Les stations de ski en France pleurent déjà les clients russes

Dans le plus célèbre – Courchevel, l’endroit préféré des riches Russes (d’où le deuxième nom Courchevelskoye), il y a eu une avalanche d’annulations. Et il y a aussi le très célèbre Val d’Isère, Méribel. Le début du mois de janvier était de bon augure. Les Russes sont venus ici pour célébrer le Nouvel An orthodoxe dans le paysage hivernal montagneux. Dès le 20 février, ils ont commencé à annuler des arrivées, notamment des clients en provenance d’Ukraine, rapporte Michael Ruysschaert, directeur général de l’agence Savoie Mont Blanc, qui gère 112 centres de sports d’hiver. Rien n’est sorti de l’annuel Destination Montagnes – Grand Ski, prévu le 28 février à Chambéry : 7 agences de voyages russes les plus importantes et 5 ukrainiennes se sont retirées de la participation.

La clientèle russe ne fait pas partie du top 3 des nationalités utilisant les stations de ski françaises, devenues subitement très prisées des Français. Ce doit être une pandémie. Pourtant, ils comptaient dans ce secteur grâce à leur pouvoir d’achat. Jusqu’à présent, ils y ont passé en moyenne une semaine, les hôtels en ont réservé 800 000. nuits par an. Ils ont laissé 800 millions à 1,2 milliard d’euros, le record de revenus a été battu en 2014 après les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi.

– Cette année, la clientèle russe est nettement moins visible dans tous les centres, la proportion de familles entières a augmenté – estime le responsable de l’agence Savoie Mont Blanc. Son confrère Benjamin Berger, directeur du réseau immobilier Cimalpes, ajoute qu’il y a désormais plus de Russes à Méribel qu’à Courchevel. La plupart d’entre eux sont des résidents de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Selon le représentant des autorités de la région, Eric Pantalacci, le nombre de clients russes a considérablement diminué après les Jeux olympiques de Sotchi, car les autorités russes les ont encouragés à utiliser des centres prêts et préparés pour les Jeux olympiques.

Les experts du secteur français du tourisme sont rassurés par les sanctions contre la Russie annoncées dans l’UE. La crise sanitaire leur a permis de diversifier davantage leur clientèle. Le nombre de Français en vacances à la montagne a augmenté, leur part de vacances scolaires en février est passée à 53%. dans les deux parties de la Savoie. – Les Britanniques, les Belges et les Néerlandais représentent désormais près de 90 %. touristes de sports d’hiver, la saison de février s’annonce comme un record pour 2019-20, a déclaré Michael Ruysschaert.

– Il peut être de 10 à 15 % pour les clients russes. tout au long de la saison à Courchevel, mais début janvier (réveillon) et début mars il peut atteindre 80 %. Souligne Claude Pinturault, propriétaire de l’hôtel 5 étoiles Annapurna à Courchevel. « Les boutiques de luxe de cette station et de Val d’Isère seront certainement perdantes lorsque cette clientèle viendra à manquer, car il est difficile de les remplacer par d’autres », renchérit Jean-Luc Boch, responsable de l’organisation des maires des stations de montagne.

Tout le monde s’accorde à dire que la crise actuelle survient après 2 ans de sévères restrictions dues au coronavirus. – Vous pouvez toujours remplacer un client, mais pas à la dernière minute – explique l’hôtelier de l’Annapurna et donne un exemple : en raison de l’agression contre l’Ukraine, 10 chambres et appartements ont été annulés pendant la semaine du 5 au 12 mars. – Les clients de Russie seront difficiles à remplacer, car ils venaient généralement hors vacances scolaires en France. Ils seront également moins nombreux, car les propriétaires d’appartements et de maisons feront l’objet de sanctions. Jean-Luc Boch estime que les Russes pourraient avoir des centaines d’immeubles et dits chalets et plusieurs milliers d’appartements à Courchevel. Certains propriétaires peuvent les revendre rapidement (s’il y a une banque pour effectuer une telle opération) ou les laisser un jour de pluie.

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.