Le conseil municipal de Zurich commande de nouvelles recherches à Bührle – TOP ONLINE

Courant

Le conseil municipal de Zurich a décidé de donner plus d’argent au Kunsthaus. Dans le même temps, les conditions de l’accord de subvention sont renforcées. Aujourd’hui, le conseil municipal de Zurich traite de la collection Bührle lors d’une réunion extraordinaire.

L’un des travaux de recherche que le conseil municipal commandera après la décision du parlement concerne le « Marienheim » à Dietfurt SG, une filature qui appartenait au marchand d’armes et collectionneur d’art Emil Bührl et était dirigée par les sœurs Ingenbohl.

Les services sociaux de toute la Suisse alémanique, y compris ceux de Zurich, y auraient placé au moins 300 filles mineures contre leur gré. Travailler dans une filature était considéré comme du travail forcé, alors qu’il était déjà interdit en Suisse à l’époque.

Travail forcé pour les canons à ailes de Bührle

La deuxième recherche concerne Maschinenfabrik Velten GmbH Ikaria en Allemagne, où des femmes de Pologne, de Russie, de France, d’Allemagne, de Roumanie, de Hongrie et de Lettonie ont été contraintes de produire des canons ailés pour le travail forcé. La plupart d’entre eux étaient des Juifs, des Sintis et des Roms.

Parce que ces canons à ailes ont été développés par Bührle, dix pour cent de chaque canon vendu sont allés directement à Bührle. On dit que cela a rapporté au collectionneur d’art environ 870 000 francs entre 1941 et 1944. Il aurait utilisé cet argent pour acheter de nombreuses œuvres qui sont maintenant exposées dans l’annexe du Kunsthaus.

Toujours un « patron » au lieu d’un « marchand d’armes »

Le Parlement a également chargé le conseil municipal d’aménager une nouvelle salle de documentation dans le bâtiment annexe. Selon la majorité du Conseil, il ne suffit pas d’ajouter quelques QR codes en plus. Comme auparavant, Bührle est présenté comme un « industriel » et un « mécène » et non comme un trafiquant d’armes, a déclaré Ronny Siev (GLP).

AL a décrit la salle de documentation comme « non seulement présentée de manière apathique, mais avec une apparente réticence ». Par exemple, pas une seule arme n’est montrée. « La retenue élégante de Zurich est hors de question », a déclaré Willi Wottreng.

La maire Corine Mauch (SP) est restée silencieuse. Tout ne s’est pas passé comme vous le souhaiteriez du point de vue d’aujourd’hui. « C’est simplement venu à notre connaissance à ce moment-là. Les mesures actuellement en place en sont la base. »

Le cadeau pour la ville n’avait aucune chance

La demande d’AL pour que la Fondation Bührle dédie toute la collection à la ville n’a eu aucune chance samedi. Aujourd’hui, les oeuvres ne sont exposées qu’en « prêts permanents ».

Pour AL, un don sur le modèle de la Fondation Gurlitt à Berne serait un acte libérateur. Car même avec un nouveau contrat, tout « sent encore le commerce de chevaux ». Selon AL, il serait également possible de renvoyer les images à l’expéditeur et d’exposer à la place l’art de Zurich. Cependant, la plupart des membres du Conseil ont considéré que la demande de don était incorrecte.

L’UDC a critiqué les progrès « hypocrites »

L’UDC a rejeté l’ensemble des avances parce qu’il était hypocrite. Il y a dix ans, lorsque le nouveau bâtiment était discuté par le conseil municipal, rien de tout cela ne concernait cela, a déclaré Štefan Urech. « Pas un mot sur les trafiquants d’armes, mais tout était connu à l’époque. »

Entre-temps, cependant, tout le monde « s’est réveillé », c’est-à-dire « éclairé » et sensibilisé. Malheureusement, la gauche aurait une éthique très sélective. Urech se souvient du pavillon conçu par l’architecte Le Corbusier, qui était un antisémite convaincu et associé au régime français de Vichy. « Les architectes, bien sûr, ont des critères différents de ceux des marchands d’armes. »

Régine Martel

"Pionnier d'Internet. Faiseur de troubles. Amateur passionné d'alcool. Défenseur de la bière. Ninja zombie."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.