Walscheid : « J’ai vu que je pouvais gagner ici »

RSNplusQuatrième à Bruges-De Panne

Par Peter Maurer de La Panne


Max Walscheid (Cofidis) est actuellement au top de sa forme. | Photo: Cor Vos

23.03.2022 | (rsn) – Pour la troisième fois en une semaine, Max Walscheid (Cofidis) a été en mesure d’afficher les meilleurs résultats. Après avoir terminé deuxième de la Nokia Koerse et remporté le Grand Prix de Denain en France, Heiderlberger a maintenant terminé quatrième de la Minerva Classic entre Bruges et La Panne et a raté de peu le podium.

Seuls Tim Merlier (Alpecin – Fenix), Dylan Groenewegen (BikeExchange) et Nacer Bouhanni (Arkea Samsic) ont battu le géant de 1,99 mètre dans la classique du printemps avec un peloton de tête. « Avant la course, le top cinq est bien sûr idéal, mais au final, je n’ai pas pu lancer mon sprint », a déclaré Walscheid à radsport-news.com après la course.

___STEADY_PAYWALL___ Le joueur de 28 ans a franchi la ligne d’arrivée visiblement bouleversé parce qu’il a été installé en finale en tant que vainqueur ultérieur. « J’étais en colère contre moi-même. Je n’ai pas trouvé d’écart entre Bouhanni et Merlier », a déclaré la recrue Cofidis, ajoutant : « C’est dommage que je n’ai pas pu transférer complètement ma puissance sur l’asphalte. »

Dans le sprint final sur le Brügge-De Panne, Walscheid n’a pas fait aussi bien qu’il avait fini, mais il a quand même terminé quatrième. | Photo: Cor Vos

Mais Walscheid a tiré le positif d’un sprint qui ne s’est pas parfaitement déroulé pour lui : « J’ai vu que je pouvais gagner ici et c’est vraiment super. » Natif de Neuwied, il s’est une nouvelle fois déclaré parmi l’élite mondiale avec un succès à Denaine, le premier depuis une période sèche de deux ans.

Une autre chance à Gand-Wevelgem

« Les choses se sont très bien passées ces dernières semaines. C’est amusant, je roule bien et mes jambes sont superbes. Bien sûr, c’est incroyable de pouvoir participer à des courses comme celles-ci, avec des coureurs de premier plan », sourit Walscheid. maintenant dimanche à Gand-Wevelgem, une autre chance attend peut-être le plus grand coup de sa carrière. Le grand pic de la saison pour lui, c’est Paris-Roubaix.

Après le coup sur le « petit Roubaix » à Denaine, il peut même rejoindre le favori élargi de 257,5 kilomètres de Compiègne à l’ovale cycliste de renommée mondiale dans le nord de la France. « La victoire était très importante mentalement, car mes coéquipiers savent aussi que cela vaut la peine de se battre pour moi », a déclaré Nemec, qui gagne désormais de l’argent en France après la dissolution de NextHash de Qhubek.

En revanche, au GP de Denain en France, Heiderlber avait toutes les raisons de se réjouir puisqu’il remportait la première victoire sous le maillot Cofidis. | Photo: Cor Vos

« Il y a une mentalité différente, mais je pense avoir vu toute une gamme de cyclisme avec mes trois équipes jusqu’à présent. Cofidis est une équipe de course établie de longue date où il y a beaucoup de processus de routine, peut-être trop. Dites-moi ce qui peut s’y améliorer, Said Walscheid, qui se sent visiblement à l’aise dans sa nouvelle équipe.

Le nouvel entraîneur a vraiment grondé Walscheid en hiver

Cette année, il compte faire l’impasse sur le Tour des Flandres pour se ressourcer pleinement à Roubaix, qui a cette fois lieu une semaine plus tard que d’habitude. « Le report est définitivement un avantage pour moi, car après Scheldeprijs, je peux prendre quelques jours de repos supplémentaires et ensuite me consacrer à Roubaix avec le bloc d’entraînement », a-t-il prédit.

Walscheid a eu 21 jours de course en 2022 et s’est entraîné encore plus intensivement en hiver qu’auparavant. « C’est mon nouvel entraîneur qui m’a vraiment trompé. C’était bien avant, mais cela aurait pu être plus difficile à certains moments et nous les avons intégrés maintenant », a conclu Walscheid.

Régine Martel

"Pionnier d'Internet. Faiseur de troubles. Amateur passionné d'alcool. Défenseur de la bière. Ninja zombie."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.