France : Islamo-gauche, la dernière guerre culturelle française | International

C’est le néologisme courant en France : islamo-gauche, ou alliance entre islamistes et extrême gauche. En réalité, personne ne s’accorde sur le sens exact ou sur la mesure dans laquelle il s’agit d’un phénomène réel ou imaginaire.

D’un côté, il y a ceux qui craignent que les idées radicales et anti-démocratiques ne s’emparent des universités françaises. Et d’autre part, ceux qui voient l’ingérence du pouvoir politique dans l’autonomie universitaire.

Le gouvernement français estime que l’islamo-gauchisme s’infiltre dans l’enseignement supérieur avec de nouvelles théories raciales. D’autres mentionnent la théorie du genre et de la classe, qui se confond avec la race dans les études dites intersectionnelles. Ils soutiennent, par exemple, que les manifestations de l’été dernier contre les actes violents ou racistes de la police française ont artificiellement déplacé les choses des États-Unis, une société marquée par le racisme, vers des pays comme la France, qui ne reconnaissent pas officiellement la propriété raciale. ses citoyens.

Les autorités académiques considèrent que l’annonce par la ministre des Universités, Frédérique Vidal, d’une enquête sur des allégations d’infiltration de la gauche islamique dans les universités constitue une atteinte inacceptable à la liberté académique. Et ils s’interrogent sur le bien-fondé du terme : il est utilisé pour désigner ceux de gauche qui dénoncent l’existence d’une islamophobie systémique en France, ou ceux qui critiquent les restrictions au port du foulard au nom des droits des minorités.

« L’islamo-gauche est incommensurable, il faudra donc une enquête impartiale », a défendu par téléphone l’historien Pierre-André Taguieff, qui dans les premières décennies de ce siècle a défini et popularisé le terme islamo-gauche. Taguieff a vu la « pénétration de l’activisme politique dans les universités » et « l’autodestruction des universités comme un lieu de débat libre pour les extrémistes ».

Dans une interview au journal Libérer, l’économiste vedette Thomas Piketty a en revanche affirmé ne connaître « aucun chercheur dont, de près ou de loin, on pourrait soupçonner une quelconque complaisance envers les djihadistes ». « Cette logique générale de suspicion ne peut que conduire à la polarisation et au dialogue épithète », déclare Piketty qui, dans son dernier livre, Capital et idéologie, lié à l’histoire du colonialisme. « Frédérique Vidal doit partir », a-t-il ajouté.

Rejoignez EL PAÍS pour suivre toutes les actualités et une lecture illimitée.

client

La tempête universitaire-politique s’est produite lorsque l’Assemblée nationale a récemment adopté un projet de loi visant à mieux contrôler les agitateurs idéologiques de l’islamisme. Et cela survient des mois après la décapitation, aux mains d’un djihadiste, Samuel Paty, un professeur de lycée dont la classe montrait une caricature de Mahomet, le prophète musulman, publiée l’an dernier par l’hebdomadaire. Charlie Hebdo. « Je pense que l’islamo-gauche détruit la société dans son ensemble et que les universités ne sont pas étanches, c’est une partie de la société », a déclaré Vidal dimanche dernier sur CNews. « Ce qu’on voit au collège, en fait, c’est qu’il y a des gens qui utilisent l’aura de leur diplôme, ou l’aura qu’ils ont, pour défendre des idées radicales ou militantes. »

Mardi dernier, lors d’une séance de contrôle à l’Assemblée nationale, le ministre a annoncé qu’il demanderait au Conseil national de la recherche scientifique (CNRS, l’équivalent espagnol du CSIC) « d’enregistrer toutes les recherches menées dans ce pays ». L’objectif est de faire la distinction entre « recherche scientifique » et « militante ». Le lendemain, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, prend ses distances avec l’initiative. Et il a assuré que le président français, Emmanuel Macron, éprouve « un attachement absolu à l’indépendance des enseignants-chercheurs ».

La correction du porte-parole n’est pas suffisante pour le leadership académique. « L’islamo-gauchisme, slogan politique utilisé dans le débat public, ne correspond à aucune réalité scientifique », indique le communiqué du CNRS. « Le CNRS condamne notamment les tentatives de délégitimation de divers champs de recherche, comme les études postcoloniales, les études intersectionnelles ou les travaux sur les termes raciaux, ou d’autres domaines du savoir. » La Conférence des chanceliers français a également protesté.

valeurs universelles

Le soutien le plus enthousiaste à l’initiative du ministre Vidal est venu des conservateurs. Pour l’extrême droite, islamo-gauche est le terme utilisé aujourd’hui, par opposition à islamophobie, un autre mot controversé. Le débat divise aussi la gauche : la gauche dite universaliste – qui s’accroche à l’idée d’une République de citoyens libres et de valeurs universelles comme les droits de l’homme – versus une autre où la race ou l’identité de genre joue un rôle important. , et qu’au nom de la défense des marginalisés, il approche parfois des figures et groupes islamistes.

Tout cela sur fond de méfiance permanente de la France vis-à-vis des États-Unis, que certains voient dans ce phénomène comme une importation en France des soi-disant guerres culturelles et tendances américaines sur les campus et à gauche dans le pays. Le paradoxe est que de nombreuses théories fabriqué aux États-Unis sur le genre, la race ou la classe sociale sont venus de penseurs français des années 70 comme Michel Foucault ou Jacques Derrida.

Les deux se sont mutuellement accusés de maccarthysme, de promouvoir la chasse aux sorcières comme l’a fait le sénateur américain Joe McCarthy au milieu du XXe siècle contre les infiltrés communistes aux États-Unis. l’université et exclure ceux qui pensent différemment.

« Je pense que nous sommes confrontés au même terrorisme intellectuel que le communisme stalinien a appliqué aux universités et à la recherche dans les années 1950 et 1960 », a déclaré Taguieff. « Il y a aussi un aspect maccarthyste : la liste noire est faite de réactionnaires, islamophobes, racistes. On leur a interdit de parler et leurs livres ont été boycottés et critiqués. Taguieff ne croit cependant pas, contrairement au ministre, que ce courant « perturbe l’ensemble de la société ». « C’est une minorité, mais dynamique et intéressante », a-t-il déclaré. « Il y a des séductions de radicalisme, d’extrémisme et une haine de la modération », a-t-il ajouté.

Macron regarde à droite

« Emmanuel Macron joue avec le feu à travers ses ministres », juge d’un journal de centre gauche Monde dans un éditorial sur la polémique islamo-gauche en France. Il y a deux ministres. L’une d’entre elles est Frédérique Vidal, ministre des Universités, la deuxième figure du gouvernement qui a proposé cette semaine d’enquêter sur le soi-disant islamo-gauchisme dans les universités françaises. Le second est le chef de l’Intérieur, Gérald Darmanin, qui depuis sa nomination l’été dernier, n’a cessé de multiplier les clins d’œil à la droite criarde. L’ultime épisode a eu lieu le 11 février lors d’un débat télévisé entre Darmanin et Marine Le Pen, chef de file du parti d’extrême droite Rassemblement national et, selon les enquêtes d’opinion, probable rival du président Macron au second tour de l’élection présidentielle de mai 2022. Au cours du débat, Le Pen ne tarit pas d’éloges avec séparatisme islamique, un livre récemment publié et signé par le ministre de l’Intérieur. « Malgré quelques incohérences, j’aurais pu signer ce livre », a-t-il déclaré. À un moment donné, tout en opposant leurs propositions de lutte contre l’islamisme, Darmanin a essayé d’aplanir la position variable de Le Pen et a finalement déclaré : « Je vois que vous êtes plus doux que nous. L’intervention, en quelques jours, de Vidal et Darmanin, a déstabilisé l’aile progressiste du parti de Macron, qui en 2017 est arrivé au pouvoir en le déclarant ni de gauche ni de droite. Et ils alimentent l’idée que le président républicain estime que la réélection de l’an prochain sera débattue à droite, et qu’il doit occuper l’espace républicain – l’ancien parti de droite traditionnel, dont est issu Darmanin – pour battre LePen.

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.