Politique – Le parquet de Paris enquête sur des allégations de corruption contre Le Pen

Le procureur de Paris a confirmé dimanche que le rapport de l’agence européenne anti-corruption Olaf avait déjà été reçu en mars et était en cours d’évaluation. Les médias en ligne ont rapporté samedi que le prévenu, le président Emmanuel Macron, était accusé dans le rapport d’avoir détourné 140 000 euros de fonds publics. Des membres de leur parti Rassemblement national auraient détourné un total de 617 000 euros. Selon le rapport, les politiciens ne sont pas accusés de gain personnel, mais auraient payé des frais de personnel et des actions d’Eurofunds.

Il n’y avait initialement aucun commentaire du bureau de Le Pen. Son avocat, Rodolphe Bosselut, a déclaré à BFM TV que son client avait nié les allégations. Elle n’a pas encore été entendue par le procureur de la République. Ni lui ni Le Pen n’ont vu le rapport d’Olaf.

« Les Français ne seront pas dupes des tentatives de l’Union européenne et des institutions européennes (…) d’interférer dans la campagne présidentielle et de nuire à Marine Le Pen », a déclaré le vice-président jordanien Jordan Bardella dans un procès contre Olaf. au-dessus de l’administration. Le Pen fait l’objet d’une enquête depuis 2017 pour détournement présumé d’Eurofunds pour les salaires des assistants parlementaires.

Au premier tour de l’élection présidentielle il y a une semaine, Macron avait l’avantage sur Le Pen et d’autres candidats. Tous deux attendent le deuxième tour décisif dimanche prochain.

(Reuters)

Régine Martel

"Pionnier d'Internet. Faiseur de troubles. Amateur passionné d'alcool. Défenseur de la bière. Ninja zombie."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.