France 24 et RFI contestent une suspension « définitive » des émissions au Mali

Première modification :

Le régulateur malien des médias a ordonné mercredi l’arrêt définitif de France 24 et de la radio RFI dans le pays, un mois après que la junte militaire au pouvoir a accusé les services de renseignement de rapporter de « fausses allégations » d’abus par l’armée malienne. La société mère du diffuseur, France Médias Monde, a déclaré qu’elle « contestait vivement » la décision.

France 24 et sa radio sœur RFI sont suspendues dans le pays africain depuis le 17 mars. Le régulateur malien des médias, la Haute Autorité de la communication, a annoncé mercredi que sa suspension était « définitive ».

Les diffuseurs français sont des filiales de France Médias Monde (FMM), une société holding publique. Ils sont suivis par un tiers de la population malienne.

En réponse à l’injonction du régulateur, le FMM a indiqué avoir « vivement contesté la décision » et « étudié toutes les voies de recours ». Le groupe a également réitéré son « engagement indéfectible en faveur de l’indépendance et de la liberté des médias ».

France Médias Monde a indiqué dans un communiqué qu’il continuerait à couvrir l’information au Mali. Il a promis d’apporter des solutions techniques pour que les Maliens continuent d’avoir accès aux deux gares.

La junte militaire malienne a d’abord annoncé la suspension dans un communiqué du 17 mars, accusant France 24 et RFI de poursuivre une « stratégie mûrement réfléchie pour déstabiliser la transformation politique, démoraliser le peuple malien et discréditer l’armée malienne ».

La junte malienne a mené deux coups d’État depuis août 2020. Elle est accusée de violations par divers groupes de défense des droits de l’homme, dont un rapport de Human Right Watch du 15 mars, qui accuse les soldats maliens d’être responsables de la mort d’au moins 17 civils depuis Debut Décembre.

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a également soulevé des allégations d’abus au Mali et a ensuite été rapportée par RFI et France 24.

Le gouvernement français a déjà qualifié la suspension initiale des chaînes françaises par le pays africain d’atteinte grave à la liberté de la presse.

Lors d’une conférence de presse le 17 mars, le président français Emmanuel Macron a condamné la décision de suspendre les activités de deux médias français.

« Je condamne fermement cette décision, qui me semble en totale contradiction avec les valeurs que défend le peuple malien depuis son indépendance », a déclaré Emmanuel Macron.

Plus tôt cette année, la France a rompu ses troupes après avoir rompu ses liens avec la junte au pouvoir. Les troupes françaises étaient en mission militaire au Mali pour combattre les groupes djihadistes liés à Al-Qaïda et le soi-disant État islamique (EI) au Sahel.

Adapté de sa version anglaise

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.