La guerre ukrainienne contre Poutine Macron et la Suisse ne sont plus neutres

Dans la crise ukrainienne, qui redéfinit déjà l’ordre géopolitique européen, alors que l’Italie envoie des armes à Kiev (ici ce que prévoit le « décret ukrainien approuvé par Draghim) et annonce qu’elle va déplacer son ambassade à Lviv, dans la partie ouest de la capitale. Il est intéressant de constater comment deux des pays qui, bien que gérant différemment le système européen, évoluent : l’un de l’intérieur, en tant que partie fondatrice et à la tête de l’Union, l’autre en quelque sorte à l’extérieur « sur garde » . On parle de France et Suisse.

Ce que Macron a fait contre Poutine et pourquoi

président français Emmanuel Macron a appelé lundi le président russe Vladimir Poutine à sauver des civils en Ukraine, en communication longue durée 1h30. Macron a appelé à la fin des attaques contre les civils et les infrastructures civiles en Ukraine et à la sécurisation des routes principales, en particulier celle qui longe la partie sud de Kiev.

Le président Poutine réaffirmerait sa volonté de prendre des engagements sur ces points, selon un communiqué publié par l’Elysée, la démilitarisation de l’Ukraine (et sa « dénazification », a déclaré Poutine) et la reconnaissance occidentale de la souveraineté russe sur la péninsule de Crimée sont des conditions préalables nécessaires mettre fin aux combats en Ukraine.

Macron a également appelé Poutine à respecter le droit international humanitaire et à permettre l’acheminement de l’aide humanitaire à la population.

Mais pourquoi Macron a-t-il pris les devants ? L’objectif du président français est sans aucun doute engager un dialogue sur le rôle de l’OTAN en Europe et en Ukraine et, éventuellement, un nouveau traité de maîtrise des armementssachant que l’Occident devra encore céder à certaines des demandes de la Russie pour restaurer le pouvoir perdu après l’effondrement de l’URSS.

L’activisme diplomatique du président français reflète le rêve de grandeur un pays qui veut toujours conserver sa place prestigieuse sur la scène internationale. Mais celui de Macron est aussi, et peut-être avant tout, un jeu interne. En effet, le premier tour de l’élection présidentielle aura lieu le 10 avril, ce qui conduira la France à élire le prochain présidentaprès 5 ans.

Macron avait initialement prévu d’utiliser la présidence française du Conseil de l’UE pour restaurer sa présidence avant le vote, mais la crise ukrainienne a renversé les cartes et pourrait désormais lui permettre de jouer un rôle clé sur la scène internationale. a été envoyé à Zelensky et voici combien l’Europe dépense en aide militaire).

La Suisse renonce à sa neutralité historique

De l’autre côté, nous trouvons la Suisse. Le président ukrainien Zelensky aurait demandé au président suisse Cassis d’agir en tant que médiateur neutre entre l’Ukraine et la Russie et d’aider à travailler sur le cessez-le-feu, notamment dans le cadre du Conseil des droits de l’homme à Genève, qui débute lundi prochain. Le même Zelensky a officiellement signé la demande d’adhésion à l’UEce qui a provoqué une « rupture » – plus symbolique que réelle – avec Poutine.

Alors qu’au début, il semblait que le gouvernement de Berne voulait retrouver sa neutralité historique, est venue une position claire et une condamnation claire de l’invasion de l’Ukraine par Poutine – pour la première fois dans l’histoire du pays suisse.

Le pays occupe une position clé notamment auprès de l’élite russe, qui le visite, bien sûr, pour des raisons financières, mais aussi en raison d’interventions médicales importantes ou de vacances exclusives à Genève, aux Grisons ou en dehors de Berne.

Le gouvernement cantonal a décidé de se joindre aux sanctions adoptées par l’Union européenne les 23 et 25 février. (ici le paquet de sanctions annoncé par Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne). Bien que ce ne soit pas tout à fait inattendu, la décision est certainement une étape inhabituelle pour la Suisse : en raison du rôle important du pays en tant que centre financier avec une forte présence russe, le respect des restrictions européennes est obligatoire.

Dès le 24 février, le gouvernement de Berne a déclaré vouloir empêcher que la Suisse ne soit utilisée comme plate-forme pour contourner les sanctions de l’UE. On ne peut manquer de mentionner qu’en 2014, le pays n’a pas adhéré aux sanctions européennes pour l’invasion russe de la Crimée. La Suisse est le seul pays à avoir aidé les deux côtés de la ligne de cessez-le-feu du Donbass ces dernières années, par exemple en aidant à maintenir l’approvisionnement en eau.

Pour suivre les dernières actualités et recevoir nos meilleurs contenus, abonnez-vous gratuitement à la chaîne QuiFinanza Telegram : cliquez ici

Qu’arrive-t-il maintenant aux Russes qui ont des relations avec la Suisse

Si aucun accord de cessez-le-feu n’est conclu dans quelques jours, les Suisses mettront immédiatement fin à toutes les relations commerciales avec la Russie. Nous avons cela en tête un tiers des actifs étrangers de la Russie sont « cachés » en Suisse et 80% du commerce russe des matières premières y transite.

La décision de la Suisse ouvre des scénarios inattendus car le problème n’est pas seulement économique mais aussi diplomatique. Plus que jamais, l’Europe a besoin d’un acteur neutre qui puisse maintenir l’apparence d’un lien avec Poutine.

Mais qu’est-ce que cela signifie que la Suisse n’est plus neutre et en conformité avec les sanctions de l’UE ? D’abord, les avoirs des hommes et entreprises influents sont immédiatement bloquésoligarques et élites, et sont adoptés immédiatement sanctions financières contre le président russe Vladimir Poutine, le Premier ministre Mikhail Mishustin et le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

La Suisse renouvelle « sans exception » toutes les mesures que l’UE a décidées contre Moscou, a souligné le ministre des Finances Ueli Maurer. Les avoirs des personnes figurant sur les listes dressées par Bruxelles sont immédiatement gelés, sous réserve que ces personnes ne puissent pas ouvrir de nouveaux comptes en Suisse.

L’exécutif l’a également décidé suspendre partiellement l’accord de facilitation des visas de 2009 pour les Russes. L’entrée est également interdite aux personnes ayant des liens avec la Suisse et en même temps proches du président russe.

Quelles banques risquent le black-out

la Suisse soutient également la décision d’exclure les banques russes du système de paiement Swift et veiller à ce que cela ne soit pas évité, a souligné Maurer, ajoutant que la Confédération entendait rester une place financière transparente et ne serait pas directement touchée par les sanctions.

Quelles banques russes opèrent en Suisse ? Il y a Sberbank, Gazprombank et Vtb. Sberbank est la plus grande institution financière de Russie avec 105 employés : en janvier, elle a réalisé des bénéfices d’au moins 20 millions de francs en 2021. Parmi ses clients, la banque compte environ 250 entreprises actives principalement dans le secteur des matières premières. Elle est aujourd’hui au bord de la faillite (nous l’avons largement fait ici).

Gazprombank a son siège à Zurich et appartient exclusivement à Gazprombank, un troisième institut russe et une entreprise étroitement liée au secteur de l’énergie. En 2020, la banque – 84 salariés – a perdu 3,6 millions de francs.

Vtb Capital est à Zoug depuis 2014. Elle fait partie du groupe Vtb Bank, la première banque internationale d’investissement en Russie, mais n’a pas de licence bancaire dans la Confédération suisse.

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.