Vivre au Liban, en gaspillant du papier-monnaie. Et un gouverneur fait l’objet d’une enquête

L’une des pires crises économiques de l’histoire n’a pas suffi à arrêter le vétéran gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salameh, une enquête par la justice ne suffirait pas. Contre lui, le juge Ghada Aoun a condamné interdiction de voyager pour plusieurs délits : blanchiment d’argent, détournement de fonds, enrichissement illicite et utilisation de fonds publics. Salameh a dû donner sa version des faits sur ces allégations, et pas seulement devant les tribunaux libanais. Il fait également l’objet d’une enquête dans quatre pays européens, dont la France et la Suisse, où des enquêtes ont également été ouvertes l’an dernier sur les revenus du frère du gouverneur. A Paris, en revanche, Salameh louerait, par l’intermédiaire de la Banque dont il était gouverneur, un appartement sur les Champs-Élysées à des prix gonflés. Pendant ce temps, le banquier le plus ancien du monde – dans son quatrième mandat en tant que président de la Banque, qu’il préside depuis 1993 – a nié toute responsabilité et rejeté les allégations, qu’il considère comme politiquement motivées, concernant l’expéditeur.

Tout cela fera partie d’un jeu spécialement conçu pour le discréditer et « tromper l’opinion publique », c’est sa version. La nouvelle a fuité du journal local Al-Akhbar, qui a déclaré que le Premier ministre Nakib Miqati serait prêt à démissionner si des poursuites étaient lancées contre Salameh, a créé plus de confusion. Pour rencontrer le gouverneur, le premier ministre tentera de faire pression sur le juge Jean Tannus, pour lui extraire des données et des informations sur l’enquête. Le refus du Premier ministre est cependant arrivé juste à temps. « Ce n’est pas vrai que nous nous sommes immiscés dans le travail de la justice », a-t-il assuré, soulignant à quel point les actions du gouvernement ne visaient pas « à défendre les individus mais à préserver les institutions ». Pour le journal, cependant, Miqati n’a pas complètement démenti la nouvelle. Au lieu de cela, cela le confirmerait indirectement.

À l’heure actuelle, le seul allié du gouverneur Salameh semble être le gouvernement Miqati. En fin d’année, le Premier ministre a une nouvelle fois réaffirmé sa confiance aux banquiers et renforcé sa position à la tête de la première institution économique du pays. « Vous n’avez pas changé vos officiers pendant la guerre », a-t-il déclaré déclaré Miqati. Depuis lors, la livre libanaise a encore perdu 15 % de sa valeur par rapport au dollar, entraînant une dévaluation de 95 %. En deux ans, le change entre les devises américaine et libanaise est passé de 1/1 500 en 2019 à 1/33 000. Pour comprendre la vitesse à laquelle l’écart se creuse, il suffit de penser qu’il y a moins de deux semaines, la lire s’échangeait à 27 000. Le coût de cette situation dramatique est supporté par le peuple libanais, dont les trois quarts vivent dans la pauvreté. L’inflation, qui semblait impossible à contrôler, a maintenant atteint niveau record du monde et l’augmentation constante des prix des produits de première nécessité qui font de pays entiers un cauchemar, ne trouvent pas de solution.

« La dévastation économique causée par des années au pouvoir dans cette sphère politique a drainé, épuisé et engourdi le peuple libanais », a déclaré Chris, un garçon de 31 ans vivant à la périphérie de Beyrouth, à Huffpost d’où il a vu son pays s’effondrer. « Le Liban est un diamant dur. C’est un État paradoxal, avec un énorme potentiel inexploité, paralysé par une classe dirigeante corrompue. Nous n’avons pas d’institutions, elles sont juste là de nom. Et les politiciens sont soit de la mafia, soit des milices (ou les deux) ». La distance qui sépare les gens ordinaires de ceux qui occupent des postes institutionnels est terrible, compte tenu des modes de vie radicalement opposés. Les politiques ont perdu toute crédibilité aux yeux de la population, qui regarde attentivement avant de s’appuyer sur les institutions.

A la crise économique et à l’impasse politique qui n’ont pas permis au pays d’avoir une stabilité à long terme, il faut ajouter la catastrophe du port de Beyrouth – qui a explosé en août 2020 en raison de la négligence de ceux qui ont dû sécuriser les gisements de nitrate d’ammonium. – et le scandale des Pandora Papers – qui comprend des personnalités d’institutions comme le Premier ministre Miqati – qui n’a certainement pas aidé la politique à regagner la confiance. « L’argent des gens est pris en otage par les banques. Les gens ont vu leur argent perdre de la valeur et presque toutes leurs économies ont été perdues. » Une épargne que les habitants tentent d’économiser au moins pour faire face aux dépenses quotidiennes, désormais insoutenables. « Les prix ont augmenté de façon spectaculaire », affirme Chris. « Par exemple : le pain coûtait 1 500 LBP – la monnaie nationale – alors qu’aujourd’hui, il a augmenté de 10 000 LBP. La nourriture est très chère. On retrouve encore la plupart des produits, mais pas de la même qualité. Les rayons des supermarchés ne sont plus aussi pleins qu’avant.

Des problèmes quotidiens, auxquels un Libanais doit faire face seul. « Les subventions ont été retirées pour presque tout. Du pain au carburant, à la plupart des médicaments », une denrée rare dans le Liban contemporain. « Nous manquons de médicaments. Sur les réseaux sociaux, vous lisez toujours des articles posant des questions sur telle ou telle drogue. De nos jours, pour les amis et les membres de la famille qui viennent de l’étranger, il est de coutume de demander si des médicaments spéciaux sont nécessaires. La seule aide est en effet venue de l’extérieur des frontières du pays et des envois de fonds : « Beaucoup de gens dépendent de leurs proches pour leur envoyer de l’argent chez eux ».

La réaction naturelle de certains habitants est de descendre dans la rue. Les manifestations sont cycliques, comme les affrontements entre forces de l’ordre et manifestants – ou entre manifestants eux-mêmes de convictions politiques ou religieuses différentes, comme en témoigne la scène de guérilla qui s’est déroulée en octobre entre chiites du Hezbollah et chrétiens – et elles ne sont qu’une escalade des tensions. dans le pays était sur le point d’exploser. Des pannes de courant continues ont maintenu les villes dans l’obscurité pendant des heures. Un nouveau black-out causé par un manque d’approvisionnement de la centrale électrique d’Aramoun, au nord de la capitale, a déclenché une nouvelle protestation. La compagnie d’électricité qui distribue l’électricité dans le pays a reproché aux manifestants d’avoir saboté le réseau électrique, aggravant une situation déjà critique.

Les prix du gaz et de l’essence ont au moins décuplé et l’électricité arrive jusqu’à quatre heures par jour. Ceux qui peuvent se le permettre comptent sur un réseau de producteurs d’électricité privés, « principalement entre les mains de politiciens », nous a dit Chris. Pour tenter de combler le manque d’énergie, un octobre Beyrouth a conclu des accords avec l’Égypte et la Jordanie pour importer du gaz et de l’électricité de Syrie. Le mouvement Hezbollah, en revanche, s’est déplacé de manière autonome en se tournant vers l’Iran : en effet, depuis Téhéran, il a reçu le feu vert pour transférer également le pétrole stocké en Syrie. L’arrivée de camions transportant des barils d’essence iranienne, en plus d’être un revers pour les sanctions américaines, a été une initiative pour le Parti de Dieu de passer pour le seul véritablement intéressé par le bien de la population. Comme Chris l’a dit, le peuple du Hezbollah divise la communauté internationale autant que les Libanais eux-mêmes. « Certains les voient comme des sauveurs » et, même si leurs actions sont souvent peu transparentes, « ils les suivent aveuglément ». D’autres, cependant, « les voient comme un mal nécessaire et un moyen de dissuasion pour Israël. D’autre part », a-t-il poursuivi, « le Hezbollah représente le problème libanais et ils veulent confisquer ou détruire son arsenal de guerre. Beaucoup d’entre eux, en effet, pensent que le Liban est sous forte influence iranienne : pour certains c’est même une occupation ».

L’obscurité dans laquelle le Liban est enveloppé est donc plus dense qu’on ne peut le croire. Cependant, comme Chris aimerait le souligner, c’est la communauté civique qui a essayé de le déchirer pour tenter de laisser entrer la lumière. De petits pas en avant sont faits par diverses ONG travaillant dans la région, tandis que plusieurs mouvements tentent de donner un nouveau souffle à la politique. Son manque d’expérience et ses relations avec certains des anciens politiciens ont certainement entaché ses intentions. Ainsi, l’espoir vient de la vie de tous les jours. «Les gens essaient toujours de faire le tour des restaurants, des bars, essayant de vivre une vie normale et de s’amuser. Ils se rencontrent à la maison, partent en randonnée et essaient de trouver des moyens simples de profiter de la vie. Malgré toutes les épreuves, nous ne pouvons pas arrêter de vivre ».

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.