Egypte, le militant Ramy Shaath rentre à Paris après sa libération : Le Caire lui retire sa nationalité en échange de sa libération

Ramy Shaath libre à nouveau. L’activiste et homme politique d’origine palestinienne a vécu pendant 900 jours en attente de jugement dans la prison égyptienne de Tora sur des accusations de terrorisme : il est maintenant rentré en France, sur un vol qui a atterri à Paris. L’annonce de sa libération a été faite par son épouse Céline Lebrun: « Mes mains tremblent en écrivant cette phrase. Maintenant je peux le dire et crier au monde : Ramy est libre et maintenant en route pour ParisLa nouvelle de sa libération de la prison de Tora (à la périphérie du Caire) et de sa déportation d’Egypte est officielle, mais elle a mis des jours à parvenir.

Dès l’après-midi du 4 janvier, lorsqu’une note de Mohamed Anwar al-Sadate, membre du Conseil national des droits de l’homme, a rompu un très long silence sur le sort de Shaath : « La procédure pour sa libération a commencé, je remercie tout le monde, y compris les autorités égyptiennes, et je félicite sa famille », a-t-il écrit à Sadate, mais plus tard libération de militants de prison dans le centre Révolution Place Tahrir 2011 ça n’arrive que dans tard dans la nuit jeudi 6 janvier. Un jour de préparation et hier, Ramy Shaath l’a finalement fait quitter le pays avec des vols au départ de l’aéroport international du Caire atterrissant à Amman, en Jordanie, pour un arrêt technique, enfin transfert de la capitale jordanienne à Paris.

Ce n’est qu’à ce moment que Céline Lebrun, citoyenne française, a pu libérer son immense joie au terme d’un cauchemar surréaliste qui a duré deux ans et demi. Ramy Shaath, en fait, arrêté par des agents de la Sûreté nationale dans la nuit du 4 au 5 juillet 2019 lors d’une perquisition à domicile au Caire partagé avec son épouse qui avait quitté le pays maghrébin pour regagner son Nanterre, une ville au nord de Paris. Pendant ces 900 jours, Lebrun a suivi à distance et par lettre le sort de son mari, jusqu’en mars dernier, lorsque le gouvernement égyptien lui a accordé un visa d’entrée et la possibilité de lui rendre visite en prison pendant trois jours consécutifs. Maintenant le cauchemar est fini: « Je n’arrêtais pas de me répéter les mêmes mots, presque incrédule. Tout ce temps Ramy elle dort par terre dans une petite cellule surpeuplée et bientôt je le verrai devant moi. Je vais la serrer dans mes bras dans quelques heures, je ne peux pas y croire. Les mots ne peuvent pas exprimer pleinement la joie et le soulagement et surtout les émotions que je ressens. Je remercie tous ceux qui, au fil du temps, ont fait de leur mieux pour faire entendre nos voix et demander de l’aide pour que Ramy soit libéré. Les organisations non gouvernementales, les politiciens, les militants et bien sûr les informations qui font vivre la campagne. Je remercie également les autorités égyptiennes d’avoir enfin mis fin aux détentions insensées, même au prix d’imposer à mon mari de perdre la nationalité égyptienne. Ramy est né et a grandi en Égypte et ce pays sera toujours sa terre.

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.