L’UE propose d’interdire le charbon russe dans le cadre de nouvelles sanctions

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré mardi que les 27 pays de l’Union européenne étaient « complètement déterminés » à imposer des sanctions sur le pétrole et le charbon russes, étant donné que leurs troupes tuaient délibérément des civils ukrainiens.

La dépendance de l’Europe vis-à-vis du pétrole, du gaz et du charbon russes signifie que l’unanimité dans les mesures énergétiques est difficile, mais les informations faisant état d’effusions de sang autour de Kiev ont accru la pression pour des sanctions plus sévères.

Jusqu’à présent, l’Europe n’a pas voulu imposer de sanctions au secteur énergétique russe par crainte d’une récession. À certains égards, il serait plus facile pour l’Europe de se passer de pétrole que de gaz russe, car il arrive par pétrolier et peut être acheté auprès d’autres fournisseurs. Mais la possibilité d’un boycott de la Russie cette semaine a fait monter les prix du pétrole.

Interrogé sur la volonté politique d’imposer des sanctions au pétrole et au charbon russes, comme le président français Emmanuel Macron l’avait suggéré cette semaine, Le Maire a répondu : « Nous verrons les positions des autres États membres, mais je pense que c’est possible. parvenir à l’unité des 27 États membres en ce qui concerne les nouvelles sanctions ».

L’UE obtient 40% de son gaz naturel de la Russie, et de nombreux pays, dont l’Allemagne, la plus grande économie du bloc, s’opposent à la perturbation des importations de gaz.

La France préside le Conseil de l’UE et les ministres des Finances de l’UE se réuniront à Luxembourg dans les prochaines heures pour discuter d’éventuelles nouvelles mesures visant à sanctionner le Kremlin.

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.