Guerre en Ukraine, en direct de dernière minute La Russie met en garde les pays qui autoriseront les avions ukrainiens à utiliser leurs bases aériennes | International

Macron exhorte Poutine à ne pas attaquer les centrales nucléaires ukrainiennes

Le président français Emmanuel Macron a appelé son homologue russe Vladimir Poutine à ne pas attaquer les centrales nucléaires ukrainiennes et s’est engagé à respecter les mesures de sécurité de l’Organisation internationale de l’énergie atomique (AIEA) pour ces installations. Dans un nouveau coup de téléphone à l’initiative du chef de l’Elysée, qui a duré une heure et 45 minutes, Poutine « a déclaré qu’il n’avait pas l’intention d’attaquer ces centrales » et a exprimé sa volonté de « respecter les règles de l’AIEA ». la protection des végétaux » et la recherche d’un « accord AIEA-Ukraine-Russie » à cet égard, ont indiqué des sources de l’Elysée.

Cependant, les mêmes sources admettent que le président russe a une nouvelle fois manifesté son refus de renoncer à l’agression militaire qu’il poursuit en Ukraine et a réitéré sa volonté d’atteindre ses objectifs fixés en Ukraine « par la négociation ou, si les Ukrainiens refusent de reculer, par la guerre. » Ce qui n’est pas une vaine menace, souligne l’Elysée. Macron « s’est senti très déterminé à atteindre ses objectifs aujourd’hui, une impression qui se confirme conversation après conversation », ont déclaré des sources françaises.

La question de la sécurité des centrales nucléaires ukrainiennes était l’objectif principal, mais pas le seul, de la conversation, qui a également porté sur les exigences de la communauté internationale pour que Moscou respecte le droit international humanitaire et permette à la population de partir. des villes assiégées telles que Marioupol, ainsi que « permettre l’accès de l’aide humanitaire » à ces zones.

Selon la version du Kremlin de la nouvelle conversation entre les deux dirigeants, Poutine a accusé les Ukrainiens d’être responsables de l’incident de vendredi à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporozhye, la plus grande d’Europe, et dont l’incendie a fait plusieurs morts et blessés. Selon les autorités ukrainiennes, l’incendie a été causé par une attaque des troupes russes contre des infrastructures. « Poutine a rendu compte de la provocation des radicaux ukrainiens dans la centrale nucléaire de Zaporozhye », a déclaré le Kremlin, qui a déclaré que « les niveaux de rayonnement sont normaux ».

Après de difficiles affrontements avec l’armée ukrainienne, la Russie a dominé la course vendredi dernier. L’AIEA a assuré qu’il n’y avait pas eu de fuite de matières radioactives, mais le bombardement, encore une fois une attaque aveugle sur des cibles critiques, a alerté les observateurs et les organisations internationales d’une éventuelle catastrophe. Reportage parisien Silvia Ayuso.

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.