Le Togo assume le rôle de médiateur dans la crise politique au Mali

LA Le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop a rencontré ce mercredi à Lomé le président togolais Faure Gnassingbé et son homologue togolais Robert Dussey, à qui il a demandé de l’aide pour résoudre la crise dans son pays.

Diop « a appelé le Togo à soutenir le dialogue du gouvernement malien avec l’ensemble de la communauté internationale et à prendre des initiatives de facilitation et/ou des missions de bon service pour mobiliser les acteurs régionaux et internationaux autour de la transition », ont indiqué les deux pays dans un communiqué conjoint. sorti mercredi soir.

Ils ont souligné que « l’objectif fondamental » de la transition « reste l’organisation d’élections libres, transparentes et crédibles et le retour à l’ordre constitutionnel ».

Dussey « a réaffirmé la disponibilité continue du gouvernement togolais à soutenir le Mali sur les plans politique et sécuritaire afin de rétablir l’ordre constitutionnel, la paix, la stabilité et l’intégrité territoriale ».

Pour le Togo, a souligné le chef de la diplomatie, « seul un dialogue durable et constructif avec les autorités de transition au Mali créera les conditions d’un retour rapide à l’ordre constitutionnel et d’une lutte efficace contre le terrorisme ».

Dans un entretien avec des journalistes, Diop a réitéré la volonté de la junte militaire malienne de « travailler à la sortie de crise, à des élections crédibles au Mali ».

« Le gouvernement malien estime qu’une période de 24 mois doit être prévue pour le retour à l’ordre constitutionnel », a déclaré le diplomate malien.

Le Mali connaissait une grave crise sécuritaire en raison de la présence de groupes extrémistes islamiques attaquant son armée, la mission de l’ONU dans le pays et des civils, ainsi qu’une crise politique complexe résultant de deux coups d’État en août 2020. 2021, déclenchant un processus de transition qui hésite depuis.

En janvier dernier, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a imposé la suspension des comptes des membres de la junte militaire malienne dans les banques régionales, le retrait de leurs ambassadeurs à Bamako et la suspension de toutes les transactions commerciales avec le Mali. à l’exception de certains biens de première nécessité.

Les autorités maliennes ont ensuite demandé une prolongation du processus de transition avec une limite de quatre ans jusqu’aux élections et au rétablissement de l’ordre constitutionnel, ce que la CEDEAO a rejeté.

La junte militaire malienne s’est opposée au raccourcissement de la période de transition par la CEDEAO en proposant une proposition finale de 24 mois, qui a également été rejetée par le bloc régional 15.

Lire aussi : La junte au pouvoir au Mali condamne les accords de défense avec la France

L’actualité en une minute nominée aux Marketeer Awards

LA Nouvelles à la minute fait partie des nominés pour l’année 2022 Prix ​​du marketingdans la catégorie médias numériques. Le vote court jusqu’au 31 mai.

Pour nous aider à gagner, rendez-vous sur le site du magazine homme d’affaireCliquez sur iciet continuez à remplir le formulaire en sélectionnant Nouvelles à la minute dans la catégorie médias numériques puis formaliser le vote. Merci pour votre préférence !

Soyez toujours le premier informé.
Choix du consommateur pour la sixième année consécutive et prix cinq étoiles pour l’impression en ligne.
Téléchargez notre application gratuite.

Télécharger l'AppleStore

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.