Macron propose d’inclure l’avortement dans la Charte des droits fondamentaux de l’UE L’Europe  DW

Avant la session plénière du Parlement européen à Strasbourg, où ce mercredi (19 janvier 2022) a présenté les priorités de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne pour ce semestre, Macron a proposé cette réforme pour un document initialement annoncé en décembre 2000 .

« Nous devons utiliser la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne pour protéger le climat et reconnaître le droit à l’avortement », a déclaré Macron aux députés qui avaient élu la veille le président du Parlement européen Robert Metsola de Malte, où se trouve l’avortement. interdite en aucun cas.

La proposition de Macron a été applaudie par le Parlement européen, dont le bloc le plus progressiste a été très critique à l’égard de l’élection de Metsol à la présidence, car elle-même a voté contre diverses résolutions parlementaires appelant à un accès élargi à l’avortement en raison de la tradition dans son pays.

Macron a mis en garde contre « le retour à l’autoritarisme » en Europe.

Macron, en proposant sa mise à jour, s’est montré favorable à un « épanouissement » des valeurs qui unissent les Européens, rappelant que la Charte des droits fondamentaux de l’UE est celle qui consacre désormais l’abolition de la peine de mort dans toute l’Union européenne il y a deux décennies. . Syndicat.

La Pologne, un autre pays qui restreint le droit à l’avortement et dont la législation s’est durcie ces dernières années, a de nouveau été au centre du discours de Macron, évoquant l’échec de l’État de droit, malgré le rappel que tous les pays souverains de l’Union européenne en rejoignant le club communautaire a accepté ses principes.

« Nous sommes une génération qui redécouvre l’incertitude de l’Etat de droit et des valeurs démocratiques », a mis en garde le Français, qui a appelé à ne pas confondre les « changements légitimes » de ce modèle avec des remises en cause et averti que la fin de l’Etat de droit « C’est un retour à l’autoritarisme »

« Nous défendrons l’Etat de droit en tout cas par le dialogue, mais sans faiblesse, car l’Etat de droit n’est pas une invention de Bruxelles (…), mais le résultat de notre histoire commune. » , a confirmé le président gaulois.

CP (efe, afp)

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.