur Eduard Cabas. de la Espriella, à mon avis colombien Agustín Lara.

À 76 ans, Eduardo est le père d’Andrés, chanteur et auteur-compositeur; de Juan, un peintre, et d’Edward, un homme d’affaires, mais aussi un chanteur invité, qui, en rampant, a composé une chanson dans laquelle il demandait : « Laisse-moi être ton ami, mon fils, / laisse-moi rêver de toi, / dis-moi tous mes problèmes, / j’oublierai les miens ». Eduardo, un professeur qui échappe à la célébrité malgré le fait que ses chansons aient été chantées par des grands, de Plácido Domingo à Leonor González Mina, nous a raconté sa vie parmi les chansons, il a accompagné son père Eduardo et un musicien dès son plus jeune âge pour ouvrir le les portes de sa maison, la brise pouvait venir. Il a capturé ce souvenir dans un boléro : « Oh, passer avril à Barranquille / Je sens sa brise joyeuse en moi, / la terre du père du vieux pêcheur, / qui a laissé ses cendres dans le sable.

De plus, ce soir-là, Eduardo a avoué que ce n’était pas pour sa petite amie, comme ils le pensaient, mais pour sa mère Beatriz, une pianiste stricte qui a relevé ses rênes et qui a passé son premier frapper: « Où vas-tu, / et si tu ne bois plus, / avec qui es-tu sorti, / pourquoi n’ai-je pas appelé, / que je suis arrivé en retard hier, / que tu es debout… . / Que vais-je répondre / quand personne ne peut parler / avec un tel bruit ! / Tu me rends fou toute la journée / au malade qui / qui aime la maison / avec cette bête sauvage en liberté ».

Ainsi, pendant deux heures de dialogues et de chansons, la nuit s’est écoulée et l’histoire de ce professeur, qui se définit comme un « soldat de l’amour », a atteint le stade de maturité où il a composé ce boléro pour un ami : « Quand j’ai senti que au fil des ans, j’avais atteint l’aube sacrée / que nous appelons la maturité (…) / pour ce pèlerin magique du destin / tu as croisé mon chemin / à travers les yeux de ta femme : / ma maturité était partie … ».

Eduardo a également révélé dans la chanson que parfois son autre moi s’échappe de prison et part : « Il déballera, il est passionné et il tombera vraiment amoureux » ; son autre moi, « le putain de playboy irresponsable » qui ne sait pas combien il donnerait pour lui parce qu’il dit : « Mon autre moi, c’est moi ».

Cependant, Eduardo Cabas a un troisième moi : celui qui a composé ce qu’il prétend être sa dernière chanson, prêtez moi monsieurune zamba religieuse qui dit: « Prêtez-moi, monsieur, vos paroles / que les miennes ne soient pas des épines, / que je puisse éclairer les perdus, / que je puisse comprendre la vie, / que je puisse comprendre la mort. »

Mais comme Eduardo Cabas perd son autre moi, une autre section sera ajoutée dans laquelle il parlera de sa nouvelle chanson : Cheer up, maestro !

www.patricialarasalive.com, @patricialarasa

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.