L’Allemagne et la France proposent de reprendre le dialogue avec Moscou avec un sommet entre l’UE et la Russie | International

L’Allemagne et la France veulent éviter que toutes les voies de dialogue avec la Russie ne finissent par être bloquées par les mauvaises relations qu’elles entretiennent avec leurs partenaires européens. Berlin et Paris ont donc dévoilé mercredi des propositions de sommet entre les deux blocs, à l’instar des récents entretiens de Joe Biden avec Vladimir Poutine à Genève, selon des sources diplomatiques. Aucune des deux parties n’a rien vu depuis 2014. La proposition intervient un jour avant un sommet des chefs d’État et de gouvernement, où ces sources anticipent l’opposition de certains États baltes à l’idée.

Plus d’informations

L’Union européenne et la Russie n’ont fait qu’aggraver leurs désaccords ces derniers mois. Les affrontements entre les deux blocs sont frontaux sur des sujets comme la Biélorussie, l’Ukraine ou l’intervention de Moscou dans la politique européenne par la diffusion de fake news. La répression de l’opposition russe et, en particulier, cas Navalni, C’est la goutte qui a fait déborder le vase. Et l’échec du voyage du Haut Représentant, Josep Borrell, en février dernier a fait croire dans certaines capitales que cela n’avait rien à voir avec la Russie et elles ont décidé de fermer la porte ouverte par Emmanuel Macron pour tenter d’entraîner Poutine dans l’ouest. plateau de jeu.

La chancelière allemande Angela Merkel et Macron estiment cependant qu’il faut trouver un moyen de sortir de la spirale dans laquelle se trouvent actuellement les deux blocs. L’Espagne se félicite également du fait que, malgré la persistance de ces affrontements, Bruxelles reste ouverte au dialogue avec le Kremlin. Des sources diplomatiques ont utilisé la rencontre entre Biden et Poutine comme exemple pour souligner que de mauvaises relations n’ont pas empêché la rencontre. Et c’est, ont-ils ajouté, que la dialectique entre les deux camps était bien plus toxique.

Les partisans du sommet estiment que l’UE doit accepter d’avoir des voisins inconfortables, voire têtus. Et c’est précisément pour cette raison qu’ils jugent important de continuer à discuter avec Moscou. Cependant, un groupe de pays – menés par la Pologne et les pays baltes – s’est opposé à ce dégel. Et le dernier incident entre la Russie et la Grande-Bretagne en mer Noire les invite à continuer à penser ainsi. Cependant, le format du sommet, qui sera le premier à se tenir depuis 2014, lorsque la crise ukrainienne a éclaté, reste à voir. Autrement dit, si la réunion est suivie par vingt-sept ou seulement les dirigeants des institutions sociales.

Rejoignez EL PAÍS pour suivre toutes les actualités et une lecture illimitée.

client

Rockie Steve

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *