La France connaîtra une croissance de 7% en 2021, la plus forte augmentation du PIB en 52 ans

L’économie française a enregistré en 2021 la plus forte croissance annuelle depuis 52 ans, avec une hausse de 7% du PIB après une baisse de 8% l’année précédente en raison d’une pandémie, a indiqué ce vendredi l’institut français de la statistique.

Grâce à une croissance de 0,7% au quatrième trimestre, l’activité de l’économie française a « dépassé » le niveau qu’elle avait avant la crise sanitaire, a indiqué l’INSEE dans un communiqué.

Le chiffre de la croissance est légèrement supérieur à ce qui était prévu par l’INSEE et la Banque de France, qui indiquaient une hausse de 6,7 %, soit une révision à la hausse d’un dixième de point de pourcentage à chacun des trois premiers trimestres de l’année. Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a déclaré à France 2 que « l’économie française a surperformé la richesse qu’elle avait en 2019 et a atteint les niveaux d’avant la crise », notant qu’elle « prenait de l’élan et avait une forte réactivité ».

La France a un taux d’emploi jamais vu depuis 1975, avec une baisse record du chômage et un niveau d’investissement commercial plus élevé qu’avant la crise sanitaire, avec le soutien de l’exécutif pour atténuer les effets de la crise sanitaire, autour de 60 milliards d’euros. .

Néanmoins, l’économie française n’est pas encore revenue à la normale, la première partie de l’année ayant encore été marquée par des restrictions pour freiner la pandémie.

Selon l’INSEE, le PIB reste inférieur de 1,6 % au niveau moyen enregistré en 2019.

La production de biens et services est devenue le moteur de la croissance avec une hausse de 7,4% après une baisse de 8,5% en 2020, même si elle n’a pas encore atteint le niveau moyen de 2019.

La consommation intérieure a payé les restrictions dans la première partie de l’année et a terminé 2021 avec une augmentation de 4,8 % après une baisse de 7,2 % l’année précédente.

Les investissements ont dépassé le niveau de 2019, où ils avaient augmenté de 11,6 %.

Le commerce international a continué de souffrir de la crise et les exportations et les importations étaient loin des niveaux d’avant la crise.

Les exportations étaient inférieures de 8,5 % à celles de 2019, tandis que les importations étaient inférieures de 5,5 % à la moyenne de cette année-là.

L’INSEE a indiqué que la reprise du commerce extérieur s’était accentuée au dernier trimestre, en particulier les importations qui ont augmenté de 3,6% après une hausse de 0,8% au trimestre précédent, tandis que les exportations se sont améliorées de 3,2% à 1,7%.

MC // JNM

Lusa / Fin

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.