L’UE et le G7 ont redoublé de pression sur la Russie en annonçant de nouvelles sanctions

Pays de l’Union européenne (UE) a approuvé aujourd’hui de nouvelles sanctions contre Masquerqui envisagent un embargo sur leur charbon et la fermeture des ports européens pour leurs navires, le même jour, G7 a accepté d’opposer son veto à l’investissement dans l’économie russe dans le cadre de l’invasion de l’Ukraine.

Après des jours de débat, l’UE a également décidé de limiter les exportations de biens de haute technologie vers la Russie et les activités de ses banques, a déclaré la présidence française du Conseil de l’UE, qui se compose de 27 pays du bloc.

En parallèle, le G7, qui réunit les économies les plus avancées, s’est mis d’accord sur des sanctions contre la Russie pour « les atrocités commises par les forces armées russes » sur la population civile en Ukraine. Les États-Unis, le Canada, l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l’Italie et le Japon ont opposé leur veto aux « nouveaux investissements dans les secteurs clés de l’économie russe, y compris le secteur de l’énergie ».groupe spécifié dans la déclaration.

Dans le même ordre d’idées, ils ont décidé de restreindre davantage le commerce et de renforcer les restrictions imposées aux banques russes et aux entreprises publiques du pays.

Cependant, les mesures annoncées par le G7 n’incluent pas l’embargo sur les importations d’hydrocarbures russes que revendique l’Ukraine, mais entend « faire avancer » ses projets de réduction de sa dépendance vis-à-vis de Moscou dans ce domaine en « éliminant progressivement le charbon ». Russe ‘.

La Russie a également imposé de nouvelles sanctions en représailles à celles imposées par l’Australie et la Nouvelle-Zélande ce jeudi.

Quant à l’Australie, la Russie a interdit 228 responsables politiques et parlementaires, dont le Premier ministre Scott Morrison ; le vice-premier ministre Barnaby Joyce ; et la secrétaire d’État Marise Payne.

En ce qui concerne la Nouvelle-Zélande, la Russie a publié une « liste noire » de jusqu’à 130 personnalités politiques interdites d’entrée dans le pays, dont la Première ministre Jacinda Ardern ; la gouverneure générale Cindy Kiro ; le vice-premier ministre Grant Robertson ; et le ministre de l’Intérieur Jan Tinetti.

Selon le ministère russe des Affaires étrangères, l’Australie a imposé des sanctions aux dirigeants et députés russes dans ce qu’elle a qualifié de « russophobe » et la Nouvelle-Zélande se fait passer pour « servile envers les dirigeants occidentaux » après l’avoir accusée de s’engager dans une « campagne en cours ». Les États-Unis », a rapporté Europa Press.

Le Kremlin a assuré que la « liste noire » sera étendue pour inclure des sanctions contre les militaires, les hommes d’affaires et même les médias des deux pays, qui, selon la Russie, « contribuent à inciter à une attitude négative » à son égard.

L’annonce intervient après que l’Australie a imposé des sanctions à 67 millionnaires russes et interdit les importations de produits de luxe en provenance de Russie, et que la Nouvelle-Zélande a introduit des droits de douane de 35% sur toutes les importations en provenance de Russie et étendu les interdictions sur les importations en provenance de Russie aux exportations existantes de produits industriels.

De nombreux pays ont condamné l’invasion militaire que la Russie a lancée le 24 février en Ukraine et ont activé plusieurs batteries de sanctions individuelles et sectorielles qui tentent de causer le plus de dommages possible à l’économie russe.

Cependant, en présentant le rapport à la Douma d’État (Chambre basse du Parlement) aujourd’hui, le Premier ministre Mikhail Mishustin a fait valoir que l’impact négatif des sanctions économiques et financières imposées par l’Occident en représailles à l’invasion de l’Ukraine.

« Les auteurs de cette stratégie s’attendaient à ce qu’une tempête de sanctions coule notre économie en quelques jours. Leur scénario ne s’est pas concrétisé. Pratiquement aucun autre pays que la Russie ne pourrait y faire face. Nous avons résisté », a-t-il souligné. lors de la soumission du rapport à la Douma d’État

Le chef de cabinet a souligné que les nouvelles sanctions « ont une portée sans précédent, leur nombre dépasse les restrictions imposées à tout autre pays, au total il y en a déjà plus de 6000 ».

« Ce sont des sanctions individuelles et sectorielles contre l’État, mais le plus important est qu’elles visent tous les citoyens », a déclaré le responsable de la zone économique du pays.

Pour la première fois, les sanctions comprennent la déconnexion partielle de la Russie du système SWIFT, l’immobilisation des réserves internationales de sa banque centrale et, dans le cas de pays comme les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni et l’Australie, l’embargo sur les importations de pétrole.

« La banque russe et le gouvernement, en contact permanent avec le président (Vladmir Poutine), ont réussi à empêcher l’effondrement. Les paiements au niveau national se poursuivent sans interruption. La bourse et le taux de change du rouble se stabilisent », a-t-il ajouté. ajoutée.

Henri Jordan

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.