Voix de Moscou. Un ancien espion portugais qui s’est rendu à l’université de Lavrov pour fournir à Poutine une couverture juridique

Dix jours avant l’invasion de l’Ukraine, alors que les tensions montaient et que le monde spéculait sur les intentions de Vladimir Poutine, l’ancien espion Alexandre Guerreiro était à Moscou, à l’invitation de l’une des plus prestigieuses universités russes. L’avocat, devenu célèbre pour son commentaire télévisé sur la guerre en Ukraine – et provoqué la polémique sur l’utilisation d’un scénario proche des Russes – était orateur clé lors d’une conférence internationale à l’Université MGIMO le 15 février sur un sujet lié à ce qui allait se passer : « Les principes d’autodétermination des nations, de non-ingérence dans les affaires intérieures et de respect de l’intégrité territoriale des États en monde moderne ‘. A partir de là, un « post » apparaîtrait sur les crampes des jours suivants.

Alexandre Guerreiro (41 ans) a travaillé pendant sept ans comme analyste au Service d’information stratégique de la défense (SIED) et a soutenu l’année dernière sa thèse de doctorat à la faculté de droit de Lisbonne, qui a conclu que l’annexion de la Crimée par la Russie est légale au regard du droit international..

« Les seules personnes qui s’intéressaient à ma théorie étaient les Russes », explique Expresso. Alexandre Guerreiro garantit qu’il sait que les services secrets portugais pour lesquels il travaillait « enquêtent » sur lui, mais affirme qu’il n’a rien à cacher. Il nie être ce qu’on appelle un dans le monde de l’information « Agent d’influence »qui peut ou non être payé pour servir de impacter dans les médias, les réseaux sociaux ou parmi les médias les plus influents. Il dit que les Russes ne lui ont jamais demandé de dire quoi que ce soit : « Je ne suis pas sponsorisé, je ne suis pas un influenceur, je n’ai jamais eu de sucette. Une autre chose est quand on essaie de dire par soi-même ce qui est vraiIl veut juste montrer ce que « l’autre côté » pense et dit qu’il ne fait qu’assumer ce en quoi il croit.

Le 15 février publié sur Facebook une photo à côté de l’affiche de la conférence avec le texte suivant : « Je remercie la famille MGIMO et tous ceux qui étaient présents et ont contribué à la riche discussion ! En attendant, quelqu’un peut-il me dire quand plus que la guerre annoncée en Ukraine commencera ? Le MGIMO – Institut d’État des relations internationales de Moscou – est une université « de grande qualité », comme le décrit un Portugais qui connaît bien cette institution, où sont formés diplomates, espions et hauts fonctionnaires russes et dont mère nourricière est le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lui-même.

Six jours plus tard, à la veille de l’invasion, le 21 février, alors que la Russie reconnaissait l’indépendance des deux provinces séparatistes du Donbass, Alexandre Guerreiro a écrit un autre message: « C’est une étape perçue comme nécessaire et relevant de la légalité, dont j’ai eu l’occasion d’évoquer la semaine dernière à Moscou (…) Maintenant, les prochaines étapes suivent. Parce que ce n’est que le début. » L’avocat explique à Express qu’il savait déjà que les deux républiques de Donetsk et Louhansk seraient reconnues par la Russie. Sa contribution était de trouver une couverture légale pour l’invasion russe de ces territoires.« Mission et Paix » que Poutine devait annoncer : « Mes impressions ont été reçues et un message a été envoyé au président et à Lavrov »dit Express. « La reconnaissance de ces deux communautés en tant qu’États souverains pourrait être dans une certaine mesure légale », Expliquer. Ensuite, « si une invitation a été faite [à Rússia] en raison de l’intervention « d’un autre État, Le Kremlin « aurait pu frapper sans enfreindre la loi ». Autrement dit, une fois ces républiques considérées comme indépendantes et reconnues par Moscou, il leur suffisait de demander l’aide des Russes pour les aider à combattre la prétendue agression ukrainienne. Alexandre Guerreiro considère l’invasion de l’Ukraine elle-même, qui a eu lieu plus tard « illégal ». Au début, je pensais que ce serait une intervention limitée au côté est.

L’invasion est une « intervention militaire » et la Russie est une « démocratie »

Cela ne l’a pas empêché d’utiliser beaucoup d’informations dans son analyse dans les médias, conformément aux arguments utilisés par la Russie. Par exemple, lors d’une discussion avec le journaliste « Visão » Luis Ribeiro ce dimanche à SIC Notícias, a déclaré que « l’ONU doit jouer un rôle neutre » et a accusé l’ONU de « représenter l’une des parties au conflit », Ukraine. En fait, António Guterres a rejeté avec véhémence l’attaque russe et l’a qualifiée d’illégale. Accusé par le journaliste de n’utiliser que le langage autorisé par Moscou, il a fini par avouer avoir utilisé le terme « intervention militaire » et non « invasion », le considérant comme une « rareté ». En Russie, cependant, ce n’est pas un leurre : il est interdit aux médias d’utiliser des mots tels que « guerre » ou « invasion » et le régime oblige les journalistes à ne parler que d’« intervention militaire » ou d’« opération militaire spéciale » ayant conduit à la fermeture des médias indépendants et des médias internationaux.

« Je ne suis pas pro-Russie », dit Expresso dans la lignée de ce qu’il écrit sur les réseaux sociaux. « Je suis juriste. Ma thèse a doublé sur l’analyse d’études de cas, comme l’intervention de l’URSS en Tchécoslovaquie en 1968, qu’elle condamne, ou l’annexion de la Crimée, qu’elle qualifie de « tout à fait légale ».

Autre prise de position controversée le même jour dans les SIC Notícias : face à l’arrestation de milliers de manifestants anti-guerre en Russie, Alexandre Guerreiro justifie que La police russe a tenté d’éviter des « actes subversifs » qui pourraient être « aggravés » par des actions en vertu d’une loi « très similaire à la nôtre »car les autorités doivent être informées et « les propos spontanés sont punis ». Au Portugal, les organisateurs des manifestations n’ont qu’à prévenir les autorités, il n’y a pas de demande de permis. Il y a à peine une semaine, les autorités russes ont adopté une loi interdisant les « fausses informations » sur les activités de l’armée russe en Ukraine et passible d’amendes pouvant aller jusqu’à 15 ans de prison. Sur les quelque 3 500 détenus, au moins 320 auraient passé la nuit au commissariat, selon l’ONG OVD-Info. Guerreiro garantit que malgré les interventions « brutales » de la police, les gens n’ont pas payé plus que des amendes, qui peuvent être égales à 60 euros.

Par ailleurs, malgré tout ce que l’on sait du régime poutiniste – assassinats à l’intérieur et à l’extérieur, emprisonnement d’opposants, restrictions à la liberté d’expression et de la presse, ingérence dans les élections étrangères, pouvoir personnel et désormais guerre – Alexandre Guerreiro y voit la démocratie : « Je perçois la Russie comme un système politique démocratique et libre similaire au système occidental, dans lequel il y a une influence significative de la religion sur l’orientation de la vie politique et sociale. Et ajoute : « Contrairement à ce qui se passe en Occident, il y a en Russie un respect considérable pour l’histoire récente et passée, et il n’y a pas de manifestations du culte de Poutine.

Bien qu’il ait des posts sur des postes proches de Cheg sur Facebook (par exemple, sur le plan de la vie, même s’il est contre la castration chimique), il a toujours refusé d’avoir des relations alliées avec André Ventur, mais il semble apprécier les leaders forts comme le président russe. admiré par la droite radicale européenne, de Le Penne de France à Taliano Salvini : « Poutine est, à mon avis, un politicien conservateur qui privilégie l’initiative privée libre, mais avec une intervention de l’État dans les secteurs stratégiques du pays pour assurer la souveraineté. Poutine est une figure politique mondiale du 21e siècle, tant que ses actions mettent fin à l’unipolarité américaine et créent des opportunités incompatibles avec l’hégémonie occidentale, retrouvant ainsi le respect de la Russie dans un contexte mondial.« 

L’université russe était la seule intéressée

Le rapprochement avec les Russes s’est fait par l’exclusion de pièces. « J’ai terminé mon doctorat et il est très important d’avoir des liens avec d’autres institutions afin de devenir un avocat plus respecté au Portugal », dit Express. Travailler avec des universités anglaises et nord-américaines est « très exigeant », il s’est penché sur une liste des 150 meilleurs experts mondiaux avec lesquels il pourrait renforcer les relations. L’un d’eux était MGIMO. Il a terminé son doctorat en mars dernier, et est entré en contact en juin avec plusieurs universités européennes (Varsovie, Copenhague, où il a participé à l’événement) « dont des universités russes, même si elles ne sont pas dans la lignée du Kremlin ».

Sans qu’aucune université portugaise n’ait manifesté son intérêt pour des études doctorales à la Faculté de droit de Lisbonne, elle a reçu en septembre un e-mail du MGIMO pour participer à la session d’octobre 30e Conférence annuelle « Moscow Journal of International Law ». Et il a contribué un article qu’il a envoyé en décembre. Cependant, il a été invité à une conférence sur l’Ukraine et l’ordre international, qui comprenait une guerre qui a eu lieu du 13 au 15 février. « J’ai payé le coût du premier voyage », explique Expresso. « Dans le cadre de la deuxième participation, MGIMO a offert un voyage et une résidence », qui a été co-organisé par le gouvernement de Crimée, attendre. Il a parlé de la conclusion à laquelle il était parvenu au sujet du soulèvement d’Euromaidan, qui avait transformé le pouvoir en Ukraine en une force pro-européenne et de ce que Guerreiro considérait comme un « coup d’État ». « Les seules personnes qui s’intéressent à ma théorie sont les Russes. »

En assistant à la conférence, je connaissais déjà l’intervention dans ces républiques [separatistas] aurait dû arriver », ajoute-t-il. « Plusieurs personnes envisageaient d’autres types d’interventions, mais j’ai dit que imposer le pouvoir souverain ’, en Ukraine« Cela ne pourrait arriver que si cela représentait une menace spécifique pour l’État russe. »

« Je n’ai jamais fourni de données aux Russes. »

Alexandre Guerreiro est l’un des rares anciens responsables du SIED à se présenter au public comme un ancien membre des services secrets, même sur les profils des réseaux sociaux. Ce profil n’est pas indifférent aux Russes – ils sont les meilleurs au monde en « profilage« Dit l’expert – lorsqu’il est attiré par l’une de ses universités les plus importantes dans la formation de diplomates et d’officiers de renseignement.

« Je n’ai jamais révélé de données SIED, rien », garantit Guerreiro Expresso. « Plus important encore, personne ne m’a jamais demandé de telles informations. Même si j’ai rencontré les services russes à deux ou trois reprises lorsqu’il travaillait de 2007 à 2014, « même pendant le déjeuner ou une pause, je n’ai jamais parlé à personne seul », raconte l’ancien espion.

Bien qu’il refuse d’être un « agent d’influence » ou un « agent du Kremlin », garantit qu’il a « développé de bons contacts » et qu’il dispose « d’informations privilégiées pour savoir ce qui se passe sur le terrain » des opérations en Ukraine. A titre d’exemple, il cite l’agent double de Carvalhã Gil, qui a été arrêté et purge une peine de prison : « Contrairement à Carvalhã Gil, je ne transmettrais jamais d’informations. C’est la chose la plus dégoûtante qu’un travailleur de l’information puisse faire. Cela viole toutes les valeurs qu’une personne peut avoir dans ce domaine, c’est grossier et criminel. Je ne trahirai pas mon pays. »

L’ancien analyste justifie l’intérêt de Moscou car ils veulent avoir une image mentale de l’autre camp : « je donne le mien à l’intérieurparce qu’ils veulent avoir une perspective occidentale. Une autre chose serait de travailler avec des informations. Personne ne m’a jamais demandé de faire de la publicité pour la Russie. Ce que je donne est réel. »

Bien qu’il soit le petit-fils d’un communiste, il dit qu’il n’a jamais sympathisé avec le PCP, et que sa famille n’a pas essayé de l’endoctriner. En tant que jeune homme, il s’est toujours demandé ce qui se cache derrière les théories du complot les plus bizarres, et l’a ensuite appliqué à enquêter sur « des choses que l’Occident considérait comme vraies », comme la crise du Kosovo et l’intervention dans l’ex-Yougoslavie. maintenant il appelle « mythes ». Il a changé les points de vue sur l’Occident, l’OTAN et l’intervention en Yougoslavie. « L’intervention en Crimée est beaucoup plus froide qu’au Kosovo. Celle du Kosovo n’était pas jolie », dit un analyste bien décidé à montrer que « tout ce qui vient de l’Orient ne doit pas être diabolisé ». Bien qu’il ne soit pas un agent d’influence, Alexandre Guerreiro veut influencer.

Remarque – correction à 00h16, car le voyage à Moscou n’a pas été payé par le gouvernement de Crimée, comme indiqué dans le texte, mais par l’Université de MGIMO. Le gouvernement a co-organisé l’événement. Ajout d’informations indiquant qu’Alexandre Guerreiro est contre la castration chimique.

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.