Macron veut un nouvel accord UE-Afrique pour empêcher la migration | dernière Europe | DW

Le président français Emmanuel Macron a signalé mardi qu’il souhaitait un nouvel accord entre l’Union européenne et l’Afrique pour empêcher la migration et offrir des opportunités aux jeunes de la région.

« L’un de mes objectifs sous la présidence française (UE) est d’essayer de construire un accord de paix et d’amitié avec l’Afrique, où l’un des facteurs est de savoir comment nous, Européens, donnons aux jeunes Africains les moyens d’avoir des opportunités sur leur continent », a-t-il déclaré à une association caritative. dîner à Paris.

« Il faut penser avec les pays d’origine une politique migratoire beaucoup plus organisée, notamment avec l’Afrique », a déclaré Macron, dont le pays dirigera l’UE entre janvier et juin 2022.

Face à « une pression migratoire beaucoup plus importante que ces dernières années, dans une société en crise d’intégration, avec des personnes qui viennent aussi de pays plus difficiles à intégrer », a déclaré Emmanuel Macron.

« L’intégration doit être améliorée, aussi pour ceux qui sont ici depuis longtemps, mais en même temps en essayant d’éviter les nouveaux arrivants parce qu’ils ne sont pas durables pour notre société, pour le continent européen, parce que la plupart de ceux qui viennent demander l’asile n’y ai pas droit. », a-t-il insisté.

« La plupart de ceux qui viennent demander l’asile viennent de pays où nous entretenons des relations diplomatiques parfaites, auxquels nous accordons des dizaines voire des centaines de milliers de visas. Au bout d’un an, ils se sont installés, souvent illégalement, et ont pu se construire une vie normale.

« Dans chaque cas individuel, vous pouvez me convaincre en tant qu’homme qu’ils doivent être défendus, mais en tant que président, je ne peux pas vous dire que cette situation en vaut la peine, car elle rend l’asile inutile », a-t-il déclaré, appelant à une distinction claire. entre asile et asile. migration résiduelle.

Le chef de l’Etat a ainsi répondu au président de la Fédération protestante de France, François Clavairoly, qui lui a rappelé la « nécessité du droit d’asile » et a déploré que « l’admission lui ait été refusée pour cause de discours de haine ».

Le président français a également choisi d’aborder cette question au niveau européen et a appelé à une meilleure protection contre l’immigration clandestine, son retour systématique dans le pays d’origine et la réforme de l’espace européen de libre circulation Schengen.

(AFP)

Rockie Steve

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *