Kamil Střihavka : Je n’ai jamais voulu chanter pour que quelqu’un mange. Même pas président

Comment devient-on animateur d’émissions télé ?

En 2018, mon vieil ami de Teplice, Miloslav Levek, m’a approché. Il a rejoint la communauté rocker locale, il a déplacé Kabát, Motorband et d’autres groupes. Puis il a disparu de ma vie, s’est envolé pour l’Amérique.

Il revient en tant que cinéaste qui réalise entre autres le long métrage documentaire Motorband Restart, dans lequel il décrit les origines de la scène métal en Tchécoslovaquie dans les années 1980 à travers l’histoire du groupe Motorband et de son chef d’orchestre Libor Matejčík.

Il est venu me voir avec un thème de spectacle qui présenterait l’univers et la vie de personnalités musicales. Je lui ai demandé pourquoi il m’avait choisi comme modérateur, et il m’a dit qu’il voulait capter la relation entre les musiciens comme un prolongement. L’icône de Kamila Střihavka n’est pas un talk-show. Notre objectif est de décrocher des médailles pour la personnalité de la scène tchèque. Malheureusement, je n’ai pas trouvé de meilleure expression pour cela.

Un épisode dure vingt-six minutes. N’est-ce pas un peu pour vos besoins?

Nous voulons faire un documentaire de 50 minutes. Cependant, les formats de télévision proposent un programme similaire de seulement vingt-cinq minutes. Lorsque nous avons discuté de la durée, le producteur de télévision tchèque Jiří Huba nous a dit qu’il valait mieux qu’une telle émission se termine et que les téléspectateurs le regrettent plutôt que de regarder sa montre et d’attendre la fin. Nous l’avons bien trouvé. Et finalement nous avons deviné une minute de plus.

Notre producteur exécutif Adolf Zika nous a beaucoup aidés lors de la transition vers la télévision tchèque. Il nous a juste emmenés à Jiří Huba, ce dont nous étions reconnaissants. Miloslav Levek et moi avons d’abord pensé que nous allions photographier les parties individuelles et les publier sur YouTube. Nous ne pensons pas aux émissions de télévision.

Kamil Střihavka

Photo: Lucie Lév

Tous ceux avec qui vous tirez sont vos amis. Est-ce important lors du choix ?

C’est un aspect. Miloslav Levek savait que mon avantage à faire des films était que je connaissais les musiciens et que notre conversation était sur le point d’avoir lieu. L’objectif est que nos invités se détendent à la maison afin qu’ils ne regardent plus la caméra. Le résultat est un appel décontracté et informel. Les téléspectateurs doivent juger de nos performances.

Par exemple, Peter Jand des Jeux olympiques a presque quatre-vingts ans. Il enregistre tout ce qui compte, il peut vivre de ce qu’il fait, mais quand on parle de musique, il se transforme en un enfant enthousiaste avec beaucoup de passion pour la suite.

Nous voulons montrer que ces gens sont incroyables non seulement à cause de ce qu’ils ont accompli en musique, mais aussi à cause de leur passion pour la cause. Les musiciens nous ont emmenés à la maison, au studio, dans leurs bureaux, aux concerts et dans les coulisses.

Nous voulions inclure l’humour spécifique qu’ils reconnaissaient dans les médailles. Nous avons également joué ensemble à la fin du pendentif. Nous voulons que ce soit amusant et que les gens apprennent quelque chose qu’ils ne savaient pas sur leur icône. À mon grand étonnement, j’ai aussi appris beaucoup de nouvelles choses.

Que diriez-vous?

Et Bárta élève des abeilles. Il a promis si longtemps qu’il nous emmènerait au lodge et nous montrerait quand les abeilles volent. Au lieu de cela, il nous a emmenés dans les coulisses d’un concert de jazz pour la télévision tchèque. Lou Fanánek Hagen m’a surpris par le fait que son groupe, Three Sisters, stipulait dans le contrat du concert qu’ils devaient consommer des boissons alcoolisées pendant la production.

Roman Holý m’a ensuite causé des moments chauds. Par exemple, il a commencé à me poser des questions, soirée modérateur, et il a terminé le tout par un quiz musical, qu’il m’a donné lors d’une interview.

Michael Kocáb a encore préparé les conneries pour moi. J’ai vu qu’il s’amusait à attendre qu’il m’attrape. Mais je n’ai pas sourcillé, et tout au long du one man show, je l’ai vécu et j’ai joué le rôle que j’étais censée jouer. Quand nous l’avons fait, nous avons éclaté de rire.

Il a ajouté beaucoup d’histoires qui, malheureusement, ne nous convenaient pas pendant ces vingt-six minutes. Soit ici, comment il a rencontré Frank Zappa, soit comment il l’a fait passer clandestinement pour sa sécurité à une fête avec George Bush et Vaclav Havel. Zappa n’a pas déçu et y a provoqué un énorme scandale. Et il m’a aussi dit comment le président français Jacques Chirac m’a traité.

Que lui avez-vous fait ?

Nous avons été invités à présenter au sommet de l’OTAN en 2002 une suite écrite par Michal Pavlíček au Palais Wallenstein à Prague. Václav Havel l’a approché à ce sujet.

Mais je n’ai jamais voulu chanter pour qui que ce soit, pas même pour le président, et j’ai refusé. J’en ai eu toute ma vie. Le spectacle est produit par le réalisateur Václav Marhoul. Quand je lui ai dit que je n’allais pas jouer au dîner et que je suis parti, il est presque devenu gris. Il m’a suivi dehors et m’a persuadé. Je lui ai expliqué que je n’avais aucun problème avec l’événement, mais que je serais sur le podium à l’arrivée des invités.

Ça s’est bien passé au final. Grâce à son empathie, Václav Havel a pu déplacer tout le programme afin que nous ne jouions que lorsque les invités manquaient de dessert. Mais ce n’est que maintenant que j’ai appris de Michael Kocáb que ma position était en cours de finalisation par les deux présidents.

Aujourd’hui, je me souviens de ce spectacle comme d’une expérience merveilleuse. Au palais Wallenstein, ils ont des bougies dans un grand lustre, ce qui crée une atmosphère magique. La suite commence par un chœur d’enfants, avec une belle introduction. J’ai chanté en premier et j’étais très contente que les invités présents soient très cultivés. Après la première note, ils ont cessé de tinter leurs cuillères, ils se sont tous tournés vers la scène, puis il y a eu un silence de leur part. J’ai encore la chair de poule.

Kamil Střihavka

Photo: Lucie Lév

Vous parlez de l’humour particulier des musiciens. Lequel parlez-vous de vos invités?

Le chanteur et guitariste Radek Pastrňák de Buty m’a dit qu’ils avaient un groupe de sport. Il m’a demandé si j’avais déjà essayé de sauter en arrière. Je lui ai dit non et il m’a répondu qu’ils étaient maîtres. Ils ont également sauté du sol sur la table. Il a ajouté avec un sourire : Alors vous avez magnifiquement coupé le sifflet, essayez-le…

Vous avez fait des émissions de télévision ces derniers mois. Votre dernier album solo, intitulé 365, est sorti en 2008. Y avez-vous repensé ?

J’adorerais en sortir un nouveau, mais je ne serai pas le premier à souligner que les temps ont changé. De nos jours, établir un record sans un éditeur fort derrière est une chose difficile. Surtout quand les nouvelles chansons à la radio ne passent pas beaucoup. La formule préférée du scénariste est qu’ils ne jouent que des hits. Quand j’ai demandé comment et où ces chansons étaient devenues des succès, alors qu’ils ne voulaient pas en diffuser de nouveaux, je n’ai pas eu de réponse.

La rotation du conseil d’administration est souvent un processus de deux à trois ans. Mais si au moins un single ne passe pas à la radio ou à la télévision, les gens ne l’enregistreront même pas, sauf pour une poignée de fans de rock.

Alors je l’ai résolu facilement. Je fais de la musique pour des concerts, ça me comble. Donc ça ne va pas bien en ce moment, nous avons surtout déplacé les concerts de novembre et décembre vers cette année. Mais je veux rester en contact avec les fans, surtout lors des concerts. Ils écouteront mes chansons en direct, parfois d’une manière légèrement différente, et parfois de nouvelles seront ajoutées. Le jeu en direct me garde en vie. Je travaille toujours sur un nouveau disque, mais je n’ai pas fixé de date.

Lazare Abraham

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.