Victimes de Miguel Indurain : « J’ai essayé un psychologue pour surmonter la peur que j’avais de lui »

Avant de Nadal ou Pau Gasol il y avait un grand champion, Miguel Indurain. Au début des années 1990, le géant Fr. Villava-Atarrabia Il maîtrisait le cyclisme mondial et suscitait en même temps l’admiration d’être un autre champion, un vainqueur avec qui d’autres ont aussi gagné.

La prédominance avec laquelle il a remporté cinq Tour de France a ruiné les rêves de ses rivaux, qui Movistar + exprimé son opinion dans le nouveau document « Report Plus ». « Obete Indurainu ».

Le programme propose des témoignages des grandes légendes du cyclisme de l’époque, qui ont abandonné sans victoire au Tour de France, toujours dans l’ombre d’un cycliste navarrais. Ses grands rivaux se souviennent de l’époque où être deuxième était déjà une performance. « Un coureur qui a gagné mais n’a pas humilié un autre champion ».

« C’était un calculateur incroyable. Si Eddy Merckx était un cannibale qui voulait tout gagner, Indurain était en quelque sorte un roi démocrate », raconte le journaliste. Jetée Bergonziune idée qui soutient Claudio Chiapucci. « Il a laissé les autres gagner, c’est une autre façon de respecter les adversaires. »

Pour Alex Zülle, « il était impossible de le battre », alors que Gianni Bugno il admet qu’il a essayé de « surmonter la peur de Miguel Indurain. J’ai compris que vaincre Miguel Indurain est presque impossible … Oui, j’ai essayé un psychologue ».

« Obete Indurainu » Il sera diffusé le jeudi 3 mars à 22h00 sur #Vamos.

Célestine Marion

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.