L’énergie nucléaire pour diversifier nos sources d’énergie ? Mauvais choix. mot Nobel

L’agression militaire décidée par Poutine a relancé le débat sur la nécessité diversifier les sources d’énergie notre pays, à un stade déjà éclairé par une énergie chère, et une proposition d’inclure le gaz méthane et l’énergie nucléaire dans la taxonomie verte en tant que ressources écologiquement durables. Ce n’est ni le cœur ni le méthane, qui est lui-même un gaz à effet de serre qui se propage dans l’atmosphère à partir des pipelines et des sites miniers.

Le 12 février, j’ai organisé une vaste discussion en ligne avec des experts, des associations environnementales et des représentants de l’Europe verte sur « Pas de nucléaire et de méthane dans la taxonomie verte », au cours de laquelle elle a été unanimement répétée. résistance à l’amendement taxonomie verte avec l’inclusion du méthane et de l’énergie nucléaire comme sources vertes. Nucléaire? « Un mauvais choix », a déclaré le prix Nobel de physique Giorgio Parisi lors de l’entretien que je lui ai fait. Parisi lui-même dans le rôle de président de la commission des scientifiques de déclassementil a qualifié la technologie nucléaire de « technologie plus ancienne qu’un transistor ».

Il a expliqué que les centrales nucléaires actuellement en fonctionnement ont 30 à 40 ans et qu’un changement de taxonomie est un « cadeau » pour la France : ce sera l’Europe. payer les frais de la modernisation Les centrales françaises devaient prolonger leur durée de vie. « Cette opération n’a rien à voir avec la lutte contre le changement climatique », a clairement déclaré Parisi, rappelant qu’il n’était pas contre la recherche nucléaire pure : « La recherche, c’est toujours bien, mais il faut bien préciser qu’il existe actuellement une nouvelle génération de nucléaire . uniquement sur papier. Il ne sert à rien de construire une centrale nucléaire aujourd’hui avec les technologies actuelles. Les problèmes qui existent, à commencer par les déchets hautement radioactifs, n’ont jamais été résolus.

Pour le prix Nobel, l’Italie doit renforcer ses atouts, en commençant La semelle. « Nous devons investir beaucoup dans l’énergie solaire, l’amener dans les villes, placer des panneaux au-dessus des appartements pour produire de l’énergie et la consommer sur place, réduisant ainsi la charge sur le réseau. À l’heure actuelle, il existe très peu de systèmes de construction d’appartements actifs dans les villes italiennes. D’autre part, il y a l’efficacité énergétique avec une réduction des déchets interventions dans les bâtiments: La veste thermique réduit la consommation pour le chauffage en hiver et le refroidissement en été, a-t-il prévenu.

Au cours de la réunion, j’ai également évoqué les différents enjeux critiques de l’énergie nucléaire et l’insuffisance de cette technologie pour répondre à la demande d’électricité et lutter contre le changement climatique avec l’urgence nécessaire. Considérez simplement la durée pluriannuel les chantiers de construction de centrales nucléaires, comme en témoignent en Europe ceux de Flamanville (en France, qui construisent depuis quatre ans à quatre fois le coût) et d’Olkiluoto (qui est entré en exploitation en Finlande le 21 décembre dernier avec un retard de 12 ans et triplé). Indépendamment du fait que l’énergie nucléaire est une technologie compétitive simplement parce qu’il est financé par l’Étatmais à des coûts exagérés, comme en témoigne le contrat entre Edf (Enel français) et le gouvernement britannique pour le réacteur EPR de Hinkley Point, qui fixe pendant 35 ans le prix du MWh produit cinq à dix fois supérieur au prix du solaire photovoltaïque.

Pour ces raisons, chaque euro investi dans le gaz et le nucléaire est objectif argent volé à la transition écologique et au processus de décarbonation dont nous avons besoin pour améliorer la qualité de l’air que nous respirons, l’environnement et promouvoir un travail de qualité dans les filières vertes qui sont déjà la nouvelle frontière industrielle. Pendant ces heures, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat du GIEC ou un groupe de travail de scientifiques de 197 pays préparant des études sur le changement climatique pour l’ONU a publié le deuxième volume du rapport sur les impacts, les vulnérabilités et l’adaptation au changement climatique. une étude basée sur les preuves, les observations et les conclusions à partir desquelles les résultats sont dérivés encore plus alarmant rapport précédent pour 2014. Un autre signe qu’il n’y a pas de temps à perdre avec l’énergie nucléaire. Un mot sur le prix Nobel.

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.