Guerre en Ukraine : Calais, refuge pour les Ukrainiens, enfer pour ceux qui fuient les autres guerres | International

Pour se rendre dans une auberge de jeunesse de Calais reconvertie en centre d’accueil pour réfugiés ukrainiens, il faut traverser des routes, des rues et des parcs entourés de clôtures et même de murs en béton avec des accordéons. Cela a barricadé cette ville française, le point le plus proche du Royaume-Uni, pour rendre la tâche aussi difficile que possible pour des milliers de migrants qui viennent avec un rêve d’entrer sur le territoire britannique pour commencer une nouvelle vie. S’ils ne la perdent pas en premier lors du dangereux voyage à travers la Manche. Pendant ce temps, la plupart de ces rêveurs sans papiers vivent dans des tentes installées sur des parcelles insalubres à la périphérie de la ville, symbole de tous les dysfonctionnements migratoires en Europe depuis des années.

Rien de tout cela n’est visible des fenêtres d’un solide immeuble situé « en bord de mer et à deux pas du centre-ville », comme une auberge de 84 chambres, un restaurant et même un jardin que le maire de Calais a aussitôt réservé. alors que les premiers Ukrainiens commençaient à arriver en route vers le Royaume-Uni.

En plus des produits de base, les Ukrainiens Ils obtiennent de l’aide pour gérer leurs documents dès que possible. Ils peuvent désormais le faire en ligne, mais dans tous les cas, leur service de navette les conduira au consulat britannique, qu’ils ont récemment ouvert pour eux à Arras, la capitale administrative de la région. Pavlo est un Ukrainien vivant au Royaume-Uni qui s’est rendu en Pologne pour chercher sa mère, sa sœur, sa belle-sœur et deux amis qui avaient récemment fui leur ville natale de Zaporozhye. Lorsqu’il est arrivé au refuge mercredi, il était presque vide : la plupart des réfugiés avaient déjà récupéré leurs papiers. Pavlo espérait également pouvoir bientôt embarquer sur le ferry avec sa famille.

Tout cela n’est qu’une chimère pour Saddam, un Soudanais de 25 ans, « coincé » à Calais depuis un peu plus d’un an. Comme les Ukrainiens, il a fui le pays d’une guerre presque constante, a traversé « l’enfer » de la Libye et a failli se noyer en Méditerranée, dit-il. Il croyait que lorsqu’il arrivait en Europe, le continent des « droits de l’homme », comme il l’appelait, son odyssée était terminée. « Mais regarde, » dit-il frustré en tirant sur les cheveux gris qu’il a depuis qu’il est à Calais.

Migrants à Calais.Alvaro García

Comme les quelque 1 500 migrants clandestins qui attendent à Calais un moyen de se rendre au Royaume-Uni (presque tout le monde se jette à la mer, bien qu’il y ait encore des gens qui essaient de sauter dans un camion pour traverser l’Eurotunnel super gardé), Saddam vit dans le ancienne épicerie Bell. Il passe la journée à esquiver la police, qui l’a emmené à la frontière française à trois reprises – il dit que lorsqu’il était parti à Biarritz – et qui fait des descentes toutes les 48 heures ou moins pour détruire une dizaine de campements irréguliers d’où partent des agents, des migrants reviennent vers ils ont fait face au peu qu’il leur restait. Un exemple du non-sens de la politique, qui ne peut décourager personne, mais rend la vie encore plus difficile à ceux qui n’ont rien.

Rejoignez EL PAÍS et suivez toutes les actualités et lisez sans restriction.

s’abonner

Ces jeunes hommes, bien qu’ils comprennent des femmes et des enfants, viennent pour la plupart de pays en conflit comme le Soudan, l’Érythrée, la Syrie et l’Afghanistan, et dans presque tout sont dépendants, de manger chaud ou de se laver à charger un téléphone portable, des associations de solidarité qu’ils essaient pour couvrir leurs besoins de base. Ils le font à la périphérie de la ville, car il leur est interdit de s’installer dans le centre de Calais, où il n’y avait aucun problème pour loger les Ukrainiens. L’ONG Utopia 56 a déjà condamné plus de 20 000 euros à des amendes pour des infractions à la réglementation.

Suzy Corey, une bénévole britannique du Café Calais, déclare lors de la distribution de café, thé et chocolat chaud qu’elle se sent « très heureuse que les réfugiés ukrainiens aient trouvé tant de charité ici ». Il admet également qu’elle est « frustrée » car « les Ukrainiens sortent clairement d’une situation terrible, mais même ces hommes fuient des situations similaires, des guerres, des crises humanitaires ». Comme Ahmed, un autre Soudanais de 22 ans. Il venait d’arriver à Calais et avait déjà entendu parler de l’auberge par les Ukrainiens. Il a passé la première nuit dehors, « sans couverture, avec des chaussures mouillées », raconte-t-il. « Notre situation est la même. Mais je vois qu’ils ne nous traitent pas très bien. »

La maire Natacha Bouchart, fervente militante contre les migrants irréguliers de Calais, justifie l’inégalité de traitement par un argument utilisé par le gouvernement d’Emmanuel Macron : « La grande différence », a déclaré l’édile, « c’est que les Ukrainiens sont dans une situation normale » du fait de la protection. que leur accorde l’Union européenne.

Personne, ni les migrants comme Saddam ou Ahmed, ni les associations travaillant sur le terrain ne remettent en cause le droit des réfugiés ukrainiens à être traités avec dignité. Ils s’interrogent sur ce qu’Alexandra Limousin de l’Auberge des Migrants appelle un « accueil à deux vitesses » à Calais et dans une grande partie de l’Europe : un moyen rapide et sûr pour les Ukrainiens et l’insécurité et les brimades des autorités.

Auberge de jeunesse où sont hébergées des familles ukrainiennes à Calais.
Auberge de jeunesse où sont hébergées des familles ukrainiennes à Calais.Alvaro García

« Nous condamnons la différence de traitement. Pourquoi certains gagnent plus que d’autres ? Votre association étudie la possibilité de porter plainte pour discrimination.

« Ce n’est pas une demande pour mettre des réfugiés ukrainiens dans des tentes sous des ponts, mais pour ouvrir l’abri à d’autres migrants », a déclaré Sophie Djigo, fondatrice de la plateforme civique Migraction 59, qui offre un refuge temporaire depuis des années. généralement le week-end pour les migrants irréguliers dans des maisons de volontaires comme Jeremy Ollivier et Sandra Moreau. Une trentaine de migrants sont passés par le domicile de ce couple de professeurs de philosophie du lycée de Calais en trois ans.

Pour eux, le plus choquant est « l’invisibilité » du problème qui a mis en lumière l’arrivée des Ukrainiens. « Ce n’est même pas qu’on les compare, mais on se dit qu’il y a des bons et des mauvais réfugiés », souligne Moreau. « Le problème, c’est que certains n’existent même pas (…) c’est affreux de voir le niveau d’invisibilité qu’on a atteint, on fait comme si les premiers réfugiés arrivés étaient des Ukrainiens. »

Asher Shane, le père de famille de Southampton, horrifié par les images de réfugiés fuyant uniquement ce qu’ils portaient, a décidé de venir à Calais pendant une semaine et d’aider les Ukrainiens de quelque manière que ce soit « à faire des papiers, à les emmener au supermarché ». il dit. Cependant, lorsqu’il est arrivé à l’auberge de jeunesse, ils lui ont dit que ce n’était pas nécessaire. « Ils ont tout ici. » Il est donc entré au Café Calais pour aider d’autres migrants, dont il avoue n’avoir aucune idée de l’existence et de la situation.

La femme est au téléphone dans une auberge de jeunesse, où séjournent des familles ukrainiennes à Calais.
La femme est au téléphone dans une auberge de jeunesse, où séjournent des familles ukrainiennes à Calais.Alvaro García

Pendant que Saddam buvait une boisson chaude et parlait à des volontaires comme Shane, la police a de nouveau installé son camp. « Bien sûr, nous ne souhaitons rien de mal aux Ukrainiens, ce sont des gens comme nous. Je veux juste que la police me laisse tranquille. Cela ne me dérange pas de passer encore trois ans dans le magasin, mais laissez-moi tranquille », dit-il. Pendant des années, des associations de Calais et d’autres régions de France ont cherché en vain des ressources qui semblaient impossibles jusqu’à l’arrivée des réfugiés ukrainiens. Pour Moreau, cela « montre qu’il y a de la place pour tout le monde et que l’accueil des réfugiés n’est pas un problème si on le veut ». Ce qui manque, tout le monde en convient, c’est la volonté politique. Et peut-être un peu plus d’empathie pour ceux qui fuient les guerres, mais pas moins terribles et pas comme nous.

Regardez toutes les informations internationales dans Facebook une Twitterou fr notre newsletter hebdomadaire.

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.