Macron promet d’affronter « les doutes et les contradictions » après sa réélection en France.

Les yeux rivés sur les élections législatives de juin, il doit maintenant négocier un nouveau mandat compliqué pour tenter d’obtenir la législature qui lui donnera la majorité dont il a besoin pour mettre en œuvre sa politique.

Les résultats définitifs du second tour de dimanche ont montré que Macron avait remporté 58,54% des voix, ce qui est une avance plus importante que prévu par de nombreux sondages.

Le résultat donne également à l’extrême droite la plus grande part record à l’élection présidentielle.

« Beaucoup dans ce pays n’ont pas voté pour moi parce qu’ils soutiennent mes idées, mais pour éviter ceux d’extrême droite. Je veux les remercier et je sais que je leur dois des années à venir », a déclaré Macron dans un discours triomphant. .

« Nous devrons être indulgents et respectueux, car notre pays est plein de doutes, avec de nombreuses divisions. »

Bien que l’avance de Macron soit confortable, elle était bien en deçà des 66,1 % qu’il avait obtenus contre le même adversaire au second tour en 2017, et encore plus loin des 82 % garantis par le conservateur Jacques Chirac en 2002, lorsque l’extrême droite avait obtenu une égalité. tournant pour la première fois.

Le candidat présidentiel d’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon – qui s’est classé troisième derrière Le Pen au premier tour – a immédiatement qualifié les élections législatives des 12 et 19 juin de « troisième tour » de l’élection présidentielle.

C’est un vote dans lequel ils espèrent que les partis d’opposition de tous les segments l’emporteront.

Le message au camp de Macron lundi était qu’ils en entendraient davantage, après le premier mandat au cours duquel Macron lui-même avait initialement appelé son style de leadership « Jupiter », indiquant qu’il se tiendrait au-dessus du conflit politique.

des protestations ?

« Quand une proposition qui touche à la vie des Français parvient à l’Assemblée nationale, les députés doivent en discuter avec les Français », a déclaré à France Inter le président du Parlement Richard Ferrand, proche allié de Macron.

« Sinon, il y a un risque de clivage entre les députés et ce que ressentent les Français. »

Macrona est susceptible de revenir aux manifestations qui faisaient partie de son premier mandat alors qu’il faisait pression pour ses réformes commerciales, y compris des plans pour relever l’âge de la retraite de 62 à 65 ans.

« Il ne purgera pas encore cinq ans dans la même période, c’est sûr. On ne le laissera pas faire », a déclaré Colette Sierra, une employée administrative de 63 ans.

« S’il le fait, je pense que les gens sont prêts à descendre dans la rue s’il n’y a pas de bon type de gouvernement de coalition. »

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.