La communauté polonaise a rendu hommage aux victimes de la loi martiale






© pixabay.com/Walkerssk


Dimanche, la Pologne française a rendu hommage aux victimes de la loi martiale au monument de la plaque « Solidarité » à Paris sur la Plac Inwalidów. La cérémonie s’est déroulée en présence de l’ambassadeur de Pologne, de représentants de la Mission catholique polonaise (PMK) et de membres de l’Association des combattants polonais et de leurs familles en France.

Pour les victimes d’une urgence militaire, PMK Chancellor, Pdt. Bogusław Brzy célèbre la messe à l’église de l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie « Concorde ».

L’ambassadeur Tomasz Młynarski et la consule Anna Majda ont déposé des fleurs sur la plaque « Solidarité » avec des vétérans et des représentants de la communauté polonaise.

« Décision honteuse des représentants du gouvernement, imposant la loi martiale en Pologne, contrecarrant les réformes et tuant l’espoir et la liberté du peuple polonais. Les autorités n’ont pas hésité à tuer des gens, des Polonais et leurs propres citoyens. La loi martiale, c’est un temps de détention, un temps d’intimidation, un temps d’asservissement de l’esprit, un temps de mise en prison des Polonais »

– a déclaré l’ambassadeur Młynarski lors de la cérémonie.

« Nos amis français ont manifesté à Paris, en ce lieu pendant la loi martiale, en soutien à la Pologne et à +Solidarité+ »

– l’ambassadeur a rappelé la manifestation à Paris de plus de 100 000 personnes pendant la loi martiale en soutien à « Solidarité ».

« L’Europe a été divisée par le mur de la guerre froide et la Pologne est devenue l’otage de l’influence soviétique sur la marche + les pays occidentaux + les victoires + » – rappelant l’histoire polonaise d’après-guerre et les manifestations de 56, 70 et 76 Jerzy Klijanienko, vice-président de l’Association des combattants polonais près de Paris.

Les actrices et traductrices Elżbieta Koślacz-Virol et Jan Marciniak ont ​​récité de la poésie de la loi martiale. Virol lit la liste des mineurs abattus lors de la sécurisation de la mine « Wujek » et les témoignages des épouses et des enfants des mineurs tués.

Le militant de l’opposition Andrzej Dembiński a rappelé son acte illégal spectaculaire en accrochant le drapeau « Solidarité » de 200 kg sur la Tour Eiffel en février 1982.

« Nous voulons montrer à la Pologne et à la France que +Solidarité+ est toujours vivant, que nous sommes contre le régime communiste. Et nous avons très bien réussi. »

– a insisté Dembiński.

« Nous nous souvenons tous de cette levée de drapeau à la Tour Eiffel. Tous les médias français en ont parlé et ont montré ce drapeau. C’était grand et joyeux pour nous, pour les Polonais vivant en France »

– dit Mirosława Woroniecki du club « Gazeta Polska » Paris-Notre-Dame.

La mise en scène artistique de la cérémonie a été assurée par la chorale « Piast ».

Jusqu’en 1997, où se trouvait la plaque « Solidarité », il y avait une croix « Solidarité », que les autorités de la ville ont toutefois décidé de démanteler, en référence au principe de laïcité, qui interdit de placer des symboles religieux dans les espaces publics.

»Cliquez et affichez les commentaires sous l’article ou les commentaires sur niezalezna.pl

Rockie Steve

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *