La liberté de la presse, victime d’une campagne tendue

Paris – Journaliste interdit de débat présidentiel, journalistes censurés en conférence de presse : L’élection d’un nouveau président français montre les mauvaises relations entre le pouvoir politique et la presse.

Cette semaine, les médias ont ignoré que les équipes d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen avaient opposé leur veto à la présentatrice du JT de France 2, Anne-Sophie Lapix, pour modérer un débat électoral télévisé auquel les candidats seront confrontés mercredi prochain.

Le numéro deux de Le Pen, Jordan Bardell, a publiquement admis que son chef ne voulait pas de Lapix car « il ne peut pas cacher son hostilité envers Le Pen ». Du côté de Macron, ils voient Lapix comme « trop ​​critique et en déclin ».

Pour le journaliste historien Alexis Lévrier, il s’agit d’une affaire « scandaleuse », mais qui s’inscrit dans les relations que le chef de l’Etat français entretient avec la télévision. « C’est un problème de la Vème République, que Charles de Gaulle concevait comme un régime d’inspiration monarchique qui concevait l’audiovisuel comme la voix de la France. » La presse écrite est contre moi, donc la télévision est à moi« Levrier a expliqué.

La liberté de la presse dans ce second tour est devenue une arme de jet parmi les candidats, qui obtiennent un résultat très serré dans les sondages, avec un tout petit 55 % en faveur de Macron.

Après l’annonce tardive de sa candidature, Macron a refusé de participer aux débats avec ses adversaires du premier tour, ce dont Le Pen s’est servi pour dénoncer son mépris de la presse.

La dirigeante d’extrême droite s’est également plainte cette semaine que le refus du libéral de lui accorder des entrevues ait entraîné l’annulation de ses propres rencontres avec les médias. Ironie du sort, quelques minutes plus tard, Le Pen a dû s’excuser d’avoir systématiquement refusé l’accréditation à l’équipe de Quotidien TV : « Je suis chez moi et je décide ici », a-t-elle déclaré. En 2013, Le Pen a nié tout contact avec eux après que ses journalistes aient révélé que le parti prétendait être un citoyen lors de réunions enregistrées.

Alaire Boivin

"Ninja typique de la télévision. Amoureux de la culture pop. Expert du Web. Fan d'alcool. Analyste en herbe. Amateur de bacon en général."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.