Le Royaume-Uni propose des agents et une technologie français pour contrôler la migration

La Grande-Bretagne a proposé à la France de contribuer à « une agence sur le terrain » et à des solutions technologiques pour contrôler les migrations via la Manche, a déclaré jeudi le ministre britannique de l’Intérieur au Parlement. Priti Patel.

« Nous avons à nouveau contacté (Paris) pour clarifier notre offre en termes de coopération entre le Royaume-Uni et la France », a déclaré Patel. suite à la mort d’au moins 27 personnes qui ont tenté d’atteindre le Royaume-Uni par petit bateau.

Le ministre a fait valoir à la Chambre des communes que des « efforts internationaux coordonnés » étaient nécessaires pour faire face à la « crise mondiale de la migration illégale » et a poursuivi les trafiquants qui « exploitent et manipulent » les gens.

L’incident de mercredi, au cours duquel dix-sept hommes, sept femmes et trois mineurs sont morts, est le plus grave du genre jamais enregistré dans la Manche.

Patel a déclaré aujourd’hui que l’événement n’était « pas une surprise », après que le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a suggéré hier que le gouvernement français n’avait pas pris toutes les mesures qu’il jugeait nécessaires pour essayer d’empêcher les migrants d’essayer d’atteindre le Royaume-Uni par la mer.

« Les gens devraient demander l’asile dans le premier pays sûr où ils viennent. Personne n’a besoin de fuir la France pour trouver la sécurité », a déclaré Patel aujourd’hui, soulignant qu’une nouvelle loi sur la nationalité et les frontières en cours d’élaboration par le gouvernement britannique résoudra les défis posés par les arrivées de migrants au Royaume-Uni.

Les gens devraient demander l’asile dans le premier pays sûr où ils viennent. Personne n’a besoin de fuir la France pour trouver la sécuritéPriti Patel, ministre britannique de l’Intérieur

La loi propose d’augmenter la peine pour « tentative d’entrer illégalement au Royaume-Uni » de six mois à quatre ans de prison.

Il augmentera également les pouvoirs des agences britanniques pour « arrêter et détourner les navires soupçonnés d’amener des migrants illégaux au Royaume-Uni et – sous réserve d’accords avec les pays concernés tels que la France – les renvoyer là où leur voyage maritime a commencé ».

Il stipule également que le gouvernement britannique traite les demandes d’asile tant que le demandeur reste « à l’étranger ».

porte-parole du ministère de l’Intérieur du Parti travailliste d’opposition, Nick Thomas-SymondsIl a déclaré qu’il ne soutiendrait pas ce processus juridique, estimant qu’il « viole la convention sur les réfugiés » et « nuise à la position (du Royaume-Uni) dans le monde ».

L’Europe entre en jeu

La récente tragédie migratoire en Manche a également poussé la France à accélérer la lutte contre ces flux irréguliers avec d’autres pays directement concernés.

Cette semaine à Calais, l’apogée des traversées maritimes vers l’Angleterre, l’exécutif français a invité les chefs des Affaires intérieures de Belgique, d’Allemagne et des Pays-Bas, en plus du Royaume-Uni et Commission européenne, pour surmonter la bataille.

L’objectif recherché, selon le Premier ministre à l’issue d’une réunion du gouvernement français, Jean Castex, est « déterminer les moyens de renforcer la coopération policière, judiciaire et humanitaire pour mieux lutter contre les réseaux de trafiquants impliqués dans les flux migratoires ».

Car bien que le naufrage de mercredi se soit produit dans les eaux territoriales françaises, à partir desquelles le voyage est plus court, Paris a souligné que la majorité des migrants s’aventurant vers les côtes britanniques ont traversé la frontière terrestre de la France « des heures avant » la tentative, donc « c’est une question qui nécessite une approche intergouvernementale . » et l’Europe. »

La nécessité de se rassembler pour affronter le réseau des passeurs d’immigrés est soulignée depuis que l’accident s’est avéré équilibré, le pire du genre depuis la disparition de sept personnes en mer en octobre 2020.

« Je demande à mes collègues européens de renforcer immédiatement les médias de l’agence Frontex aux frontières extérieures de l’Union et une réunion d’urgence des ministres européens sur le défi migratoire », a déclaré le chef de l’État, ce mercredi, Emmanuel Macron.

Le président a répété le message après avoir rencontré à Zagreb le Premier ministre croate, Andrej Plenkovic, où il avait précédemment affirmé que la France n’était « qu’un pays de transit » et que lorsque les immigrants arrivaient sur les rives de la Manche, il était « trop ​​tard ».

« Nous devons accroître les responsabilités de nos partenaires et accroître notre coopération avec la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne et le Royaume-Uni, mais aussi avec la Commission européenne », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

La France rappelle que sa police et ses policiers agissaient « de jour comme de nuit » à la fois pour aider ceux qui plongeaient dans la mer et pour démanteler les réseaux de passeurs.

Comment ca va?

Depuis le début de l’année, 7.800 immigrés ont été secourus et « plus de 1.550 passeurs ont été arrêtés », et hier soir cinq ont été arrêtés à la frontière belge pour avoir transporté du matériel acheté en Allemagne vers la côte.

Dans des décisions qui reflètent les tensions migratoires actuelles, La chaîne d’articles de sport Decathlon a réduit les ventes de bateaux de plaisance dans certains magasins du nord de la France ce mois-ci pour les empêcher d’être utilisés par les migrants dans leurs tentatives d’atteindre le Royaume-Uni.

La France plaide aussi, selon Macron, pour une « zone Schengen plus forte, plus spécifique dans la protection des frontières extérieures » et qu’elle est « beaucoup plus politique dans son administration ». Et il a appelé le Premier ministre britannique Johnson à ne pas exploiter la situation dramatique et à agir avec dignité, « avec respect et dans un esprit de coopération efficace face à la vie humaine ».

Pendant ce temps, Calais, l’un des points les plus conflictuels de l’émigration illégale en Europe, est choqué par cette dernière tragédie et ses habitants, selon Efe, se sentent abandonnés par les politiciens malgré les promesses faites de mettre fin à une situation vieille de plusieurs décennies.

L’indignation s’est reflétée dans les manifestations citoyennes dans la ville, et ce jeudi l’ONG Utopia 56 a programmé de nouvelles manifestations, tant là-bas qu’à Paris, pour commémorer les victimes et soutenir un « accueil digne » de ceux qui sont venus dans la zone.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été mis à jour.

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.