Le chef des armées françaises invite les signataires d’une plateforme controversée à quitter l’armée | International

Le chef de l’état-major de l’armée française, le général François Lecointre, avait exhorté ce mardi à accrocher les uniformes de tous les soldats d’active qui ont anonymement signé la chaire dans un magazine ultra-conservateur mettant en garde contre « l’effondrement » de l’Etat et les dangers d’une « guerre civile latente ».

« Le plus sensé serait de quitter les institutions pour pouvoir annoncer, en toute liberté, leurs idées et leurs convictions », écrit Lecointre dans une lettre interne aux militaires à laquelle l’Agence France Presse prétend avoir accès. L’état-major français a confirmé à ce journal l’existence de la lettre, « un message destiné aux militaires », envoyée par Lecointre, bien qu’il n’en ait pas divulgué le contenu.

Plus d’informations

Il s’agit du deuxième stand auquel l’armée a souscrit – le premier, principalement à la retraite, et celui-ci pour les uniformes actifs, bien qu’en raison de l’anonymat, il soit difficile de vérifier leurs identités et leurs numéros – en moins d’un mois. L’action des signataires, brisant la neutralité traditionnelle des Forces armées pour assumer un discours très proche de l’extrême droite, a suscité une vive réaction tant au gouvernement que dans la plupart de l’opposition, notamment à gauche. Lundi, la ministre de la Défense Florence Parly a appelé une chronique publiée dans un magazine d’extrême droite Valeur actuelle comme de « grossières machinations politiques » qui « usent de toute la rhétorique, du vocabulaire, du ton, des références d’extrême droite » et qui simplement « essaient de diviser, diviser, la nation à l’heure où, plus que jamais, il faut s’unir et se retrouver . » selon Valeur actuelle, la nouvelle tribune a été signée par plus de 240 000 personnes, bien que la publication ait également « invité » des civils à la soutenir et ne révèle toujours pas l’identité des signataires.

La première tribune, initialement signée par un millier de soldats, bien que seuls 18 soient actifs et 20 autres généraux en réserve, a conduit à l’annonce par les autorités militaires de sanctions « exemplaires » contre les signataires, venus alerter sur une éventuelle « intervention » militaire si Le gouvernement d’Emmanuel Macron n’a rien fait pour empêcher « l’effondrement » de la France. Cependant, dans ce nouveau dossier, il est plus difficile d’agir, l’identité des signataires étant inconnue, qui ne prétendent être entrés dans les Forces armées que « récemment » et qui se définissent comme « des hommes et des femmes, militaires d’active, de tous militaires et de tous grades, de toutes sensibilités », qui ont combattu dans certains cas en « Afghanistan, Mali, Centrafrique » et d’autres missions contre l’extrémisme islamiste.

« Au cours des dernières semaines (…) les obligations de réserve imposées à tout le personnel militaire ont été largement violées », déplore Lecointre dans la lettre, toujours selon l’AFP. Les signataires des deux tribunes, « au nom de la défense de convictions personnelles (…) ont contribué à entraîner l’armée dans un débat politique dans lequel elle n’a ni légitimité ni appel à intervenir », a-t-il prévenu, appelant à le bon sens et, surtout, la clarté ».

Rejoignez EL PAÍS pour suivre toute l’actualité et une lecture illimitée.

Client

« Chaque militaire est libre de penser ce qu’il veut, mais il doit distinguer, sans ambiguïté, ce qui relève de ses responsabilités de citoyen et ce qui relève de ses responsabilités de militaire », a souligné le chef de l’armée française. La veille, le gouvernement a également souligné que la neutralité est ce qui donne aux citoyens la légitimité et la confiance dans leurs forces armées.

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.